VOTE | 546 fans

#702 : Sous les verrous

Titre VO   The Greybar Hotel
Titre VF   Sous les verrous
Ecrit par   Jordan Harper
Réalisé par   Bill Eagles
Diffusé le   7 décembre 2014
 
>>>
 

Lisbon va en prison pour se faire passer pour une détenue sous couverture dans le but de convaincre une condamnée à s'en prendre à son petit ami, qui est le chef d'un réseau de voleurs de voiture haut de gamme.

 

Audience US : 8,70 millions de téléspectateurs (1.1%)

Audience Fr : 7,52 millions de téléspectateurs

Popularité


4 - 3 votes

Titre VO
The Greybar Hotel

Titre VF
Sous les verrous

Vidéos

Sneak peek

Sneak peek

  

Sneak peek 2

Sneak peek 2

  

Sneak peek 3

Sneak peek 3

  

Sneak peek 4

Sneak peek 4

  

BA "The Mentalist" - 7.02

BA "The Mentalist" - 7.02

  

Diffusions

Logo de la chaîne TF1

France (inédit)
Mardi 01.09.2015 à 21:00
7.52m / 30.4% (Part)

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Dimanche 07.12.2014 à 21:00
8.70m / 1.1% (18-49)

Plus de détails

Devant la salle où se déroule un gala de charité, des personnes se saluent et arrivent dans de luxueuses voitures. Un homme et une femme assistent à la scène dans leur voiture.

Marie : Je conduis.

Cole fait un boum avec son arme collée contre sa tête.

Marie : T'as promis.

Cole : Yeahhh

Marie : Je t'aime.

Cole : Je sais.

Ils sortent de la voiture et se dirige vers la réception.

Cole : Que personne ne bouge !

Marie : Les clés ! Donnez-moi les clés !

Cole : Écartez-vous de la voiture ! (Il saisit l’homme, le jette à terre). Écartez-vous !

Marie monte dans la voiture.

Cole (à Marie): Fonce, chérie.

Marie : Cours, bébé !

Cole en courant vers sa voiture : Boucle ta ceinture !

Une course poursuite entre les deux voitures et la police s’engage… Finalement, Marie est stoppée par une voiture de police. Elle essaye de se sauver mais est mise à terre par un policier.

Marie (en se débattant) : Lâchez-moi !

Policier : Dans le dos !

Marie : Lâchez-moi !

Policier : Équipe 42, suspecte arrêtée.

Marie : Lâchez-moi !

Cole arrive dans une zone industrielle en klaxonnant, gare la voiture et en sort…

Cole : Trop facile, bébé ! Fêtons ça.

Un homme sort d’un hangar et se dirige vers un homme adossé à une voiture. Cole les rejoint et cherche Marie des yeux.

Cole : Où est-elle ? Que s'est-il passé ?

Homme 1 : C'était sur le scanner... Les flics l'ont traquée.

Homme 2 : C'est ce qui arrive quand on laisse une femme conduire.

Cole (vers Homme2) : Pourquoi souris-tu ?

Homme 2 : Cole, je...

Cole pousse violemment Homme 2 sur le capot de la voiture.

Cole : Va chercher un chamois. Nettoie ça.

Homme 1 : On devrait quitter la ville.

Cole : On ne part pas. On devra toujours bouger. Il nous faut une voiture.

Homme 1 : Et si elle parle ?

Cole : Tu ne connais pas Marie.

Dans la salle d’interrogatoire, un policier oblige Marie à s’asseoir.

Cho : "Vol à main armée, agression à main armée, "résistance, fugitif, conduite dangereuse".

Abbot : Un homme cruel aurait ajouté "feu rouge grillé et non respect de la limitation de vitesse", mais je ne suis pas cruel.

Marie : humm, FBI … Je ne sais pas, j'ai évalué les fédéraux.

Cho : Votre copain, Cole Foster, gère un gang de vol de voitures de luxe avec des gars de Phoenix jusqu'à Tulsa. Dépasser les limites de l'état l'a rendu fédéral.

Abbot : Vous avez quel âge, Marie ?

Marie : Qui s'en fiche ?

Abbot : Vous avez encore du temps à vivre. Vous ne voulez pas gâcher ça.

 Cho : D'après la loi, on peut vous accuser de conspiration. Vous savez ce que ça signifie ? Que vous répondrez pour ce que vous avez fait et ce qu'il a fait.

Abbot : Et vous prendrez 50 à 60 ans facile. Vous ne voulez pas sortir de prison à 80 ans. Donc aidez-nous, et on fera tout disparaître. Dites-nous où est Cole.

Marie : Bâtards. J'irai en enfer pour Cole. Vous pensez que la prison m'impressionne ? Enfermez-moi.

Abbot : Emmenez-la.

Des policiers emmènent Marie.

Cho : Plan B ?

Abbot : Plan B.

Jane et Lisbon sont assis à l’arrière d’une voiture.

Jane : Ne dis pas plein de petits mensonges. Un grand est suffisant, et tout le reste est pareil... tu viens de Chicago, tu as trois frères, tu es chatouilleuse.

Lisbon : Je ne suis pas chatouilleuse.

Jane : Si, tu l'es.

Lisbon : On est chatouilleux quand on se fait chatouiller.

Jane : Si tu veux qu'on te fasse confiance, demande une faveur... même une petite.

Lisbon : Jane, je sais ce que je fais.

Jane : Une dernière chose. Quand tu te douches, promets-moi... que tu porteras tes tongs. A) Car ça te rend moins séduisante, ce qui devrait compter, et B) car le sol est sale.

Lisbon : ok

Jane : ok

Lisbon : Je comprends.

Abbot arrive et parle à travers la vitre ouverte.

Abbot : C'est l'heure. Ça va ?

Lisbon ôte son imper, aidée de Jane.

Abbot : Le gardien a tout organisé donc tu partageras ta cellule avec Marie. Plus vite t'as la location de Cole, mieux c'est.

Lisbon : Je suis prête.

Abbot : Fais attention.

Jane passe les menottes à Lisbon et lui sert les mains avec les siennes.

Jane : Je t'attendrai.

Lisbon : Vas-y.

Jane sort et regarde la voiture entrer en prison.

Lisbon tient son paquetage et marche dans les couloirs escortée par une gardienne.

Gardienne: McGregor, Teresa. Transférée d'Amarillo, numéro de prisonnier 90026, c'est ça ? On ne tolère pas les gangs, les drogues ou la violence. Tu transgresses ces règles, et tu seras transférée dans une prison de haute sécurité. Tiens-toi correctement, et tout ira bien. C'est là.

Lisbon entre dans sa cellule.

Lisbon (en s’adressant à Marie) : Je m'appelle Teresa McGregor. Je suis ta nouvelle co-détenue.

Marie : T'es là pour quoi ?

Lisbon : Cambriolage. Le juge n'a pas mis de caution, pour multirécidivisme, donc me voilà. Et toi ?

Marie : Vol de voitures. Ils m'ont accusé de ça, et d'un million d'autres choses... McGregor. C'est irlandais ?

Lisbon : Mes grands-parents viennent de Derry.

Marie : Marie Flanagan. Les miens viennent de ... quelque part par là. Je ne sais pas.

Lisbon : Ça te dérange si je prends la couchette du haut ? Je suis un peu claustro.

Marie : Ça dépend... es-tu assez folle pour me la prendre ?

Lisbon : Oublie.

Marie : C'est ce que je pensais.

Retour au bureau du FBI, Vega se dirige vers son bureau une tasse à la main.

Wylie (en parlant à Vega) : Qu'as-tu là ?

Vega : Du café. Pourquoi ?

Wylie : C'est la tasse de Jane.

Vega : Sérieux ?

Wylie : C'est une erreur de débutant, pas grave. Lave-la, range-la, et il ne le saura jamais. Peut-être pas.

Vega : Bien sûr.

Une femme sort de l’ascenseur, suivie d’Abbot.

Vega : Une idée de qui c'est ? Elle était là, il y a quelques jours.

Wylie : Elle s'appelle Cass, je crois. Abbot a dit qu'elle était de la CIA. J'ignore pourquoi elle y est. Sérieux, il faut que tu laves ça.

Dans le bureau d’Abbot.

Cass : Votre agent est en place ?

Abbot : Elle partage une cellule avec Flanagan. Le plan est que Lisbon puisse lui faire dévoiler la cachette de Cole Foster. J'espère que ça sera rapide.

Cass : Je sais que c'est risqué. L'Agence apprécie... tout ce que vous faites ici.

Abbot : Mme Cass, je suis enclin aux coopérations inter-agences... C'est super. Mais grâce à vous, j'ai mis en danger un de mes meilleurs agents pour attraper un voleur de voitures, et je ne sais pas pourquoi la CIA s'y intéresse autant.

Cass : Entre nous ?

Abbot : Bien sûr !

Cass : Foster vend les voitures qu'il vole à l'étranger. Ses acheteurs proviennent d'Europe de l'Est.

Abbot : Donc, il est relié à un trafic international.

Cass : Ceux qui trafiquent des voitures de luxe peuvent trafiquer autre chose... de la drogue, de  l'argent, des bombes.

Abbot : Vous pensez qu'il pourrait être lié à des terroristes.

Cass : Ceux avec qui il bosse le sont, et si vous l'arrêtez, on pourra avoir ces noms.

Abbot : Pourquoi seulement aujourd'hui ?

Cass : La NSA a intercepté des conversations concernant des projets pour une opération, ici aux USA. On pense qu'un des contacts de Foster est ici pour cela et c'est imminent. Écoutez, je sais qu'un de vos agents est en danger mais vous serez d'accord pour dire que ça en vaut la peine.

Dans le bureau de réunion, Jane examine une carte.

Cho (en s’adressant à Abbot qui vient d’entrer): Qu'en dit la CIA ?

Abbot : Bien, rien de plus. Qu'est-ce que c'est ?

Jane : Une carte faite par Wylie. Hum, c'est le trajet de Marie lors de sa course-poursuite. Notez comme elle prend cette direction, ensuite celle-ci, et à nouveau cette direction.

Abbot : Et alors ?

Jane : Et bien, quand on est pourchassé, le subconscient nous dit qu'il faut revenir chez soi, mais le conscient ne veut pas donner cette piste à nos poursuivants. Donc, elle a... zigzagué dans un sens, mais ce qu'elle voulait vraiment, c'était se rendre dans ce périmètre.

Cho :  Ça a du sens...une zone industrielle. La crise économique a frappé durement...de nombreux entrepôts sont vides.

Abbot : Le parfait endroit pour cacher des voitures volées. Si on peut trouver l'emplacement de Cole là-bas, on pourra le cueillir.

Cho : Mais il y a beaucoup de surface à couvrir. On a besoin d'en savoir un peu plus.

Abbot : C'est quel entrepôt ?

Jane : Je ne peux pas tout faire.

Abbot :  Affinons la recherche.

Cho : Je m'y mets.

Cho quitte la pièce.

Jane : Vous avez changé d'après-rasage. Il y a de l'ambre gris dedans. C'est très cher pour le bureau. Quelle est l'occasion spéciale ?

Abbot : - Une soirée avec ma femme.

Jane : Cool !

Abbot : Lena fait partie des noms pour un poste au Département du Commerce, donc on fête ça.

Jane : Vous la féliciterez pour moi.

Abbot : C'est pas encore fait mais on est optimiste. Vous savez Jane... On ramènera Lisbon saine et sauve.

Jane : Je n'en doute pas.

En prison Lisbon est couché et regarde dans le vide. Au FBI, Jane a le regard inquiet.

Le lendemain, en prison, Lisbon lit et entend :

C'est quoi ton problème ?
Je t'aime pas.
Je m'en fous !
Excuse moi.
Je vais utiliser le téléphone.
Mets-toi en ligne comme les autres.
J'étais en ligne !
Vraiment ?
Méfie-toi !
Quoi je ne t'ai pas parlé toi !
Dégage !
Tu te crois trop importante pour faire la queue ?
T'as pas cessé de me reluquer depuis que je suis sortie de ma cellule

Lisbon : Qu'est ce qu'il se passe ?

Détenue 1 : Occupe-toi de tes affaires !

Marie : Restes en dehors de ça.

Gardien : Arrêtez ça.

Lisbon : Je ne cherche pas la bagarre.

Détenue 1 : T'es qui toi, salope ?

Lisbon : Quelqu'un qui ne veut pas être transféré en haute sécurité, juste comme toi.

Détenue 1 : Vraiment ?

Lisbon : On va retourner à nos couchettes,

Détenue 2 : Téléphone disponible. J'appelle mon vieux.

Détenue 1 : Qu'importe.(puis en s’adressant à Marie) oh, et à bientôt.

Marie : Qu'est-ce que c'était ?

Lisbon : J'ai élevé trois frères. T'apprends à gérer les conflits.

Marie : J'avais pas besoin de ton aide, compris ? Je peux gérer ça toute seule.

Au FBI, Jane avance le téléphone à la main.

Jane : Comment tu t'en sors ? Des problèmes avec la co-détenue ?

Lisbon : C'est comme si on dansait le cha-cha... Je fais un pas en avant, elle fait un pas en arrière.

Jane : A-t-elle des amis ?

Lisbon : Elle cherche la bagarre un peu trop. Une solitaire.

Jane : Elle a besoin d'une amie. Comme tout le monde.

Lisbon : Tu n'as pas rencontré cette fille.

Jane : Une dure à cuire, qui aime cacher ses émotions derrière une apparence rigide ? Je crois que j'ai rencontré une femme comme ça avant.

Lisbon : Vraiment ?

Jane : Tu veux savoir comment j'ai baissé sa garde ?

Lisbon : Comment ?

Jane : J'ai baissé la mienne.

De retour dans la cellule. Marie et Lisbon sont couchées.

Lisbon : Marie … Marie.

Marie : Quoi ?

Lisbon : Je ne peux pas dormir. Et toi ?

Marie : Il fait trop chaud.

Lisbon : Mon petit ami me manque.

Marie : Que fait-il ?

Lisbon : C'est un arnaqueur. Il fait travailler son cerveau pour s'en sortir.

Jane : Comme un escroc ? C'est cool. Depuis combien de temps êtes vous ensemble ?

Lisbon : On se connait depuis longtemps, depuis des années, mais on n'était pas ensemble. Je veux dire, on était amis, mais... Je n'arrivais pas à admettre que mes sentiments avaient changé. Pas même à moi-même.

Marie : Je sais ce que c'est.

Lisbon : J'ai essayé de partir loin. J'ai rencontré un mec sympa.  C'était un homme bien. Mais pas le bon. J'allais l'épouser. C'est alors que Patrick m'a dit qu'il m'aimait et qu'il ne voulait pas que je parte.

Marie : Qu'as-tu fait ?

Lisbon : Je suis restée. Ca faisait tellement de bien de ne plus vivre un mensonge. Peur, aussi. Je ne sais pas ce qu'il va se passer. Tu sais, s'il restera ou bien...

Marie : Mon mec... Il s'appelle Cole. C'est un vrai hors la loi. J'aime ça. Cole et moi, on vit libre. Je veux dire, presque sauvage. Tu vois, en ce moment, on vit dans un entrepôt.

Lisbon : Vous vivez dans un entrepôt ?

Marie : En fait c'est plus une cachette. Des voitures comme T'en as jamais vu... des millions de dollars, du matériel coûteux, Mais nous vivons en dehors des chimichangas de la station essence. C'est extravagant.

Lisbon : Extravagant est une chose, pas de douche en est une autre.

Marie : On a une douche. Cole a volé des tuyaux d'un motel anonyme près du bloc.

Au FBI, Abbot sort de l’ascenseur et s’adresse à Cho, assis à son bureau.

Abbot : J'ai entendu dire qu'on a une piste.

Cho : Lisbon a appelé. Marie lui a parlé d'un entrepôt dans lequel Cole et elle vivent.

Abbot : Elle a donné l'emplacement ?

Wylie :  Pas une adresse, mais en regardant dans le quartier que Jane a identifié, on trouve un entrepôt qui correspond à ce que Marie nous a dit, un peu plus bas que la station service chimichangas.

Abbot : Chimichangas ?

Wylie : Ce n'est pas important. Ce qui est important, c'est que l'entrepôt est loué par une fausse société.

Cho : Ça ressemble à ce qu'on cherche...

Retour en salle d’interrogatoire.

Abbot : C'est suffisant pour un mandat. Pourquoi ne pas prendre une équipe et allez voir là-bas
ce que vous pourriez y trouver ?

Homme 1 : C'est une charge de merde. Vous n'avez rien contre moi. Vous allez entendre mon avocat.

Cho : On vient de vous attraper dans un entrepôt plein de véhicules volés. Vous êtes bien le premier à essayer de faire un deal avec moi. Si vous êtes trop stupide, j'ignore quelle valeur vous auriez pour le FBI.

Homme 1 : Allez, mec. Parlons.

Cho : Pouvez-vous me dire où se trouve Cole Foster ?

Homme 1 : Sa meuf s'est fait attraper la semaine dernière. Ça l'a rendu parano. Il est en ville. C'est tout ce que je sais.

Cho : S'il est tellement paranoïaque, pourquoi être resté dans les parages ?

Homme 1 : Bonne question.

Cho : Dîtes-moi comment je peux le trouver.

Homme 1 : Mec, je n'ai même pas son numéro de portable. Hendricks est celui qui sait comment le contacter.

Cho : Ronald Hendricks ?

Homme 1 :  C'est ça.

Sur un ordinateur

Cho : Et comment puis-je trouver Hendricks ?

Homme 1 : Je ne sais pas. Il est avec Cole je suppose.

Abbot clique sur la souris du PC.

Abbot : Nous avons fait une recherche sur Hendricks. Sans succès.

Jane : Peut-être.

Abbot : Marie est inutile comme source d'informations maintenant. Faisons sortir Lisbon.

Jane : Peut-être que Marie ne nous est pas utile comme source d'information, mais elle a encore un rôle.

Abbot : Comment ça ?

Jane : Eh bien, Cole devrait quitter la ville, mais il ne le fera pas. C'est évident pourquoi il ne veut pas
abandonner Marie, alors on va la lui donner.

Abbot : Comment ?

Jane : Nous n'allons pas faire sortir Lisbon de prison ... on va l'aider à s'évader.

Dans la salle de visites de la prison.

Lisbon : Tu as mis un gilet ?

Jane : Ce vieux truc ? J'ai pensé que je devais jouer le jeu.

Lisbon : J'aime ça.

Jane : C'est bon à savoir.

Jane : Comment ça va ?

Lisbon : Je vais bien. La nourriture n'est pas bonne. Je tuerais pour une salade. Donc, on ne l'a pas ? Et maintenant ?

Jane : Toi et Marie allez vous évader d'ici et nous mener directement à Cole.

Lisbon : Okay

Jane : Tu géreras l'évasion, Marie gérera l'itinéraire.

Lisbon : Et vous pensez que Cole va l'attendre ?

Jane : Peut-être. Ou il sera très proche.

Lisbon : Comment va-t-on s'évader ?

Jane : Je travaille sur un plan.

Lisbon : Donc je dis juste : "Marie, on s'évade ?"

Jane : Ça ne sera pas ton idée, mais la sienne. Mon cousin Ricky a de nouveau besoin d'une chirurgie. Il va bientôt perdre sa vésicule biliaire. Le médecin a dit que ca devrait aller.

Lisbon : Hein ?

Jane : Hein, qu'est-ce-que ça fait ? Ça fait quoi une vésicule biliaire ? Je veux dire, on peut toujours vivre sans vésicule biliaire ? Quand elle quittera cette pièce, s'évader sera la seule chose à laquelle elle pensera.

Toujours en prison, Abbot est assis et parle à Marie.

Abbot : Asseyez-vous.

Marie : Mordez-moi.

Abbot : Donc, je pense que vous n'avez pas changé d'avis pour nous dire où se trouve Cole Foster ? Ok. Bien, il peut vous envoyer une carte postale quand vous serez installée.

Marie : Qu'est-ce-que ça veut dire ?

Abbot : Ça veut dire que je permets à la police de Houston de retenir les charges contre vous. Vous allez être transférée à Mountain View en attendant votre procès.

Marie : Mountain View ? C'est une prison haute sécurité.

Abbot : Eh bien, la procédure administrative devrait prendre 48 heures si vous voulez y être coffrée.

Marie : Sans façon. Mountain View, c'est pour les fous.

Abbot C'est un environnement plus structuré... 23 heures par jour en cellule, une supervision  constante.

Marie : Vous ne pouvez pas faire ça. Vous ne pouvez pas.

Abbot : Je peux ! Profitez de votre temps ici ces 48 prochaines heures. C'est les meilleurs moments que vous allez avoir pour un moment.

Dans la cellule, Marie pleure.

Marie : Sécurité Maximale. J'ai entendu que vous ne sortez même pas de votre cellule pour une douche, ils en amènent juste une à la porte. Je n'irais pas. Je n'irais pas.

Lisbon : Ca sent pas bon. J'ai aussi de mauvaises nouvelles. Le procureur en a après moi. Je suis une triple perdante. J'encoure entre 25 ans et à vie. Je peux pas le faire.

Marie : Les sales porcs. J'en ai tellement marre d'être bousculée. C'est...

Lisbon : J'aurais aimé pouvoir faire quelque chose. Juste se tirer d'ici.

Marie : Comme s'évader ?

Lisbon : Peut-être. C'est plus facile de se barrer d'ici que de Mountain View.

Marie : Tu t'es déjà infiltrée ? A quel point ça peut être dur ?

Lisbon : Difficile. Mais ça ne signifie pas impossible.

Marie : Mais tu sais comment sortir ? Tu es intelligente.

Lisbon : Peut-être. Mais si j'arrive à nous faire passer de l'autre côté du mur, on devra nous faire sortir de l'État sur le champ. Sinon, les flics n'auraient plus qu'à nous cueillir.

Marie : Mon homme pourrait nous amener n'importe où. Où tu veux aller ?

Lisbon : Patrick est en Floride, je pourrais aller le voir.

Marie : Je n'irais pas dans une prison haute sécurité. Moi je dis qu'on doit le faire.

Lisbon : Je suis partante.

Marie : Je vais passer un appel. Je savais que je t'aimais bien.

Au téléphone de la prison

Détenue 3 : Mark, écoute-moi un instant. Tu vas m'écouter ? Tu n'as vraiment rien entre tes oreilles, à part de la cire. Tu es mon frère et je t'adore, mais tu es encore plus con qu'un sac de patates. Maintenant, tu peux te calmer et m'écouter juste une minute ?

Dans les locaux du FBI

Vega : Celle-là est énervée conte son frère. Ce n'est pas Marie.

Wylie : Elle a droit à un appel avant l'extinction des feux. Nouvel appel. Elle veut savoir qui donne à manger à Taco, son chat. J'espère qu'on s'en occupe.

Vega : Il faut pas un mandat pour écouter les appels ?

Wylie : Pas pour les cabines téléphoniques des prisons. C'est son fils qui nourrit Taco. Taco a à  manger.

Vega : Bien. Nouvel appel. Ce n'est pas Marie.

Wylie : Tu sais, je suis déjà sortie avec une incarcérée.

Vega : Non.

Wylie : Elle s'appellait Velma... "Big Vel"

Vega : Big Vel ? Et pourquoi "Big Vel" est allée en prison ?

Wylie : Vol de chevaux.

Vega : D'accord.

Wylie : Attends. Nouvel appel. Je crois que c'est elle.

Cole : Marie.

Marie (au téléphone) : Je t'écoute.
J'ai des nouvelles.
De grosses nouvelles.
Les gosses rentrent du camp demain.
Tu dois récupérer les gosses un peu plus tôt que prévu.

Cole : C'est noté.

Vega : C'est Cole ?

Wylie :  Je ne sais pas.

Cole : Je les récupère quand ?

Marie : Je te ferai signe bientôt. Sois prêt.

Vega : On peut tracer l'appel ?

Wylie : Non, elle a appelé d'un portable. Aucune chance de le tracer comme ça. Maintenant il va venir à nous. Il est temps de planifier une évasion !

Dans la salle de réunion du FBI.

Wylie : Voilà les caméras. Eux ils sont là où nous allons trouver les contrebandiers. J'ai les cartes des lignes électriques, des canalisations, le planning des gardes.

Jane : Le problème est simple... Lisbon et Marie sont derrière le mur, il faut les faire passer de l'autre côté. Il y a trois moyens de les faire passer... Par-dessus, dessous, ou à travers.

Cho : Elles n'ont pas le temps de creuser.

Wylie : Les égouts, si elles peuvent accéder à la principale zone de drainage ?

Cho : Elles auraient besoin d'outils pour l'ouvrir.

Vega : Elles peuvent passer par-dessus le mur ?

Cho : Et les gardes ?

Vega : Vous voyez le coin sud ici ?  Visibilité réduite.         

Cho : En fait, cette partie du mur fait 10 mètres.

Wylie : Des grappins ?

Cho : Des grappins ?

Jane : Il me semble qu'elles devraient passer à travers. Celui qui a construit cette prison a été assez sympa pour poser des portes sur les murs. Pourquoi ne les utiliseraient-elles pas ? Tu vois, là, cette porte. Elles devraient passer là par cette porte. Il leur faudra un balai et un seau avec un trou dedans.

Lisbon et Marie sont dans la prison.

Cho : Ok,donc elles auront l'air de se charger du nettoyage. Pourquoi il faut un trou dans le seau ?

Jane : On y viendra. Cette porte est la clé...pas comme voie de sortie. C'est une mauvaise piste. (on voit Marie et Lisbon s’occuper des seaux) C'est la frontière entre les gardes et les détenus. Lors du changement de garde, ça devrait être vide sauf pour le gardien. Quand les sceaux seront vides, ça va provoquer une réaction en chaine une bruyante réaction.

Vega : Si elles sont vues en tenues de prisons de l'autre côté, game over.

Jane : C'est pourquoi elles doivent aller directement dans les vestiaires des employés.

Wylie : Et si elles arrivent juste avant le changement de service, elles peuvent partir avec les employés de la cafétéria.

Cho : Et si quelqu'un pense qu'elles n'en font pas parties ?

Jane : La clé pour s'infiltrer ou s'évader de n'importe où,  c'est la posture et l'élan. Tu dois continuer à avancer  comme si tu savais où tu allais. Les gens voient ce genre de démarche, et ils s'imaginent
que tu fais partis d'ici avant même qu'ils puissent y penser. Après elle est à vous.

Marie : C'est Hendricks là-bas. Il nous emmènera à Cole et Cole nous fera sortir de l'état.

Hendricks : C'est ton amie ?

Marie : Teresa, c'est Hendricks. Garde tes pattes loin d'elle, elle est prise.

Lisbon, Marie et Hendricks montent dans la voiture qui est suivie par Abbot et Cho.

Abbot (au téléphone) : On est en position. On surveille la voiture. Vega, la voiture de Lisbon vient de sortir. Pas trop près. Cole n'est pas dedans. Vous les voyez ?

Vega (au bureau du FBI) : Pas de soucis. L'hélico les a.

Wylie : Je pensais que Cole serait partit les chercher lui-même.

Jane : Il se prend pour une bête chassée...Il se cache.

Les voitures se suivent.

Abbot : Attendez. Ils ralentissent. Je ne suis pas sûr de ce qu'ils font.

La voiture entre dans un parking souterrain.

Abbot : Vega, faîtes attention. On vient d'entrer dans un parking.

Cho : L'hélico ne peut pas voir là-dedans. On va la perdre.

Jane : Abbott, que se passe-t-il ?

Abbot : Ils ont changé de voiture. Je vais la suivre. (Il sort de la voiture et dit à Cho) Regardez la sortie.

Hendricks : Vous voulez suivre votre chemin, c'est votre choix.

Lisbon : J'ai besoin d'un voyage en dehors du Texas. C'était le marché. Allons-y.

Hendricks, Marie et Lisbon partent avec une nouvelle voiture.

Abbot (au téléphone) : Ils ont échangé les véhicules. Pas de nouvelles de Lisbon. Avec Cho, on traversera les rues nord et sud, dans un rayon d'un kilomètre. On demandera aux autres de nous aider.

Jane : Vous ignorez toujours quel type de voiture elle conduit. (à Wylie) Le garage est loin ?

Wylie : À trois kilomètres d'ici.

Jane : Très bien. Ils doivent rencontrer Cole quelque part. Ça nous laisse un peu de temps. Allons-y.
On va aider à chercher.

Jane et Vega partent…

La voiture des fugitifs arrive en trombe dans une station-service.

Hendricks : Cole m'a dit d'appeler d'ici. Il me fera savoir où le rencontrer.

Marie : Dites-lui de se dépêcher.

Marie (à Lisbon) : T'as faim ?

Lisbon : Carrément.

Marie : Oui, je meurs de faim. Allons manger quelque chose.

Hendricks (toujours au téléphone) : Quoi ?

Marie : On sort de prison.

Hendricks donne de l’argent à Marie. Lisbon et Marie sortent de la voiture.

Dans la boutique de la station-service.

Marie : Je prendrai un gros paquet de cookies et des bonbons. Et un soda assez grand pour se noyer dedans. Qu'est-ce que vous voulez ?

Lisbon : Je pense que je vais juste prendre de l'eau.

Marie : Regarde ça...

Lisbon : Du chocolat. Ça pourrait être bien.

Marie : Voilà...

Un homme de dos approche et surprend Marie, puis l’embrasse.

Cole : Hey, fauteuse de troubles.

Marie : Qu'est ce que tu fais ?

Cole : Quoi, c'est ta nouvelle meilleure amie ?

Marie : C'est Teresa McGregor. Teresa McGregor, voici Cole.

Cole : Teresa McGregor ? Je ne la connais pas. Pourquoi l'as-tu amenée ?

Marie : Car je lui ai promis de la sortir.

Cole : Je n'ai pas promis à Teresa McGregor de l'emmener.

Lisbon : Ce n'est pas de la charité. Le plan d'évasion était mon idée.

Marie : Allez, Cole ! C'est une fille bien, sérieusement.

Cole : D'accord fille bien. Que dirais tu de sortir du Texas ?

Lisbon : Ça me semble bien.

Cole : Très bien. A 500m sur cette route, il y a un hélicoptère prêt à décoller. On évitera tous les pièges qu'ils ont tendu pour vous, fauteuses de troubles.

Marie : Un hélicoptère ? Depuis quand tu sais piloter ?

Cole : Hendricks les pilotait en Afghanistan. Ne t'inquiète pas. Achetez ce dont vont avez besoin. Partons d'ici. J'ai le sixième. Allons-y.

Lisbon : Je vais juste prendre de l'aspirine. J'ai une migraine.

Cole (Cole s’adresse au caissier) : Tu fais quoi avec ce téléphone ?

Le caissier : Pardon ?

Cole : Laisse-moi vérifier ton téléphone. (pendant que Lisbon essaye de laisser un message dans le fond du magasin) Montre-le ! Tu caches quoi ?

Cole essaye de prendre le téléphone.

Le caissier : Hé mec ! T'es malade ? Recule ! Tu veux que j'appelle les flics ?

Cole dégaine son arme et tire 6 fois sur le caissier.

Marie (tout en rigolant) : Viens ici. Tu l'as vu basculer comme ça !

Cole (à Lisbon ) : Viens là. Viens par là !

Cole : Un problème ?

Lisbon : Je t'ai dit qu'elle était sympa.

Lisbon : Aucun problème.

Cole : Très bien, allons-y ! Allons-y, braves gens ! Dehors !

Cole et Marie partent pendant que Lisbon trace une marque dans le sang de la victime.

Jane arrive avec Vega à la station-service.

Policier : Restez où vous êtes. C'est une scène de crime.

Vega : Michelle Vega, du FBI. On a entendu un appel de la police rapportant des "coups de feu". On croit que c'est lié à la disparition d'un agent. J'ai besoin de votre aide.

Policier : Oui, m'dame.

Vega : Combien de temps avez vous étés sur la scène de crime ?

Policier : L'appel nous est parvenu il y a 15 minutes. Je suis ici depuis environ une minute. Vous êtes venus rapidement.

Vega : Encerclez la scène du crime et demandez à tous les autres officiers de mettre en place un périmètre.

Jane examine le magasin et trouve le carnet de Lisbon, le regarde et le met dans la poche intérieure de sa veste.

Vega : Et regardez pour voir si les caméras de sécurités ont pris en vidéo le crime.

Policier : oui madame.

Jane voit la trace laissée par Lisbon.

Jane : C'est elle. C'est l'empreinte de Lisbon.

Vega : Donc elle est toujours avec lui. C'est bien ?

Jane : Regardez l'angle de son pied. Comme si elle pointait. Elle nous indique cette direction.

Vega : Ou elle a marché dedans par accident.

Jane : Elle n'aurait jamais fait ça. Allons-y.

Vega : Jane, on ignore où ils sont. Il y a un protocole ici. J'appelle Abbott, pour expliquer la situation voir si ils sont proches.

Jane : Appelez qui vous avez besoin.

Vega : Prenons ça étape par étape.

Jane : Absolument.

Jane sort de la boutique, examine les parages et prend un pack d’eau devant la boutique qu’il pose à l’avant d’une voiture. Il entre dans la voiture et part. Sous les yeux de Vega, il jette par la fenêtre de la voiture une première bouteille.

Vega (au téléphone) : Abbot !

Près de l’hélicoptère.

Cole (sortant sa tête de l’hélico) : Allons dans les airs !

Hendricks : Il me faut quelques minutes. Laisse-moi vérifier une dernière chose.

Maire (à Lisbon) : Tu rejoins quand ton mec ?

Lisbon : Je vais l'appeler dès qu'on sort de l'état.

Lisbon s’approche de l’arme posée sur une table par Hendricks.

Marie (à Cole) : Je t'aime bébé.

Cole voit que Lisbon s’approche de l’arme.

Cole : Hey, ici, Missy !

Marie : Qu'est-ce que tu faisais ?

Lisbon : Rien.

Cole : Hendricks, attrape ton arme.

Marie sort son arme.

Cole (à Lisbon) : À quoi tu joues ? Pourquoi tu as besoin d'un flingue ?

Lisbon (qui lève ses mains en l’air) : Je ne sais pas de quoi tu parles.

Cole : C'est vrai ?

Hendricks : D'où elle vient ?

Jane approche prudemment.

Marie : On était dans la même cellule. Je te l'ai dit.

Cole : Alors pourquoi elle veut un flingue ?

Marie : Comment je le saurais ?

Cole : je n'aime pas ça. Je n'aime pas ça. Ne m'appelle pas "bébé".

Jane regarde son portable.

Cole : Elle cherchait le flingue. Elle se croit maligne. Elle croit qu'elle va nous avoir.

Marie : Qu'est ce qu'on va faire ?

Cole : Tu veux que je te fasse un dessin ? Tu sais quoi.

Marie : Laissez-moi réfléchir une seconde, d'accord ?

Jane court à la voiture des fugitifs et arrache le rétro intérieur.

Cole : Ce n'est pas le moment. Il est temps d'agir.

Hendricks : Nous sommes prêts à partir.

Cole : Pas avant de s'être occupé d'elle. On ne peut pas la laisser derrière nous. Elle connaît nos plans (en s’adressant à Marie) Ça laisse qu'une seule option.

Marie : C'est quelqu'un de bien. Fait ça vite.

Cole approche l’arme de la tempe de Lisbon.

Jane : Excusez-moi. Patrick Jane, FBI. Lâchez vos armes. Vous venez avec moi. Vous êtes encerclés de snipers. Si vous posez vos armes, vous sortez de là vivants. Vous entendez ça ?

Cole :Vous mentez.

Jane : Vraiment ? Vous pensez que je viendrais ici, non-armé, sans couverture ?

Marie : Je vous ai déjà vu quelque part.

Hendricks : Cole, il y a un sniper dans l'arbre. Je peux voir son miroir.

Jane : Personne n'a a mourir..pas aujourd'hui.

Marie : Je vous connais. Qu'est-ce qu'il fait là ?

Cole : Qui c'est ?

Marie : C'est son copain ! Je l'ai vu en prison. C'est un charlatan. C'est un coup monté. Qu'est ce qu'il se passe ?

Cole tire dans l’arbre et fait éclater le miroir.

Jane : Nous y voilà.

Cole : Vous êtes venus nous affronter ici tout seul avec rien d'autre qu'un rétroviseur pour support ?

Jane : Ça valait le coup d'essayer. (s’adressant à Lisbon) Désolé, je n'ai pas pu trouver mieux.

Lisbon : Pas de soucis.

Cole prend en joue Jane.

Abbot, accompagné d’agents du FBI, arrive et crie…

Abbot : Posez votre arme ! Posez votre arme ! Ne bougez plus !

Lisbon (saisissant l’arme de Marie) :  À terre !

Cho : À genoux ! Mains sur la tête ! Je veux voir vos mains !

Agent du FBI : Faites-le ! C'est un ordre !

Cho : Menottez-la, Vega.

Jane (à Abbot) : Je suis tellement heureux que vous  nous ayez trouvé.

Abbot (qui tend une bouteille d’eau à Jane) : Vous avez fait tomber ça.

Jane (qui s’approche de Lisbon ) : Hey

Lisbon : hey

Jane : Nous y voilà.

Lisbon boit un peu d’eau.

Le soir, au siège du FBI.

Cole : Je sais ce que vous voulez. Vous voulez mes contacts, des contrebandiers internationaux. Je peux vous les donner... Beaucoup d'entre eux..des noms, des lieux. Pas du tout, je vous dirai leur plat préféré. Mais d'abord, vous allez me donner quoi ?

Cho : Vous nous dites tout, et on n'accusera pas Marie pour complicité du meurtre que vous avez commis. Elle sortira, aura une chance d'avoir une vie normale.

Cole : Vous plaisantez ? Vous pensez que je vais laisser passer ma seule chance pour cette salope ? Vous allez faire quelque chose pour moi.

Cho : Vous avez tué un homme sans aucune raison, devant des caméras, et devant un agent du FBI. Pas de peine de mort. C'est le deal. Vous allez mourir en prison... ça ne sera pas juste pour un moment. À prendre ou à laisser.

Cole : J'accepte.

Dans le bureau d’Abbot.

Cass : On peut bosser avec ça.

Sur l’écran,

Cho (qui tend un papier à Cole) : Lisez ça.

Abbot : On vous enverra un rapport dès qu'il aura fini de signer.

Cho sort de la salle d’interrogatoire, un papier à la main.

Vega : Agent Cho, il a enfin parlé ?

Cho : Oui. Vous avez bien travaillé aujourd'hui.

Vega : Agent Cho, monsieur, je peux dire quelque chose ?

Cho : Inutile de m'appeler monsieur ou agent.

Vega : J'ai observé votre travail, et j'admire la façon dont vous vous comportez au travail. Cet endroit est un peu fou, mais vous m'impressionné.

Cho : Ok

Vega : J'aimerais avoir l'occasion de plus travailler avec vous, voir comment vous agissez, pour avoir des repères.

Cho : Je ne sais pas. Je dois y réfléchir.

Vega : Ça parait bien. Merci.

Au FBI, le lendemain, Jane sort de l’ascenseur.

Cho : J'ai parlé à Abbott. La CIA a pris contact avec lui grâce à un des noms donnés par Cole, un passeur.

Jane : Super. Ça progresse.

Cho :  La CIA a mit la pression sur Cole pour qu'il déballe tout... associés, habitudes, vie personnelle.

Jane : Quel est le rapport avec nous ?

Cho : On connait la copine d'un des passeurs. Toi aussi.

Jane : Vraiment ?

Cho tend à Jane un dossier. Ce dernier l’ouvre et voit la photo d’Erica Flynn. Jane fait « Ohhh ».

 

Devant la salle où se déroule un gala de charité, des personnes se saluent et arrivent dans de luxueuses voitures. Un homme et une femme assistent à la scène dans leur voiture.

Marie : I'm driving.

Cole fait un boum avec son arme collée contre sa tête.

Marie : You promised.

Cole : Yeahhh

Marie : Love you.

Cole : Yeah, you do.

Ils sortent de la voiture et se dirige vers la réception.

Cole : Nobody move!

Marie : The keys! Give me the keys!

Cole : Step away from the car! (Il saisit l’homme, le jette à terre). Get away from the car!

Marie : Come on, baby.

Marie monte dans la voiture.

Cole (à Marie): Go, baby, go!

Cole en courant vers sa voiture : Buckle up!

Une course poursuite entre les deux voitures et la police s’engage… Finalement, Marie est stoppée par une voiture de police. Elle essaye de se sauver mais est mise à terre par un policier.

Policier : Hey! Hey, stop! HPD! Stop!

Marie (en se débattant) : Get off me!

Get...Off me!
Behind your back!

Policier : Dispatch 42, female suspect in custody.

Marie : Get off of me!

Cole arrive dans une zone industrielle en klaxonnant, gare la voiture et en sort…

Cole : Like butter, baby! Let's celebrate.

Un homme sort d’un hangar et se dirige vers un homme adossé à une voiture. Cole les rejoint et cherche Marie des yeux.

Cole : Where is she? What happened?

Homme 1 : It was on the scanner. Cops chased her down.

Homme 2 : That's what happens when you let a woman drive.

Cole (vers Homme2) : What are you smiling about?

Homme 2 : Cole, I just...

Cole pousse violemment Homme 2 sur le capot de la voiture.

Cole : Go get a chamois. Come buff this out.

Homme 1 : We should get out of town.

Cole : We can't get out of town. We've still got product to move. We still need a car.

Homme 1 : What if she talks?

Cole : You don't know Marie.

Dans la salle d’interrogatoire, un policier oblige Marie à s’asseoir.

Cho : "Armed robbery, assault with a deadly weapon, "resisting arrest, felony eluding, reckless driving."

Abbot : You know, a cruel man would tack on running through a red light and speeding, but I'm not a cruel man.

Marie : Mm. FBI, huh? Didn't know I, uh, rated the Feds.

Cho : Your boyfriend, Cole Foster, runs a luxury-car-theft ring with jobs from Phoenix to Tulsa. Crossing state lines makes it federal.

Abbot : How old are you, Marie?

Marie : Who cares?

Abbot : You have a lot of life left. I know you don't want to throw it away.

Cho : Under federal law, we can charge you with being your boyfriend's coconspirator. You know what that means? That means you answer for what you did and anything he did.

Abbot : And you can get 50 to 60 years, easy. You don't want to walk out of prison at 80. So help us, and we'll make this mess go away a lot faster. Tell us where Cole is.

Marie : You bastards. I'd go to hell for Cole. You think I care about jail? Lock me up.

Abbot : Take her.

Cho : Plan "B"?

Abbot : Plan "B."

Jane et Lisbon sont assis à l’arrière d’une voiture.

Jane : Don't tell a whole lot of little lies. Just one big lie is enough, and everything else just stays the same - you're from Chicago, you got three brothers, you're ticklish.

Lisbon : I am not ticklish.

Jane : Yes, you are.

Lisbon : Everybody is ticklish when they're being tickled.

Jane : If you want someone to trust you, ask them for a favor - even a small one.

Lisbon : Jane, I know what I'm doing.

Jane : One last thing. When you shower, promise me this - that you will wear the flip-flops, please."A" -- it makes you look less attractive, which should be considered, and "B" the floor is a petri dish.

Lisbon : Okay.

Jane : Okay.
Lisbon : I hear you. Thank you.

Abbot arrive et parle à travers la vitre ouverte.

Abbot :  It's time. Are you good?

Lisbon : Yeah.

Lisbon ôte son imper, aidée de Jane.

Abbot :  The warden has set it up so that you will be sharing a cell with Marie. The sooner you get her to tell you where Cole is, the better.

Lisbon : I'm ready.

Abbot : Be careful, huh?

Jane : I'll wait for you.

Lisbon : Go.

Jane sort et regarde la voiture entrer en prison.

Lisbon tient son paquetage et marche dans les couloirs escortée par une gardienne.

Gardienne : McGregor, Teresa. Transfer from Amarillo, prisoner number 90026, correct? We don't tolerate gangs, drugs, or violence. You violate the rules, and you will be transferred to a higher-security institution. Keep to the straight and narrow, and we'll all get along fine. This is you.

Lisbon entre dans sa cellule.

Lisbon (en s’adressant à Marie) : Hey. I'm Teresa McGregor. I'm your new bunkmate.

Marie : What are you in for?

Lisbon : Burglary. Judge wouldn't give bail for repeat offenders, so here I am. Mm. You?

Marie : Grand Theft Auto. Well, that's what they're charging me with, and like a million other things. McGregor. That's Irish, huh?

Lisbon : My grandparents came over from Derry.

Marie : Ah. Marie Flanagan. Uh, mine were from... somewhere like that. I don't , I don't know.

Lisbon : Uh, you mind if I take the top bunk? I get a little claustrophobic.

Marie : Well, that depends - are you crazy enough to take it from me?

Lisbon : Forget it.

Marie : What I thought.

Retour au bureau du FBI, Vega se dirige vers son bureau une tasse à la main.

Vega : (en parlant à Vega) : Whoa. Whoa, whoa,whoa, whoa. What do you got there?

Vega : Coffee. Why?

Wylie : That's Jane's cup.

Vega : Seriously?

Wylie : Well, it's a rookie mistake, no problem. Just wash it, put it back, and he'll never know. Well, he - he might not know.

Vega : Okay. Sure.

Une femme sort de l’ascenseur, suivie d’Abbot.

Vega : Hey, any idea who that is? She was here a few days ago.

Wylie : Uh, her name's Cass, I think. Abbot said she's with the CIA. Don't know what she's here for. No, no, s-seriously, you -- you want to wash that.

Vega : Okay.

Cass : Your agent inside already?

Abbot : She's sharing a cell with Flanagan. The plan is for Lisbon to get Marie to give up Cole Foster's location. I just hope it doesn't take long.

Cass : I know it's risky. The Agency appreciates everything your people are doing.

Abbot : Ms. Cass, I'm all about interagency cooperation - it's great. But thanks to you I put one of my best people in danger to catch a car thief, and I don't know why the CIA cares so damn much.

Cass : Between us?

Abbot : Sure.

Cass : Foster sells the cars he steals overseas. His buyers are in the Middle East, Europe.

Abbot : So he's plugged in to international smugglers.

Cass : People who smuggle luxury cars can smuggle other things - drugs, money, bombs.

Abbot : So you think he's tied to terrorists.

Cass : I think the people he works with are, and if you can get him into custody, we can have those names.

Abbot : Why go after him now?

Cass : The NSA has picked up some chatter about plans for an operation here in the U.S. We think one of Foster's contacts is in on it and it's coming soon. Now, I appreciate that your agent is in danger, but I would think that you would agree it's worth the risk.

Dans le bureau de réunion, Jane examine une carte.

Cho(en s’adressant à Abbot qui vient d’entrer): What's the CIA have to say?

Abbot : Well, nothing worth repeating. What's that?

Jane : It's a map Wylie made for me. Uh, this is Marie's route during her car chase. You notice how she turns that way, then that way, then that way again?

Abbot : Huh. So?

Jane : Well, when you're being chased, your subconscious wants you to run home, but your  conscious mind doesn't want to lead your pursuers there. So, she has, uh... Zigzagged in a way. But where she really wanted to go was this neighborhood.

Cho :  That makes sense - industrial area. Economic downturn hit it hard, lots of empty warehouses.

Abbot : Just the place to hide a lot of stolen cars. Well, if we find Cole's base there, we might be able
to scoop him up.

Cho :  Yeah, but that's four square miles. We need a little bit more to go on.

Abbot : Well, which warehouse is it?

Jane : Well, I can't do everything.

Abbot : Well, uh, let's see if we can narrow it down.

Cho : You got it.

Cho quitte la pièce.

Jane : You're wearing a new aftershave. I believe it has Ambergris in it. That's very expensive for the office. What's the special occasion?

Abbot : Uh, you know, date night with the wife.

Jane : Nice.

Abbot : Yeah, Lena's on a short list for a position in the commerce department in D.C., so we're celebrating.

Jane : Well, tell her congratulations for me.

Abbot : Oh, well, it's not said and done yet, but we're hopeful. You know, Jane......we will bring Lisbon back home safe.

Jane : Of course we will. Okay.

En prison Lisbon est couché et regarde dans le vide. Au FBI, Jane a le regard inquiet.

Le lendemain, en prison, Lisbon lit et entend :

Marie : What's your problem?

Détenue 1 : Yeah, I don't like you. I don't really care!
     Excuse me.
     I'm gonna use the phone.
     You got to get in line like the rest of us. I was in line!
     Really?
     Yeah.

Détenue 2 : Hey, watch it, watch it. What –
    I wasn't even talking to you! Back off!
    You think you're too good to stand in line or something?
    You've been eyeballing me since I walked through that door.

Lisbon : What's going on?

Détenue 1 : Yo, mind your business!

Marie : Stay out of it.

Gardien : Cut it out.

Lisbon :  I'm not trying to pick a fight.

Détenue 1 : Bitch, who the hell are you?

Lisbon : Somebody who doesn't want to get transferred to higher security --just like you.

Détenue 1 : Oh, yeah?

Lisbon : We're gonna go back to our bunk, and you're gonna get back in line and make a phone call.

Détenue 2 : Hey. Phone's open. I'm gonna call my old man.

Détenue 1 : Whatever. Oh, and I'll see you around.

Marie : What the hell was that?

Lisbon: I raised three brothers. You learn to deal with aggression.

Marie : Well, I didn't need your help, all right? I can handle myself.

Au FBI, Jane avance le téléphone à la main.

Jane : How you holding up? Roommate troubles?

Lisbon : It's like we're doing the cha-cha -I take one step forward, she takes one step back.

Jane : Does she have any friends?

Lisbon : She likes picking fights a little bit too much -- a loner.

Jane : Oh, well, she needs a friend. We all do.

Lisbon : You have not met this girl. Oh, a tough cookie, likes to hide her emotions under a hard veneer?

Jane : Yeah, I think I've met a woman like that before.

Lisbon : Is that so?

Jane : Uh, you want to know how I got her to lower her guard?

Lisbon : How?

Jane : Uh, I lowered my own.

De retour dans la cellule. Marie et Lisbon sont couchées.

Lisbon : Marie. Marie.

Marie : What?

Lisbon : I can't sleep. You?

Marie : No. It's too hot.

Lisbon : Yeah. I miss my boyfriend.

Marie : What's he do?

Lisbon : He's a hustler. He uses his brains to get by.

Marie : Like a con artist? That's cool. How long you been together?

Lisbon : We've known each other a long time, years and years, but we weren't together. I mean, we -we were friends, but... I couldn't admit that my feelings had changed for him not even to myself.

Marie : I know what that's like.

Lisbon : I tried to run away. I met a nice guy. He was a good man but not the right man. I was gonna marry him. Then Patrick told me he loved me and that he didn't want me to leave.

Marie : What'd you do?

Lisbon : I stayed. It felt so good not to live a lie anymore. Scary, too. I don't know what's gonna happen, you know, if he's gonna stick around or...

Marie : My boyfriend... his name's Cole. He's a real outlaw.I like that. Cole and me, we live wild. I mean, it's like wild. Like, right now, we're living in a warehouse.

Lisbon : You live in a warehouse?

Marie : It's actually more like a hideout. Cars like you wouldn't believe million-dollar cars, expensive stuff, but we live off of gas-station chimichangas. It's, it's wild.

Lisbon : Wild is one thing -no shower is another.

Marie : Aw, hell, we have a shower. Cole even stole cable from the no-tell motel
down the block.

Au FBI, Abbot sort de l’ascenseur et s’adresse à Cho, assis à son bureau.

Abbot : I hear we caught a break.

Cho : Lisbon called in. Marie told her about a warehouse she and Cole stay in.

Abbot : Did she give a location?

Wylie : Not an address, but looking in the neighborhood Jane pinpointed, we found a warehouse that fit all the details Marie gave us, down to the gas-station chimichangas.

Abbot : Chimichangas?

Wylie :  That's not important. What is important is that the warehouse is leased by a fake corporation.

Cho : Sounds like what we're looking for.

Retour en salle d’interrogatoire.

Abbot : Well, it's enough for a warrant. Why don't you get a team together and head down there and see what you can find?

Homme 1 : That's a load of crap, man. You got nothing on me. You're gonna be hearing from my lawyer.

Cho : We just caught you in a warehouse full of stolen vehicles. You're the one that should be trying to make a deal with me. If you're too stupid to see that, I don't know what value you have for the FBI.

Homme 1 : C-come on, man. Let's - let's talk.

Cho : Do you want to tell me where Cole Foster is?

Homme 1 : Look, his old lady got caught last week. It has him paranoid as hell. He's in town. That's all I know.

Cho : If he's so paranoid, why is he sticking around?

Homme 1 : Good question.

Cho : Tell me how I can find him.

Homme 1 : Man, I don't even have his burner number. Hendricks is the only one that knows how to get ahold of him.

Cho : Ronald Hendricks?

Homme 1 : That's right.

Sur un ordinateur

Cho And how can I find Hendricks?

Homme 1 : I don't know. He's with Cole I guess.

Abbot clique sur la souris du PC.

Abbot : We already put a BOLO out on Hendricks. That's a dead end.

Jane : Maybe.

Abbot :  Marie's useless as a source of information now. Let's pull Lisbon out.

Jane : Marie may be useless as a source of information, but she still has a use.

Abbot : What's that?

Jane : Well, Cole should leave town, but he won't. It's obvious why -he doesn't want to leave Marie, so we give her to him.

Abbot : How?

Jane : We don't pull Lisbon out of jail -we break her out.

Dans la salle de visites de la prison.

Lisbon : You wore a vest.

Jane : Oh, this -this old thing? Well, I thought I should look the part.

Lisbon : I like it.

Jane : Well, that's -that's good to know. How are you?

Lisbon : I'm fine. The food is not good. I would kill for a salad. So, we didn't get him? What now?

Jane : You and Marie are gonna break out of here and lead us to Cole.

Lisbon : Okay.

Jane : You're gonna provide the breakout plan, Marie is gonna provide the ride.

Lisbon : And you think Cole's gonna be waiting for her?

Jane : Maybe. Or he'll be very close.

Lisbon : How are we gonna break out?

Jane : I'm working on a plan now.

Lisbon : So I just say, "Marie, we're gonna bust out of this joint"?

Jane : It's not gonna be your idea -it's gonna be her idea. Cousin Ricky needs surgery again. He's got to lose his gall bladder. doctor says it's got to go.

Lisbon : Huh?

Jane : Huh, what does it do? What does a gall bladder do? I mean, can you even live without a gall bladder? When she leaves that room, breaking out will be the only thing on her mind.

Toujours en prison, Abbot est assis et parle à Marie.

Abbot : Have a seat.

Marie : Bite me.

Toujours en prison, Abbot est assis et parle à Marie.

Abbot : So, I guess that means you haven't changed your mind about telling us where Cole Foster is. Okay. Well, he can send you a postcard when you get settled.

Marie : What does that mean?

Abbot : That means I'm allowing the Houston D.A. to file charges on you. You will be transferred to Mountain View while you await your trial.

Marie : Mountain View? That's a SuperMax.

Abbot : Well, it takes about 48 hours for the paperwork to clear, if you want to get packed.

Marie : Uh...No way. Mountain View's for crazies.

Abbot : Well, it's a more structured environment -23 hours a day in your cell, constant supervision.

Marie : You can't do that. You can't.

Abbot : I can! So you enjoy your time here for the next 48 hours because it is the best it's gonna get for a long time.

Dans la cellule, Marie pleure.

Marie : SuperMax. I hear you don't even get out of your cell to shower, they just roll one up to the door. I won't go. I won't. I won't, I won't, I won't go.

Lisbon : That does not sound good. I got some bad news, too. The D.A.'s going after me. I'm a three-time loser. I'm facing 25 to life. I can't do it.

Marie : Damn pigs. I'm so sick of getting pushed around. It's...

Lisbon : I just wish there was something we could do. Just get out of here.

Marie : Like break out?

Lisbon : I guess. It's easier to get out of here than Mountain View.

Marie : You've done break-ins before, right? How hard can a breakout be?

Lisbon : Hard. But that doesn't mean it's impossible.

Marie : But you can figure it out, right? You got brains. I can tell.

Lisbon : Maybe. But if I get us on the other side of that wall, someone's got to get us out of state right away. Otherwise, the cops will just pick us up.

Marie : My man can get us anywhere we want to go. Where do you want to be?

Lisbon : Patrick's in Florida. I could go see him.

Marie : I'm not gonna rot in a SuperMax. I say we do it.

Lisbon : I'm in.

Marie : I'm gonna make a phone call. I knew I liked you.

Au téléphone de la prison

Détenue 3 : No. Listen. No, Mark, listen to me for a second. Will you listen? I swear you have nothing
between your ears but wax. You're my brother and I love you, but you are dumber than a sack of rocks. Now, will you just calm down and listen for a minute?

Dans les locaux du FBI

Vega : This one's angry at her brother. It's not Marie.

Wylie : She's call before lights-out. New call. She wants to know who's feeding Taco, her cat. I hope someone is.

Vega : Don't we need warrants to listen on phone calls?

Wylie : Not for jailhouse payphones. Her son is feeding Taco. Taco is being fed.

Vega : Good. New call. It's not Marie.

Wylie : You know, I used to date a prisoner.

Vega : No, you didn't.

Wylie : Her name was Velma - "Big Vel."

Vega : Big Vel?

Wylie : Mm-hmm. Yep.

Vega : Oh. And why did Big Vel go to prison?

Wylie : Horse thief.

Vega : Yeah, right. Well, I

Wylie : Wait, hold on. New call.

Woman : Hey.

Wylie : I think it's her.

Cole : Marie.

Marie (au téléphone) : Let me listen.
I got some news -- big news.
The kids are coming home from camp tomorrow.

Cole : Huh?

Marie : You need to pick up the kids a little sooner than expected.

Cole : Right. I got it.

Vega : Is that Cole?

Wylie : I don't know.

Cole : When should I pick them up?

Marie : I'll be in touch again soon. Be ready.

Vega : Can we trace the call?

Wylie : No, she called a burner. No chance of tracking him down from that. Now he'll come to us. It's time to plan a jailbreak.

Dans la salle de réunion du FBI.

Wylie : These are cameras. These are where we'll find the C.O.s. I've got maps of electric lines, pipes, guard schedules. 

Jane : Well, the problem is simple - Lisbon and Marie are inside the wall, we need to get them
outside the wall. There's three ways to get past a wall - over, under, and through.

Cho :Well, they don't have time to tunnel.

Wylie : Sewage lines, if they can get to the main drainage area?

Cho : They'll need tools to open it up.

Vega : Can they go over the wall?

Cho : What about the guard towers?

Vega : See the southwest corner there? Visibility's low.

Cho : I mean, that section of wall
is 30 feet.

Wylie : Grappling hooks?

Cho : Grappling hooks?

Jane : Seems to me they should just go through. I mean, the people that built this jail were nice enough to put doors in the walls. Why don't they just use them? You see, there, that -- that door. They should go right through that door. They're gonna need a mop and a bucket with a hole in it.

Lisbon et Marie sont dans la prison.

Cho : Okay, so they'll look like they're cleaning. Why does the bucket need a hole?

Jane : We'll get there. This door here is the key - not as an escape route. It's a misdirect. (on voit Marie et Lisbon s’occuper des seaux) This is the boundary between the guards' world and the prisoners'. At shift change, it should be empty except for the guard. When the bucket empties, it'll start a chain reaction - a noisy one.

Vega : If they're spotted in prison clothes on that side of the line, game's over.

Jane : Which is why they have to head straight to the employees' locker room.

Wylie : And if they get there just before shift change, they can leave with the cafeteria workers.

Cho : What if someone thinks they don't belong?

Jane : The key to walking in or out of any place is posture and momentum. You just keep moving forward like you know exactly where you're going. People see that kind of posture, and they decide that you belong there before their conscious brain can even think about it. Then she's in your hands.

Marie : That's Hendricks over there. He'll get us to Cole, and Cole will take us out of state.

Hendricks : Hey, there. This your friend?

Marie : Teresa, it's Hendricks.

Hendricks : Hey, Teresa.

Marie : You keep your paws off her. She's taken.

Lisbon, Marie et Hendricks montent dans la voiture qui est suivie par Abbot et Cho.

Abbot (au téléphone) : We're in position. We have eyes on the car. Vega, Lisbon's car has just pulled out. Not too close. Cole is not inside. Do you see them?

Vega (au bureau du FBI) : Don't worry. The chopper's got them.

Wylie : I thought Cole would've picked them up himself.

Jane : No, he's thinking like a hunted animal right now - he's hiding.

Les voitures se suivent.

Abbot : Hold on. They're slowing down. Not sure what they're doing.

La voiture entre dans un parking souterrain.

Abbot : Vega, be alert. We've just pulled into a parking garage off Sunshine.

Cho : The chopper can't see in here. We're gonna lose her.

Jane : Abbot, what is going on?

Abbot : They're switching cars. I'm gonna go follow her. (Il sort de la voiture et dit à Cho) Watch the exit.

Hendricks: Hey. You want to go your own way, that's up to you.

Lisbon : I need a ride out of Texas. That was the deal. Let's go.

Hendricks, Marie et Lisbon partent avec une nouvelle voiture.

Abbot (au téléphone) : They switched vehicles. There's no sign of Lisbon. Cho and I will traverse the north and south streets, a one-mile radius. We'll get other teams to help us search.

Jane : You don't even know what kind of car she's driving. (à Wylie) How far is the garage?

Wylie : Uh, from here, three miles.

Jane : All right. They have to meet Cole someplace. That gives us a little time. Let's go. We're gonna join the search.

Jane et Vega partent…

La voiture des fugitifs arrive en trombe dans une station-service.

Hendricks : Cole told me to call from here. He'll let me know where to meet him.

Marie : Tell him to hurry up.

Marie (à Lisbon) : You hungry?

Lisbon : Sure.

Marie : Yeah, I'm starving. Let's get something to eat.

Hendricks (toujours au téléphone) : What?

Marie : We just got out of jail.

Hendricks donne de l’argent à Marie. Lisbon et Marie sortent de la voiture.

Dans la boutique de la station-service.

Marie : I'm gonna get a big pile of cookies and candy a soda big enough to drown in. What do you want?

Lisbon : I think I'm just gonna get some water.

Marie : Oh, look at this –

Lisbon : chocolate. Mmm. That could be good.

Marie : These are --

Un homme de dos approche et surprend Marie, puis l’embrasse.

Cole : Hey! Hey, troublemaker. Mm!

Marie : What are you doing?

Cole : What, is this your new BFF?

Marie : Yes, this is Teresa McGregor. Teresa McGregor, meet Cole.

Cole : Teresa McGregor? I don't know her. Why'd you bring her here?

Marie : 'Cause I promised her a ride out of here.

Cole : I didn't promise Teresa McGregor a ride.

Lisbon : Uh, this isn't charity. The breakout plan was my idea.

Marie : Come on, Cole! She's good people, seriously.

Cole : All right, good people. How do you feel about getting out of Texas?

Lisbon : Sounds good to me.

Cole : All right. Half a mile down that road, there's a helicopter all fueled up, all right? It'll get us past any dragnet they got set up for you the two of you troublemakers.

Marie : Wow. A helicopter? Since when do you fly a helicopter?

Cole Hendricks flew them in Afghanistan. Don't worry your pretty little head. You two
buy whatever you need to buy. Let's get out of here. I'm getting the sixer. Let's go.

Lisbon : I'm just gonna grab some aspirin. I have a headache.

Cole (Cole s’adresse au caissier) : Hey. What are you typing on that phone, man?

Le caissier : Excuse me?

Cole : Let me check out your phone. (pendant que Lisbon essaye de laisser un message dans le fond du magasin) Let me see your phone? What are you hiding?

Le caissier : Hey, man! What are you, crazy? Back off! Do you want me to call the cops?

Cole dégaine son arme et tire 6 fois sur le caissier.

Marie (tout en rigolant) : Come here. Did you just see him flop like that?

Cole (à Lisbon ) : Come here. Come over!

Cole : You got a problem?

Marie : No, I told you she's cool.

Lisbon : No. No problem.

Cole : All right, let's go! Let's go, let's go, good people! Come on! Out of here!

Cole et Marie partent pendant que Lisbon trace une marque dans le sang de la victime.

Jane arrive avec Vega à la station-service.

Policier : I need you two to stay where you are. This is a crime scene.

Vega : Michelle Vega, FBI. We heard the "shots fired" call over the scanner. We have reason to believe this could be connected to a missing agent. I need your assistance.

Policier : Yes, ma'am.

Vega : How long have you been on the scene?

Policier : Call came in 15 minutes ago. I've been here about a minute. You guys got here fast.

Vega : Get crime-scene tape up. Have any other responding officers set up the perimeter.

Jane examine le magasin et trouve le carnet de Lisbon, le regarde et le met dans la poche intérieure de sa veste.

Vega : And check to see if the security cameras caught the crime on tape.

Policier : Yes, ma'am.

Jane voit la trace laissée par Lisbon.

Jane : That's her. That's Lisbon's footprint.

Vega : So she's still with him. That - that's good, right?

Jane : Look at the angle her foot is. It's like she's pointing. She's - she's pointing us that direction.

Vega : Or she stepped in it by accident.

Jane : No, she would never do that. Let's - let's go.

Vega : Okay, Jane, we don't know where they are. There's protocol here. I'll call Abbott, explain the situation, see if he and Cho are close.

Jane You call whoever you need to call, yeah.

Vega : Let's take this one step at a time, okay?

Jane : Absolutely.

Jane sort de la boutique, examine les parages et prend un pack d’eau devant la boutique qu’il pose à l’avant d’une voiture. Il entre dans la voiture et part. Sous les yeux de Vega, il jette par la fenêtre de la voiture une première bouteille.

Vega (au téléphone) : Abbott.

Près de l’hélicoptère.

Cole (sortant sa tête de l’hélico) : Let's get in the air, yeah?

Hendricks : Uh, I just need a couple more minutes. Let me check one more last thing.

Marie : When are you meeting up with your man?

 

Lisbon : I'm gonna call him as soon as we get out of state.

Lisbon s’approche de l’arme posée sur une table par Hendricks.

Marie (à Cole) : Love you, baby.

Cole voit que Lisbon s’approche de l’arme.

Cole : Hey, there, Missy.

Marie : What were you doing?

Lisbon : Nothing.

Cole : Hendricks, grab your gun.

Marie sort son arme.

Cole (à Lisbon) : What's your game? What do you need a gun for?

Lisbon (qui lève ses mains en l’air) : I have no idea what you're talking about.

Cole : Is that right?

Hendricks : Where'd she come from anyway?

Jane approche prudemment.

Marie : She was my celly.I told you.

Cole : So why's she need a gun?

Marie : How should I know?

Cole : I don't like this.I do not like this. (Marie appelle Cole Baby). Don't "baby" me.

Jane regarde son portable.

Cole : She was going for the gun. She thinks she's slick. She thinks she's gonna put one over on us.

Marie : So, what are we gonna do?

Cole : You want me to draw you a sketch? You know what.

Marie : Just let me think a second, okay?

Jane court à la voiture des fugitifs et arrache le rétro intérieur.

Cole : This isn't the time for thinking. It's time for action.

Hendricks : Hey. We're ready to go.

Cole : Not until we deal with her. Sure as hell can't leave her behind. She knows what our plans are .(en s’adressant à Marie) Look, that only leaves one option.

Marie : She's good people. Just make it quick.

Cole approche l’arme de la tempe de Lisbon.

Jane : Excuse me. Patrick Jane, FBI. Drop your weapons. You're coming with me. Got this place surrounded with snipers. You put your guns down right now, you walk out of here alive. You hear that?

Cole : You're lying.

Jane : Oh, really? You think I'd walk in here unarmed with no cover, do you?

Marie : I know you from somewhere.

Hendricks : Cole, there's a sniper in that tree over there. I can see his glass.

Jane No one has to die -not today.

Marie : I know you. What's he doing here?

Cole : Who is he?

Marie : It's her boyfriend! I saw him at the jail. He's a con artist. It's some kind of trick. What the hell's going on?

Cole tire dans l’arbre et fait éclater le miroir.

Jane : Well, here we are.

Cole : You walked out here to face us by yourself with nothing but a rearview mirror for a backup?

Jane : Worth a shot. (S’adressant à Lisbon) Sorry, I-I couldn't think of anything else.

Lisbon : It's okay.

Cole prend en joue Jane.

Abbot, accompagné d’agents du FBI, arrive et crie…

Abbot : FBI! Drop your weapon right now! Put your gun down! Freeze!

Lisbon (saisissant l’arme de Marie) :  Get down!

Cho : Get on your knees! Put your hands on your hand! Hands where I can see them!

Agent du FBI : Do it now! That's an order! Now!

Cho : Cuff her, Vega.

Vega : Yes, sir.

Marie : Okay, okay.

Jane (à Abbot) : Oh, I'm so glad you decided to catch up.

Abbot (qui tend une bouteille d’eau à Jane) : You dropped this.

Jane (qui s’approche de Lisbon ) : Hey.

Lisbon : Hey.

Jane : Here we are.

Lisbon boit un peu d’eau.

Le soir, au siège du FBI.

Cole : I know what you want. You want my contacts - international smugglers. I can give them to you... Lots of them - names, locations. Hell, I will tell you what their favorite foods are. But first, what are you gonna give me?

Cho : You give us everything, and we don't charge Marie as an accessory to the murder you committed. She'll get out, have a chance to have some kind of life.

Cole : You kidding me? You think that I'm gonna spend the only coin I got on that crazy bitch? You're gonna have to do something for me.

Cho : You killed a man today for no reason at all, you did it on tape, and you did it in front of an FBI agent. No death penalty - that's the deal. Now, you're gonna die in jail - just not gonna be for a while is all. Take it or leave it.

Cole : I'll take it.

Dans le bureau d’Abbot.

Cass : We can work with this.

Sur l’écran,

Cho (qui tend un papier à Cole) : Read through this, please

Abbot : We'll send you a transcript as soon as he's done signing.

Cho sort de la salle d’interrogatoire, un papier à la main.

Vega : Agent Cho, did he agree to talk?

Cho : Yeah. You did good today.

Vega : Agent Cho, sir, may I say something?

Cho : You don't have to call me sir or agent.

Vega : I've been observing your work, and I admire the way you carry yourself on the job. This place is a little bit crazy, but you make sense to me.

Cho : Okay.

Vega : I would welcome the opportunity to work with you more, learn how you do things, get some pointers.

Cho : I don't know. I'll have to think about it.

Vega : Oh. Oh, okay. Sounds good. Thank you.

Au FBI, le lendemain, Jane sort de l’ascenseur.

Cho : Jane.

Jane : Yes?

Cho : Just talked to Abbott. The CIA got in touch with him about one of the names that Cole gave
up - some smuggler.

Jane : Oh, that's great. That's progress.

Cho : Well, the Agency squeezed Cole for everything they could get --associates, habits, personal life.

Jane : Mm. Well, what does that got to do with us?

Cho : Turns out, we know the smuggler's girlfriend -- well, you do.

Jane : I do?

Cho tend à Jane un dossier. Ce dernier l’ouvre et voit la photo d’Erica Flynn.

Jane : Oh.

 

Kikavu ?

Au total, 98 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

melina2206 
09.12.2018 vers 18h

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

stephane25 
18.02.2018 vers 19h

CastleBeck 
23.01.2018 vers 01h

ArthurRrr 
29.09.2017 vers 11h

Sandy92 
01.09.2017 vers 19h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Owain Yeoman guest dans Blacklist ce soir sur TF1

Owain Yeoman guest dans Blacklist ce soir sur TF1
Owain Yeoman,  que les fans de Mentalist apprécient dans le rôle de Wayne Rigsby, sera ce soir le...

Quartier Rizzoli & Isles : sondage avec Patrick et Teresa

Quartier Rizzoli & Isles : sondage avec Patrick et Teresa
Depuis hier soir, le quartier Rizzoli & Isles propose un tout nouveau sondage. Le thème proposé est...

Mariage à l'anglaise ce soir sur TMC

Mariage à l'anglaise ce soir sur TMC
Ce soir à 21h00 sur TMC est diffusé le film "Mariage à l'anglaise" avec Simon Baker qui donne la...

Eric Winter devient médecin dans The Good Doctor

Eric Winter devient médecin dans The Good Doctor
Eric Winter, qui avait joué Craig O'Laughlin dans Mentalist, vient d'obtenir un rôle récurrent dans...

Nouvel OS

Nouvel OS
Bonjour,   Revoici une nouvelle histoire spécialement écrite pour Halloween par AllisonMe, terminée...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Mentalist est actuellement rediffusée tous les vendredis soir sur TMC. Regardez-vous les épisodes ?

Total : 77 votes
Tous les sondages

Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

grims, Hier à 07:26

Qui rejoindras choup37 ? venez vous inscrire sur le quartier The Tudors ! vous pourrez choisir votre série historique préférée

Steed91, Hier à 09:13

Nouveau sondage sur Modern Family, quelle musique correspondrait le mieux à la série ?

Steed91, Hier à 09:13

Venez nombreux

SeySey, Hier à 09:40

Bonjour à vous! Nouveau duel sur le quartier Manifest! Qui mérite une place à bord du vol 828? 2 consultants de la police en compétition

sabby, Hier à 18:17

Qui n'a pas encore ouvert la case du jour du double calendrier de l'Avent d'Empire ? On vous attend

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site