VOTE | 556 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#216 : Code rouge

Quand une chercheuse scientifique gouvernementale est exposée à une toxine mortelle alors qu'elle travaille, et n'a plus que quelques heures à vivre, elle fait appel à Jane et au CBI pour trouver son meurtrier.

Avis de Télé Star : Une enquête sur un assassinat qui ne s'est pas encore produit. Prenant.

Popularité


4.8 - 5 votes

Titre VO
Code Red

Titre VF
Code rouge

Première diffusion
11.03.2010

Première diffusion en France
27.10.2010

Vidéos

Trailer CTV

Trailer CTV

  

Trailer CBS

Trailer CBS

  

Promo Tout de suite TF1

Promo Tout de suite TF1

  

Plus de détails

Dates de diffusion Fr  

31 mai 2010 (TPS Star)
27 octobre 2010 (TF1)

     
Scénario   Bruno Heller
Réalisation   John Showalter
Avec  

Tony Curran (Dean Harken)
George Newbern (Dr. Cliff Edmunds)
Amy Price-Francis (Dr. Alicia Seberg)
Matt Malloy (Scott Price)
JC MacKenzie (Griffin Welks)
Casey Strand (Lilith Nash)

Audience US : 16,02 millions de téléspectateurs (3.4%)

Audience Fr : 8,50 millions de téléspectateurs

Une femme en blouse blanche, entre dans les locaux de Zitek Biosystems Facility de Los Corrados en Californie. Comme elle doit entrer dans les locaux sécurisés elle se fait reconnaître par un identificateur orbital. Puis elle met des gants et entre dans une autre pièce où elle ouvre une cuve réfrigérée et prend une valisette. Lorsqu’elle ouvre la valisette son regard se trouble. Elle constate qu’il manque une fiole. Elle regarde alors partout autour d’elle. Elle trouve la fiole sur le sol. Lorsqu’elle entend la porte elle se retourne et dit à l’homme appelé Griffin de ne pas entrer. L’homme demande à la femme, le Dr Seberg, ce qu’il ne va pas. Alors qu’elle montre la fiole ouverte, Griffin recule et dit « Oh mon dieu ».

Au CBI, Patrick entre dans le bureau de Lisbon et fait quelques pas de danse. Jane demande à Lisbon de se débrider. Il lui dit qu’il vaut mieux être heureux que triste. Jane dit qu’elle est triste depuis que… (sous entendu bien sûr la mort de Bosco). Lisbon nie. Rigsby pénètre dans le bureau et dit qu’il y a un appel pour Jane et que c’est extrêmement urgent. Patrick décroche. Le Dr Alicia Seberg dit qu’elle a rassemblé des informations sur internet disant qu’il est le meilleur détective aux alentours. Le Dr Seberg lui demande de venir immédiatement. Elle ajoute qu’elle vient d’être assassinée.

Jane et Lisbon arrivent en hélicoptère. Ils sont accueillis par Dean Harken du département du ministère de la santé. Il explique qu’ils ont une alerte rouge due à une éventuelle propagation de virus. Dean Harken pense qu’il n’y a rien d’alarmant et que le Dr Seberg a dû faire une mauvaise manipulation. Harken est brutal dans ses propos et ne permet pas à Lisbon de parler. Il ne l’écoute pas et lui coupe la parole. Il considère que leur enquête est prioritaire sur celle du CBI. Jane demande à voir la pièce d’identité de Harken. Celui-ci la lui donne. Jane dit qu’il est dommage qu’il n’est pas mis de photo car il est un bel homme. Scott Price vient saluer Jane et Lisbon. Il dit que c’est lui qui dirige les installations de Zitek Biosystems.

Alors que tout le monde se dirige dans les locaux, Harken présente le Dr Edmunds à l’équipe. Edmunds est le directeur des recherches. Le docteur va conduire Lisbon et Jane sur les lieux de l’accident tandis que Harken demande à Price de le suivre.

Lisbon demande à Edmunds ce qui se fait dans le laboratoire. Il indique qu’il s’agit d’une guerre biologique. Il y a donc de l’anthrax, du botulisme, de la peste également le venin du cobra. Tout ce qui a un fort pouvoir de destruction. Jane dit qu’il développe des moyens de tuer les gens massivement. Edmunds répond que non ils fabriquent les antidotes. Edmunds se présente devant un capteur oculaire se faire identifier et ainsi lui permettre de rentrer dans la zone sécurisée.

Ils arrivent auprès du Dr Seberg. On comprend tout de suite qu’elle est le Dr Edmunds sont ensembles. Elle dit qu’elle se sent toujours pareil. Pourtant elle présente une augmentation du rythme cardiaque. Le Dr Seberg se présente ensuite à Jane. Lisbon montre sa carte d’agent et demande au Dr Seberg de récapituler les faits. Elle dit que quelq’un a ouvert un tube contenant des molécules de la souche Cryptohansa B et l’a laissé sous la cuve. Elle dit que si le virus s’échappe cela tuerait toute créature vertébrée dans un rayon de 375 km. Elle dit que cela attaque les globules et empêche l’oxygène d’être distribuée. La victime meurt de suffocations ou d’une attaque cardiaque. Cela dépend de la condition physique de la personne. Cela peut prendre de deux à six heures. Jane dit que Harken prétend qu’elle a fait ça elle-même. Seberg dit qu’il est un bureaucrate et qu’il cherche la réponse facile. Elle explique qu’il y a 4 étapes pour enlever le capuchon. Elle dit que la personne qui a fait ça la visait car tout le monde sait que c’est elle qui travaille en premier dans le laboratoire. Jane dit que la personne qui a ouvert le flacon doit se préparer à mourir si c’est pas déjà fait vu qu’il s’est trouvé exposé. Seberg dit que non car il existe un antidote. Mais il faut que cet antidote composé d’éléments chimiques soit pris avant exposition au virus. De plus il ne faut pas le prendre par précaution car il y a beaucoup d’effets secondaires. Le Dr Seberg indique que les seules autorisées sont elle, Cliff, Welks, Nash et Tripp. Le Dr Seberg ne comprend pas puisque le laboratoire dispose d’un système de sécurité biométrique ultramoderne. Lisbon souhaite parler aux collègues autorisés.

Dans le couloir Jane lui confie que l’enquête intéressante puisqu’elle est unique. Lisbon appelle Van Pelt pourqu’elle fasse des recherches sur Cliff Edmunds, Lilith Nash, Griffin Latimer Welks et Florian Eric Tripp.

Jane et Lisbon vont voir les trois collègues qui se trouvent dans une salle. Ils sont tous assis l’un à côté de l’autre, installés à une table et écrivent. L’un d’eux demande si Jane essaie de les rendre nerveux. Il dit que oui le type répond qu’il y arrive. Jane répond que c’est excellent. Jane dit que Alicia Seberg avait une liaison. Jane comprend qu’il s’agit du Dr Kaseem. Il va alors voir Alicia. Le Dr Kaseem est justement présent et Jane demande pourquoi elle lui a caché cet élément. Personne ne n’y. Cela ne choque ni Alicia ni son mari. En fait leur couple est un couple libre. Le Dr Kaseem dit qu’au début cela lui semblait bizarre mais plus maintenant. Tout à coup l’ordinateur d’Alicia sonne. C’est Isabel sa fille qui souhaite lui parler après avoir eut le message de son père. Alicia ne veut pas que sa fille pleure et lui pose pleins de questions sur elle, l’école ses amours… Alicia demande à sa fille de ne pas être trop triste quand elle ne sera plus là. Elle veut que sa fille soit courageuse. Alicia dit aurevoir à sa fille. Elle se lève puis dit aurevoir à son mari et qu’elle l’aime. Puis elle s’écroule. Jane a observé toute la scène.

Harken arrive ensuite et présente ses condoléances à son mari. Harken dit que la procédure de décontamination va pouvoir avoir lieu. Le Dr Edmunds explique la procédure. Il explique que c’est un bain de radiations à faible intensité qui a été élaboré pour cette éventualité. La chambre se trouvant irradiée le virus est détruit. Lisbon demande quand ils pourront accéder à la scène de crime. Harken continue de penser qu’il s’agit d’une erreur de la part d’Alicia et qu’il n’y a pas eut de crime. Lisbon explique qu’elle n’est pas d’accord et que pour elle il s’agit d’un homicide.

Au CBI, Van Pelt explique que jusqu’en 2008 Seberg, Edmunds, Nash et Tripp ont tous travaillé ensemble à l’institut Technologique Nord Californien dans le domaine de la biochimie. Seberg et Edmunds sont partis soudainement à cause d’un conflit.

Harken procède à l’interrogatoire de Tripp. Jane interrompt Harken. Il n’est pas d’accord avec sa façon de procéder. Lisbon appelle alors Jane et ils sortent de la pièce.

Dehors, Lisbon lui demande de se calmer. Lisbon lui dit que le DMS est riche et puissant. Tout ça est de la politique et avec les relations du DMS il vaut mieux ne pas se les mettre à dos. Lisbon dit à Jane d’aller au distributeur s’acheter une barre chocolatée. Jane lui demande un dollar que Lisbon lui donne en lui demandant cependant de le rembourser.

Cho et Rigsby interrogent un homme qui a travaillé avec Seberg et tous les autres. Il explique que c’était une équipe très brillante et qu’ils ont tous été très peinés de les voir partir. Ils ont essayé de les garder avec les contrats qu’ils avaient signé mais Zitek a menacé de les poursuivre. L’homme explique qu’Edmunds était un homme à femmes qui avaient beaucoup de liaisons et parfois avec sa femme c’était le drame. L’homme dit que Greta Skye était impliquée dans toute cette histoire.

Jane demande à l’homme qui procède à la décontamination combien de temps cela prend-il. Il mange une barre chocolatée. Jane ouvre un placard mais l’homme lui demande de ne pas toucher. Jane passe ensuite devant l’ordi. Isabel est toujours présente. Jane lui demande si elle l’entend. Jane entame une discussion avec la jeune fille. Il lui explique qu’elle devrait manger du chocolat car le chocolat effacerait l’émotion qu’elle a subit. Le sucre lui serait bon pour l’énergie. Jane demande à Isabel d’éteindre son ordinateur de partir et de raconter à un ami ce qu’il s’est passé. Jane se présente alors devant la reconnaissance biométrique. Il dit « ouvre toi sésame ». Il se recoule car ça s’ouvre. L’homme qui procède à la décontamination arrive et referme la porte. Jane se bouche le nez et demande si c’est normal que cela arrive. Jane va alors voir Harken et Lisbon et leur dit qu’il faut élargir le champ des suspects.

Il explique que les scanners laissent entrer tout le monde. Il demande Harken d’essayer. Cela fonctionne aussi avec lui.

Harken, Lisbon et Jane vont parler à Scott Price. L’homme donne des explications rocambolesques. Jane l’imite car l’homme parle avec les mains. Jane explique à Scott Price qu’il montre ses paumes et que c’est un geste suppliant suggérant de la culpabilité. Harken reconnaît que Jane a raison et que ses explications ne sont pas convaincantes. Harken dit à Price qu’il est arrêté. Scott demande pourquoi. Harken dit pour le meurtre du Dr Seberg. Lisbon se retourne vers Harken pour lui dire que ce n’est pas son rôle. Price en profite pour s’enfuir. Lisbon et Harken lui courent après. Price monte dans sa voiture. Il se faufile mais dans sa course il percute un véhicule garé.

Price est interrogé par Harken. Il explique que le logiciel a une anomalie. Le système est donc en réparation. Mais cela le rend inefficace le temps de la réparation. Cela dure depuis 2 mois.

Jane dit à Harken que Price n’avait aucun intérêt a tué Seberg.

Tout le monde se dirige vers la pièce biologique car il est temps de l’ouvrir. Jane suggère de porter des masques mais plus aucun danger ne courre. Harken ouvre la valisette. Dedans se trouve 5 flacons intacts. Il demande que la valisette soit remise au réfrigérateur. Harken demande ensuite à ce qu’Alicia Seberg soit sortie.

Cho et Rigsby parlent avec Greta. Greta explique que Cliff est une âme très douce. Alicia est super cool. Un jour alors que Greta avait une relation avec Cliff elle a trouvé un mot sous sa porte lui disant qu’elle était une putain et qu’elle devait rester loin de Cliff. Elle pense à une assistante de Cliff qui lui a un jour lancé un regard foudroyant. La jeune femme s’appelle Lilith Nash.

Van Pelt a enquêté sur Nash. Elle dit que Lilith a eut un bref mariage au Canada en 96-97 sous le nom de Lilith Blaum. En 99 et toujours au Canada elle a eut une ordonnance restrictive par son mari. Ensuite elle a passé 4 mois en hopital psychiatrique.

Jane demande à Van Pelt qu’elle dise à Cho et Rigsby de les rejoindre. Jane et Lison vont parler à Nash. Jane ne veut pas qu’Harken soit prévenu mais Lisbon le fait car c’est la procédure. Jane reste en dehors du bureau. Il dit à Nash de venir avec lui. Jane lui demande si il y a moyen d’éviter la porte principale. Elle dit que oui. Jane croit après avoir posé des questions à Lilith en l’innocence de celle-ci. Lilith Nash ne revient pas auprès des autres. Mais Jane dit de ne pas s’en faire qu’elle n’est pas coupable. Harken demande à la sécurité de la retrouver. Un homme vient et dit à Harken qu’il y a un code rouge. Ils arrivent dans une pièce ou un flacon est ouvert. Un mot se trouve à côté sur lequel il est écrit « désolé ». Harken dit qu’il a pourtant mis les flacons en sécurité. Harken retourne dans le labo pour ouvrir la valisette. Alors qu’il l’ouvre Jane fait éclater un flacon à terre. Tout le monde se retourner et Jane en profite pour prendre un flacon. Harken dit qu’il en manque juste un.  Lisbon parle en aparté à Jane et lui demande si c’est un de ses tours. Jane dit que non. Tout le labo est réunit. Harken dit qu’il ne s’agit pas d’une exercice. Harken dit qu’ils leur restent 4 heures. Il dit qu’ils vont garder le virus à l’intérieur pour ne pas qu’il y ait de propagation. Harken dit que chacun doit faire ses prières et dire aurevoir en passant des coups de téléphones à ses proches.

Lisbon croyant mourir bientôt appelle Cho sur son portable et lui dit qu’elle le remercie ainsi que Rigsby et Van Pelt pour le travail accompli ensemble. Lisbon demande à Cho d’appeler son frère Tommy et que son numéro se trouve dans son agenda. Elle dit qu’il faut dire à son frère qu’elle l’aime qu’elle lui pardonne tout et qu’il doit faire la paix avec ses frères. Jane dit à Lisbon que c’était de beaux adieux. Il craignait qu’elle soit en larme et qu’elle devienne incohérente. Il l’a félicite. Il dit que lui n’a personne a appelé. Si il était mourant il l’appellerait elle. Comme Jane a dit « si j’étais mourant », Lisbon comprend tout. Jane lui avoue alors que c’est lui qui a ouvert le flacon et a écrit le mot. Lisbon est furieuse.  Jane appelle Cho sur son portable. Il lui dit de ne pas prendre en compte le message de Lisbon. Il dit qu’il l’a roulé et que tout est sa faute. Il lui demande d’attendre au pied du passage et que des gens vont en sortir. Jane a fait tout ça, car le tueur de Seberg sait qu’il ne va pas mourir puisqu’il a pris une dose d’antidote. Donc il ne veut pas se faire tuer par les bombes. Lisbon demande à Jane de lui donner une bonne raison de ne pas l’avoir mise dans la confidence. Si Jane ne le dit pas très vite elle va lui flanquer son poing sur le nez. Jane dit d’attendre qu’Harken va arriver et annoncer que quelqu’un s’est échappé. Mais Lisbon hors d’elle frappe Jane. Lisbon montre alors du doigt Harken qui arrive. Jane sourit et dit que c’est de ça qu’il parlait.

Au dehors, Cho et Rigsby attendent au passage. Lilith est dans la voiture. Welks sort du passage. Lisbon explique qu’il s’agissait d’un canular. Jane dit qu’il s’agissait plus d’une tactique, d’une ruse et que le plus important est qu’ils aient attrapé le tueur. Jane remet à Harken le vrai flacon qu’il avait dérobé puis s’en va en courant.

Au CBI, Cho interroge Welks. Il explique qu’il détournait des petites quantités du virus et qu’il les revendait au marché noir. Comme il était chargé de faire l’inventaire c’était facile pour lui. Mais Harken a décidé de faire un contrôle surprise. Comme il a dû agir rapidement il a renversé un flacon pour dissimuler la quantité restante.

Jane et Lisbon sont devant l’ascenseur. Jane demande à Lisbon si elle est toujours fâchée. Elle dit que c’est qui lui a remonté le moral c’est de lui avoir mis un coup de poing dans le nez. Jane dit « content d’être de service ».

Fin…

ZITEK BIOSYSTEMS

 

Une biologiste arrive à son travail, elle rentre dans une salle très sécurisée par des systèmes à repérage d'identité. Elle ouvre un conteneur où se trouve une boite qui contient un produit très dangereux à manipuler divisé en petite fiole. Elle s'aperçoit qu'il manque une fiole et la trouve par terre à moitié ouverte.

 

ALICIA: Griffin. Il ne faut pas entrer.
HOMME: Dr. Seberg, qu'est-ce qu'il y a?
GRIFFIN: Oh, mon Dieu

BUREAU DU CBI

 

Jane entre dans le bureau de Lisbon. Il lui fait un petit tour de claquette.

 

JANE: Salut.

LISBON: Salut.
JANE: Souriez!
LISBON: Pourquoi?
JANE: Parce que c'est plus sympa d'être content que d'être triste .
LISBON: Je ne suis pas triste.
JANE: Vous êtes très triste. Ça fait des mois que vous êtes triste. Vous êtes triste depuis...
LISBON: Est-ce que c'est une séances de thérapie que vous m'offrez? Vous avez des mouchoirs au cas où vous me ferez pleurer?
JANE: très bien, une étincelle de colère. Ça remue les sentiments. Excellent début.
LISBON: C'est pour ça que vous êtes venus. Pour me faire des étincelles parce que moi, j'ai du boulot.
(Rigsby passe la porte du bureau)

RIGSBY: Jane, un appel pour toi. C'est extrêmement urgent. Ligne 2.
(Jane prend la ligne téléphonique)

JANE: Patrick Jane.
ALICIA: Bonjour, Mr. Jane. Je suis Dr. Alicia Seberg. Au vu des informations trouvés sur le Net, je vois que vos êtes le meilleur détective géographiquement proche de moi.
JANE: Oh. Hé bien, vous me flattez, mais je ne suis pas vraiment détective.
ALICIA: J'ai besoin de votre assistance. Venez, je vous en supplie. On vient de me tuer.

MENTALIST - GENERIQUE

ZITEK BIOSYSTEMS

 

Lisbon et Jane arrivent en hélicoptère sur le parking du site. Des personnes les attendent.

JANE: Whoo! C'était super marrant! Whoo!
LISBON: Agent Lisbon! CBI!
HOMME: Madame, Monsieur, veuillez me suivre.
JANE: D'accord!
DEAN: Agent Lisbon. Et vous êtes...
JANE: Je suis ce mec là, Patrick Jane. Consultant?
DEAN: Okay, Teresa, Patrick, heureux de faire votre connaissance. Je suis Dean Harken, Office de Contrôle des Maladies d'état de Californie.
LISBON: Ravie de vous rencontrer.

DEAN: Oui, on est confronté à une éventuelle propagation virale de type code rouge. Toute cette structure est sous contrôle de mon service concernant le protocole de mesure d'urgence. Des milliers de gens peuvent mourir si on ne fait pas les choses correctement.
LISBON: Selon les informations...
Maintenant elle dit le contraire. Cette état de crise est certainement due à une erreur commise par le Dr. Seberg. Il n'y a eu aucun acte criminel, donc votre présence n'est pas vraiment nécessaire.
LISBON: C'est probable mais nous allons...
DEAN: Par courtoisie professionnelle, je vous autorise à entrer dans la structure. Je vous permet d'entrer en tant que observateur pour chercher des indices, du moment qu'on se rappelle qu'ici c'est le O.C.M. est le grand manitou. C'est notre enquête qui est prioritaire. Alors on est tous d'accord là-dessus?
LISBON: Absolument.
JANE: Je peux voir votre badge, s'il vous plait?
DEAN: Bien sûr.
JANE: Merci. Dean.
JANE: Pas de photo. Dommage, vous êtes plutôt pas mal.
(Un homme les salue)

SCOTT: Scott Price, je dirige cette structure pour le compte de Zitek Biosystems. D'entrée, je peux vous assurer de coopérer avec vous au maximum pour un résultat positif efficace et rapide.
LISBON: Merci, Mr. Price. Nous y allons? Je crois comprendre que c'est une urgence.
SCOTT: Ah, oui, bien sûr.

Ils marchent tous vers le lieu de l'accident.

 

DEAN: Lisbon, Jane, le Dr. Edmunds, chef de la recherche. Il va vous emmener sur les lieux de l'accident. Price, venez avec moi.
(Ils se dispersent)

CLIFF: Merci d'être venus aussi vite.
LISBON: Qu'est que faites vous exactement ici?
CLIFF: Guerre bactériologique avec la technologie moderne, anthrax, botulisme, peste butonique , même le venin de cobra, tous sont des armes de potentielles. Un secteur qui monte. Une perceptive passionnante.
JANE: Vous développez des moyens de tuer les gens en grand nombre.
CLIFF: Bien au contraire. Nous créons des antidotes pour combattre les substance qui tuent les gens en grand nombre. Et voilà. Suivez-moi.

Le docteur, Lisbon et Jane arrive sur les lieux.

 

ALICIA: 120. Chéri. C'est Mr. Jane?
CLIFF: Oui. Comment tu te sens?
ALICIA: Toujours pareil.
KASEEM: Une augmentation intéressante du rythme cardiaque.
ALICIA: Mon métabolisme essaye de se défendre avec de l'adrénaline. Bonjour, Mr. Jane.
JANE: Bonjour.
LISBON: Agent Lisbon, CBI. Vous voulez bien nous dire ce qu'il s'est passé?
ALICIA: une personne a ouvert cette fiole et l'a laissé sous le caisson. Elle contient une forme aérobic de Cryptohansa de souche B modifié pour en faire une super virus. S'il s'échappe de cette pièce, il peut tué tout être vertébré dans un rayon de 250 km. Il attaque les globules rouges, et les empêche progressivement de fournir l'oxygène. La victime meurt soit d'asphyxie soit d'une crise cardiaque, dépendant de sa forme physique. Le délai intervient dans un délai de deux à six heures.

JANE: Vous pouvez mourir d'un instant à un autre?
ALICIA: Oui.
JANE: Harken dit que vous avez provoqué l'accident, erreur tragique.
ALICIA: C'est un bureaucrate. Il cherche la solution de facilité. Il faut quatre phases distinctes pour retirer de couvercle de l'une de ces flacons, et on n'ouvre jamais une fiole en dehors du caisson. C'est une règle de base. Alors je peux vous assurer que je n'ai rien à voir avec ça. Mais ce n'est pas une erreur. Le personne qui l'a fait voulait me tuer. Tout le monde sait très bien que j'arrive la première.
JANE: Elle vous a appelé "chéri." et vous portez tous les deux des alliances. Vous êtes mari et femme?
CLIFF: Oui.
JANE: Oui, elle est surprise par votre calme et votre décontraction pour quelqu'un dont la femme va mourir.
CLIFF: En quoi un manque de calme et de décontraction pourrait l'aider?
JANE: Bien vu. Corrigez-moi si je me trompe, mais le tueur qui a ouvert la fiole, il s'expose forcement au virus, au quel cas, il est lui même mourant ou déjà mort à l'heure qu'il est.
ALICIA: Non, il y a une antidote. C'est un combiné d'enzyme. Ingérer avant l'exposition au virus évite l'infection et je suppose que celui qui a fait ça en a pris une dose.
LISBON: Vous ne pouvez pas...
ALICIA: Non, il est trop tard pour le prendre. L'antidote n'agit que si il est pris avant l'exposition, je l'ai dit.
LISBON: Pourquoi ne pas en avoir pris avant en simple précaution?
ALICIA: Les effets secondaires d'une utilisation régulière sont trop dangereux.
LISBON: Qui d'autre avait accès aux fioles contenant le virus?
ALICIA: Les seules personnes ayant accès au labo sont Cliff et moi, Welks, Nash et Tripp, nos collègues. Nous avons un système de sécurité biométrique ultra-sophistiqué, comme vous l'avez vu.
JANE: Donc votre mari ou un de vos trois collègues est l'assassin. Pardon, sera l'assassin.
LISBON: Jane.
JANE: J'essaye juste de...
ALICIA: C'est pas grave! C'est l'inévitable dénouement. Oui.
LISBON: Où sont les trois autres personnes?
CLIFF: Harken leur fait remplir un compte rendu d'incident.
LISBON: Nous allons devoir leur parler.

Lisbon et Jane sont dans les couloirs, pour aller parler aux autres collègues.

 

JANE: Une histoire géniale, hein?
LISBON: Géniale?
JANE: Intéressante. Unique.

LISBON: Si on est comme vous un monstre blasé et fana de faits divers.
JANE: Un monstre? Si des gens s'obstine à tuer d'autre et qu'on est chargé d'attraper les tueurs, je préfère qu'ils s'y prennent avec une certaine originalité.
(Lisbon appelle le bureau)

VAN PELT: Patron?
LISBON: Bonjour, Van Pelt. J'aimerais que vous vérifier les antécédents de Cliff Edmunds, Lilith Nash, Griffin Latimer Welks, Florian Eric Tripp. Je vous envoie les détails.
RIGSBY: Est-ce qu'il y a quelque chose qu'il faut chercher en particulier?
LISBON: L'un d'entre a libéré un super virus mortel. qui peut tuer la moitié des habitants de Californie, donc je cherche quelqu'un qui a des antécédents de super méchant diabolique.
CHO: Okay.
LISBON: La dernière partie s'était pour rire.
CHO: Oui on avait compris.
LISBON: A plus tard.

Les trois autres collègues sont en train de remplir les comptes rendus d'accident. Jane les observent.

 

JANE: Bonjour.
GRIFFIN: Bonjour.
FLORIAN: Bonjour.
LILITH: Bonjour.
GRIFFIN: Qu'est-ce que vous faites?
JANE: Je ne sais pas. À votre avis?
GRIFFIN: Vous voulez nous rendre nerveux?
JANE: Exact. Je m'y prends bien?
GRIFFIN: Très bien.

JANE: Tant mieux.
GRIFFIN: Mais pourquoi ?
LISBON: Son mari ou l'un de vous trois a assassiné Alicia Seberg. C'est pour trouver le meurtrier que nous somme venus.
JANE: et comme on est pressé, on vous rend nerveux pour vous démasquer.
FORIAN: Et là, pour l'instant, vous en êtes arrivé à quelle conclusion?
JANE: Je vous lis comme un livre ouvert. Vous êtes exactement ce que vous semblez être, droit comme un ''i'', un boy scout. J'ai raison?
FLORIAN: Non.
JANE: J'ai tort, vous avez une face cachée.
FLORIAN: Oui, mais...

JANE: Que cachez vous?
FLORIAN: Rien.
JANE: Qu'est-ce qu'il cache, Lilith? Et vous, que cachez vous? C'était vous n'est-ce pas ?
GRIFFIN: Moi quoi?
JANE: Vous aviez une liaison avec Alicia Seberg.
GRIFFIN: Comment? Mais non, c'est pas avec moi.
JANE: Pas avec vous. Mais avec qui alors ?
GRIFFIN: Je surveille l'équipement et les fournitures, pas la vie privée de mes collègues.
JANE: Mais elle avait bien une liaison, hein? Pour quelle autre raison son mari voudrait a tuer? Et si c'est pas lui, c'était l'un de vous trois. Lequel est-ce? À mon avis, c'est Kaseem. Oui.
LISBON: Son mari est au courant?
FLORIAN: Il le sait oui.
LILITH: Le Dr. Edmunds, c'est un homme clame et bon. Jamais il ne l'aurait tué.

JANE: Merci, Lilith, Florian, Griffin.

Jane et Lisbon retournent voir la victime.

 

JANE: Pourquoi vous ne nous avez pas dit que vous aviez une liaison avec le Dr. Kaseem?
ALICIA: Parce que ça ne servait à rien.
CLIFF: Notre couple est basé sur la transparence.
KASEEM: C'est exact.
LISBON: Vraiment ? Ça ne vous fait rien?
CLIFF: Absolument rien. La fidélité est une simple convention culturelle.
JANE: Comme les vêtements ou ne pas tuer ces semblables.
CLIFF: Ce n'est pas faux.
LISBON: Soyons sérieux, ça doit bien un peu vous ennuyer.
CLIFF: Non. Nous sommes amoureux. Son bonheur fait le mien. J'ai aussi des liaisons de mon coté.
LISBON: Vous avez une maitresse en ce moment?
CLIFF: Non. J'ai bien trop à faire.
LISBON: Vous devez quand même trouver ça bizarre?
KASEEM: Oui, au début surtout. Mais...
JANE: Mais... quelle remarquable éloquence.
(Une sonnerie retentit, c'est la fille d'Alicia qui communique par échange vidéo via MSN)
ALICIA: Oh! Isabelle. Dieu merci.
ISABELLE: Maman? Maman? J'ai eu le message de papa. C'est vrai ?
ALICIA: Oui c'est vrai.
ISABELLE: Non. Non, c'est pas possible!
ALICIA: Oh ma chérie, c'est tellement dur. Oh, mon ange, ne pleure pas. ne pleure pas.
ISABELLE: Comment tu peux me dire de ne pas pleurer ? Bien sûr que je vais pleurer. Il y a rien que tu puisses faire? Il y a surement quelque chose!
ALICIA: Écoute moi. On n'a pas beaucoup de temps, on ne doit pas le gaspiller à pleurer et se lamenter! Comment ça va à l'école? Tu as une une meilleure note en algèbre?
ISABELLE: J'ai eu 95 au dernier contrôle.

ALICIA: C'est génial. T'arrêtes pas, continues. Dis moi ce qui se passe avec Andy? Tu en es où avec lui?
ISABELLE: C'est un abruti, j'ai décidé de plus le voir.
ALICIA: Je dois t'avouer que cette nouvelle me soulage. Je ne l'aimais pas beaucoup. Je t'aime tellement. T'es la plus belle chose que j'aie faite. Chérie, souviens toi, que je suis fière de toi.
ISABELLE: Maman.
ALICIA: Shh, shh, shh! Quand je serai partie, ne perds pas ton temps à pleurer. Il est normal d'être triste mais pas trop longtemps. Faut pas te laisser aller et puis sois heureuse. Adieu, mon bébé.
ISABELLE: Maman!
ALICIA: adieu, mon bébé.
ISABELLE: Maman!
(Alicia s'approche de son mari)
ALICIA: Adieu mon amour.
CLIFF: Je t'aime chérie. Au revoir.
ALICIA: Au revoir.
(Alicia s'effondre)
CLIFF: Elle est partie, ma chérie. Elle est partie.

Jane et Lisbon regardent le corps inactif d'Alicia. Dean arrive.

 

DEAN: Elle est morte?
LISBON: Oui.
DEAN: Je suis, uh... Je vous présente mes condoléances. Mon équipe et moi, on va mettre en place un protocole de décontamination.
LISBON: Cela consiste en quoi?
CLIFF: C'est un système de bain de radiations de faible intensité intégré dans les murs du labo. La chambre est irradiée ce qui détruit le virus. Le corps d'Alicia restera intact.
LISBON: Dans combien de temps nous pouvons examiner la scène de crime?
DEAN: Whoa. Ce n'est qu'une scène de crime que quand il y a eu crime, hein? Vous ne savez pas si il y a eu meurtre. Où sont vos preuves?
LISBON: Nous avons la parole d'Alicia.
JANE: Pourquoi mentirait-elle?
DEAN: Elle a eu un moment d'absente. Elle a commis une faute et ne veut pas l'admettre.
Ça arrive. Ça fait longtemps que je bosse dans ce secteur. J'ai souvent vu ce même besoin de nier, c'est même une certitude. C'est la nature humaine.
LISBON: Je ne suis pas d'accord. Je préfère la croire. Je préviens ma hiérarchie que c'est un homicide. Je suis désolé que ça vous complique la vie mais je fais mon boulot.
DEAN: allez-y. Okay. Faites donc votre boulot. Mais on a une contamination virale, c'est moi qui commande. Vous voulez une enquête pour meurtre, on interrogera vos suspects suivant le protocole du O.C.M.
LISBON: Absolument.

BUREAU DU CBI

 

Van Pelt et Rigsby ont trouvé des infos sur les collègues.

 

VAN PELT: Jusqu'à l'été 2008, Seberg, Edmunds, Nash et Tripp ont travaillé ensemble à l'Institut Technologique Californie du Nord dans le service de biochimie. Seberg and Edmunds sont partis du jour au lendemain à la site d'un diffèrent légal.
RIGSBY: Okay, Cho et moi, on y va.

ZITEK BIOSYSTEMS

 

Dean interroge les collègues. Jane et Lisbon regardent.

 

DEAN: Avez-vous été inculpé pour un délit quelconque?
FLORIAN: Non.
DEAN: Avez vous été ou étés vous maintenant membre d'une organisation terroriste?
FLORIAN: C'est complètement ridicule enfin!
JANE: C'est complètement ridicule.

LISBON: Laissez le faire.
DEAN: On va arreter les bavardages là-bas, hein? Alors, Mr. Tripp, s'il vous plait...
JANE: Pourquoi?
DEAN: Pourquoi? ça fait quoi qu'on se taise?
JANE: Quelle difference si on se tait ou pas, qu'on parle ou non? Ce qui est certain, c'est que vous nous faites perdre notre temps avec ces betises.
DEAN: Vous avez fait un rapport d'homicide, maintenant il faut remplir les papiers. C'est comme ça pas autrement.
JANE: C'est quand meme une perte de temps.
DEAN: Je croyais avoir été clair avec vous dès le debut. Si vous voulez faire des histoires...
LISBON; On ne veut pas d'histoire. Je vous présente les excuses de mon collègue
JANE: Non absolument pas. Je retire ce qu'elle vient de dire. Défendez vous, voyons Lisbon.
Tu savez aussi bien que moi, que si on me confie ces gens pendant dix minutes, j'obtiendrai la vérité, si t'en est qu'il y ait quelque chose d'utile à obtenir.
LISBON: Excusez-nous.
JANE: Oui, excusez-nous. On a besoin de bavarder.

Jane et Lisbon s'isolent dans l'autre pièce.

 

LISBON: Calme-vous d'accord? C'est un ordre.
JANE: D'accord. Détendez vous. Je travaille sur l'enquête.
LISBON: Laisse-moi vous expliquer un truc. C'est de la politique. Le O.C.M. est riche, méchant et bien introduit. Le CBI en comparaison est qu'un pauvre orphelin. On ne peut pas se faire des ennemis avec ces gens-là. Il faut coopérer avec cet homme.
JANE: Il me contrarie.
LISBON: Fallait le dire. "Je le comprends."
JANE: Hmm.
LISBON: Allez vite vous trouvez un distributeur. Achète-vous du chocolat et revenez quand vous aurez décidé de bien vous tenir.
JANE: Donnez-moi un dollar et j'y fais.
LISBON: Vous me rembourserez. Continuez.

INSTITUT

 

Cho et Rigsby questionnent un professeur de biochimie.

 

PROFESSEUR: Oh, c'est affreux ce que vous me dites. Et vous pensez qu'il y aurait une main criminel?
CHO: Professeur, Dr. Seberg et son mari ont travaillé à l'institut jusqu'en 2008, ainsi que Florian Tripp et Lilith Nash. Vous confirmez?
PROFESSEUR: Oui. Une brillante équipe. Nous avons été navrer de les perdre. Des histoires d'argent. Nous voulions qu'ils respectent les termes de leurs contrat mais Zitek a menacé de faire un procès, on s'est quittés en assez mauvais terme.
RIGSBY: Parlez nous de Edmunds and Seberg en tant que couple, ils s'entendaient bien?
PROFESSEUR: Je crois oui en dépit de tout.
RIGSBY: En dépit de quoi?
PROFESSEUR: Hé bien, je n'aime pas trop écouter les commérages, mais on ne peut entendre certaines choses
CHO: Comme quoi?
PROFESSEUR: Edmund plaisait aux dames, c'est clair.
RIGSBY: Il avait des liaisons.
PROFESSEUR: A ce qu'on m'a dit. Cela donnait parfois lieu à des drames.
CHO: Quel genre de drame?
PROFESSEUR: Genre feu d'artifices vous voyez. Je vous l'ai dit, je n'y faisais pas attention.
RIGSBY: Quelqu'un y faisait attention? À votre avis?
PROFESSEUR: Je me semble que l'une de nos étudiantes du département d'astrophysique était mêlée à tout ça.
CHO: Son nom?
PROFESSEUR: Greta Skye.

ZITEK BIOSYSTEMS

 

Jane s'est acheté du chocolat, il discute avec la personne qui s'occupe de la décontamination de la pièce où se trouve Alicia pour passer le temps.

 

JANE: Ça prends combien de temps la décontamination ?
HOMME: Encore une heure.
JANE: Hmm.
(Jane regarde les placards)

HOMME: Ne touchez pas, s'il vous plaît.
JANE: Il y a une enquête pour meurtre. Je touche tout ce que je veux. Ça vous pose un problème?
HOMME: Il y a des trucs dangereux là-dedans, c'est tout.
JANE: C'est sympa maintenant on trouve des tablettes de chocolats 100% cacao dans les machines.
Vous avez gouté celui-là?
HOMME: Non.
JANE: Ça vous dit un morceau?
HOMME: Non, merci.
JANE: Comme vous voulez. Hmm. vraiment bon.

Jane découvre que la fille d'Alicia est toujours en connexion vidéo avec l'ordinateur.

 

JANE: Salut. Vous m'entendez? Isabelle, c'est ça?
ISABELLE: Qui êtes-vous?

JANE: Je m'appelle Patrick Jane. Je suis venu trouver qui a tué votre mère.
ISABELLE: Tant mieux. Tuez-les s'il vous plaît.
JANE: Je voudrais bien avoir le droit de faire ça.
Vous devriez vous éloigner de votre ordinateur un moment. Vous avez des amis pas trop loin?
ISABELLE: Je veux rester avec ma mère.
JANE: Ouais. Croyez bien que je compatis. Vous avez du chocolat dans la maison?
ISABELLE: Comment?
JANE: On parlait justement de chocolat, et je me dit que ça vous ferait du bien un peu de chocolat.
Toutes ces émotions, c'est exténuant. Le sucre, ça donne de l'énergie.
ISABELLE: Ma mère vient de mourir.
JANE: Le chocolat et le chagrin font ménage. Vous devriez essayer. Un aura un goût plus profond, plus intense. En fait, tout aura ce goût là pendant quelque temps. Vous vous sentirez plus vivante.
Essayer de vous accrocher à cette sensation aussi longtemps que possible. C'est un don.
ISABELLE: Peut être.
JANE: Je voudrais que vous fassiez quelque chose pour moi Isabelle. Vous allez éteindre votre ordinateur maintenant et raconter à des amis ce qui s'est passé. Allez faites-le maintenant.

Isabelle éteint son ordinateur. Jane continue de marcher et s'approche du système de sécurité biométriques et celui s'active.

 

JANE: Sésame ouvre-toi. Whoa! Ça, c'était pas prévu, hein? Uh-oh.

Jane s'empresse de dire la découverte à Lisbon et Dean, toujours en train d'interroger les collègues de la victime.

 

DEAN: Vous avez un diplôme supérieur en science physique?
LILITH: Oui.
JANE: Excusez-moi. Je suis désolé de vous interrompre. Il faut élargir le champ des suspects.

 

Tout le monde vont juger par eux-mêmes le dérèglement de la machine.

 

JANE: Ces scanners hautement sophistiqué laissent entrer n'importe qui.
DEAN: C'est absurde.
JANE: Essayez. Même chose pour cette porte là. N'importe qui ici aurait pu mettre la main sur ces fioles à virus. N'importe qui.
LISBON: Qui est responsable du fonctionnement des scanners de sécurité?

Lisbon, Jane et Dean vont interroger Scott.

 

SCOTT: Je ne sais pas comment ça a pu arriver. C'est insensé.
DEAN: C'est votre boulot de vérifier le système de sécurité, n'est-ce pas?
SCOTT: Je ne m'occupe pas des aspects techniques, c'est sous-traité à l'extérieur, mais je vais les appeler leur passer un savon, vous pouvez le croire.
JANE: Vous nous montrez vos paumes de main. Un geste de supplication impliquant la mauvaise conscience.
SCOTT: Ça , ce n'est ni pertinent ni inadmissible. Je relate simplement des faits, je ne sais pourquoi les systèmes de sécurité ne marche pas.
DEAN: Je pense qu'il a raison. Vous n'êtes pas très convaincant.
SCOTT: Je déplore que ce soit votre opinion, je n'ai malheureusement aucun contrôle là-dessus.
DEAN: Mr. Price, je vous arrête.
SCOTT: Pourquoi?
DEAN: Allons voyons... tout d'abord, le meurtre dAlicia Seberg.
SCOTT: Ça n'a pas de sens.
LISBON: ce n'est pas à vous de faire ça
DEAN: Ah, vous trouvez?
LISBON: Oui, cette enquête pour homicide dépend de nous.
DEAN: Si on n'arrive pas à s'entendre, j'appelle mes amis du FBI, ils vous reprendront le dossier. En fait, c'est ce que je vais faire. Désolée ma petite dame.
LISBON: Vous devriez...
JANE: Regardez, je pense que j'avais raison à propos du geste de supplication des paumes des mains.
Oui.

Pendant cette petite dispute, Scott en a profité pour filer. Lisbon et Dean sont à ces trousses. Scott prend la voiture et file à tout allure hors du site et rentre dans une autre voiture. Il est intercepté puis interrogé.

 

SCOTT: Je veux parler à mon avocat.
LISBON: Vous avez le droit, mais si vous nous dites...
DEAN: Vous avez déjà voyagé dans un avion militaire avec une cagoule sur la tête?
SCOTT: Non.
DEAN: Vous allez donc bientôt vivre une nouvelle expérience parce que vous allez finir à moins que vous ne commencez à parler tout de suite.
LISBON: Écoutez...
DEAN: Taisez-vous! Allons-y.
SCOTT: Le sous-traitant a fait une faute. Les logiciels buggent tout le temps donc, ils les réparent.
Pendant ce temps, tout le système est planté temporairement. Personne ne savait que le système était planté, donc dans un sens, il était aussi efficace que si il fonctionnait. Dans un sens.
LISBON: Depuis combien de temps il ne marche pas?
SCOTT: 2... mois.
DEAN: Depuis deux mois? N'importe qui pouvait entrer dans le labo, des terroristes, des dingues, des voleurs. Vous vous rendez compte dans quel pétrin vous êtes?
JANE: Des voleurs? Des gens volent des microbes?
DEAN: Le Cryptohansa de souche B est un must dans les outils de recherche. Difficile à fabriquer.
Ça vaut 300000 $ le gramme au marché noir.
JANE: Wow.
DEAN: Et vous le savez, hein Price? Vous avez laissé la porte du placard grande ouverte. Vous êtes dans la pana jusque là. Essayer de réfléchir un peu à votre situation et on s'en reparle.


Le trio laissent Scott tranquille dans la pièce. Ils marchent dans le couloir.

 

JANE: Vous savez bien qu'il n'a pas tué Alicia Seberg. Ce que vous aimez, c'est fait peur aux gens?
DEAN: Si tant est qu'il y a eu meurtre, je crois que c'est un excellent suspect.
JANE: Pourquoi ? Il n'avait aucun intérêt à ce qu'elle meure. Cela ne pouvait découvrir la découverte de la panne.
DEAN: On verra si il a d'autres mobiles.
JANE: Le point crucial dans cette affaire est que des tas de gens ont pu toucher aux fioles, Price n'est pas le seul. Kaseem aurait pu entrer, vous également. Vous étiez déjà ici? Pour faire une vérification d'inventaire? Quand êtes-vous arrivé? Ah, la nuit précédente. Exact?

DEAN: Tiens à propos, j'allais appeler le FBI, je vais vous faire remplacer moi.
LISBON: Et à ce propos, ce n'est pas dans vos attributions. Nous sommes mandatés par le procureur général lui-même. Dites qu'on est plus sur l'affaire, vous verrez sa réaction.
DEAN: Je vais peut être faire ça, tiens. On va voir la suite des événements. Il est temps d'ouvrir le labo des produits pathogènes.
JANE: Oh, qu'est-ce qu'on s'amuse, on va ouvrir le labo des produits pathogènes.

Le trio entre dans le labo.

 

JANE: On devrait pas porter des masques ou quelque chose comme ça?
DEAN: Aucun virus ne peut survivre au bain de radiations. À l'intérieur des fioles, le virus est encore vivant, bien sûr. Les fioles sont incassables. Il n'a pas de danger. Cinq fioles intactes. On remet ces petites choses au congélateur. Okay. Tout baigne.
LISBON: On fait sortir le corps d'Alicia Serberg.
(Le corps d'Alicia est transporté à la morgue, son mari entre dans le labo)

DEAN: Docteur, il y a eu un crime ici. Vous ne pouvez pas...
LISBON: Laissez-le tranquille.

INSTITUT

 

Cho et Rigsby interrogent l'étudiante.

 

GRETA: oh, mon Dieu. Oh, mon Dieu.
CHO: Vous aviez des relations sexuelles avec Cliff Edmunds, le mari de la victime, n'est-ce pas?
GRETA: Non. Je veux dire, oui. C'était pas, enfin oui c'est exact. Mais je n'ai rien fait. Vous ne croyez pas que je sois mêlé à cette histoire quand même?
RIGSBY: Non, madame, nous cherchons à comprendre qu'elle était leur relation.

GRETA: Vous croyez que Cliff l'a tué?
RIGSBY: Il est du genre jaloux?
GRETA: Pas du tout.
RIGSBY: Est-ce qu'il a déjà été violent avec vous?
GRETA: Non, non. Cliff est quelqu'un de doux et gentil. Et Alicia est tellement sympathique.
CHO: Il avait des problèmes?
GRETA: Non. Enfin, il y a eu un incident, mais qui n'avait rien avoir avec Cliff ou Alicia, en fait.
CHO: Continuez s'il vous plaît.
GRETA: Ça faisait quelque temps qu'on se voyait lui et moi. Une personne a déposé un mot pour moi, glissé sous ma porte au milieu de la nuit. En gros, ça disait que j'étais une putain et que je devais laisser Cliff tranquille. C'était vraiment sordide et anonyme bien entendu.
CHO: A votre avis qui l'a écrit?
GRETA: D'abord j'ai cru que c'était Alicia Serberg, ça va de soi mais il s'est avéré qu'elle était à l'étranger cette nuit-là.
RIGSBY: A part elle, qui ça pourrait être?
GRETA: Il s'est trouvé qu'une fois, je suis allée voir Cliff à son travail, il y avait une assistante. Elle m'a lancé un regard furieux, un regard qui aurait pu tuer. Je me suis dit que peut être c'était elle.
CHO: Quel est son nom?
GRETA: Lilith Nash.

ZITEK BIOSYSTEMS

 

Jane fait part de ses théories à Lisbon.

 

JANE: Ce qu'on doit savoir, c'est pourquoi maintenant? Quel est le déclencheur? Qu'est-ce qui a changé?
LISBON: Les réponses à ces questions?
JANE: D'abord il y a une chose, Harken s'est pointé.
LISBON: Vous croyez que c'est Harken?
JANE: J'adorerais mais quel serait son mobile ?
(Le portable de Lisbon sonne)
LISBON: Van Pelt.
VAN PELT(au téléphone): Patron, Cho et Rigsby ont trouvé une ex-maitresse du mari de la victime. Elle croit que Lilith Nash lui a envoyé une lettre menaçante.
LISBON: Intéressant.
VAN PELT(au téléphone): Alors j'ai creusé un peu plus. Sous le nom de Nash, rien n'apparait mais elle a été marié brièvement au Canada en 96-97 et elle est devenue Lilith Blaum, et en 99, toujours au Canada, elle a fait l'objet de mesure d'éloignement demandé par son ex-mari à la suite de quoi elle a passé 4 mois dans une hôpital psychiatrique.
JANE: Bon ça, ça peut arriver à tout le monde. Van Pelt, tu peux me rendre un service? Appelles Cho et Rigsby et demande leur de venir le plus vite possible?
LISBON: Pour quoi faire?
JANE: Je sens qu'on va avoir besoin d'eux.
LISBON: D'accord.
JANE: Merci.
VAN PELT(au téléphone): Ce sera fait.
(Lisbon raccroche)
LISBON: Allons dire un mot à Nash.
JANE: Meh.
LISBON: Quoi? Je suis presque sure que c'est elle.
JANE: Elle est cinglée. Elle a un petit coup de cœur de cinglée pour le patron, elle tue sa femme.
LISBON: Oui. Quelque chose comme ça.
JANE: Elle était un peu nerveuse, mais pourquoi la tuer maintenant? Non. Pourquoi se servir du virus?
LISBON: J'en sais rien. Posons lui la question.
JANE: Si ça vous fait plaisir.
LISBON: Vous êtes contre l'hypothèse Nash parce que vous ne l'avez pas épinglé immédiatement.
JANE: Non, je contre l'hypothèse Nash parce que l'assassin, ce n'est pas elle. Si vous voulez lui parler, allons lui parler. Mais quoique vous fassiez, surtout ne dites rien à Harken.
LISBON: Pourquoi pas? C'est la procédure.
JANE: On s'en fout de la procédure. Il va la brutaliser, elle va se fermer et il nous aura encore fait perdre notre temps.
LISBON: Je fais le dire à Harken.
JANE: Si vous voulez.

Lisbon va voir Harken pour parler de Lilith Nash. Jane voit cette dernière et lui demande de venir avec lui dans une autre pièce.

 

JANE: Nash, venez avec moi. Allons-y. Mettez vous là. Écoutez moi attentivement et dites moi la vérité s'il vous plait. Peut-on sortir d'ici sans passer par la grille principale? Une sortie secondaire?
LILITH: Oui.
JANE: Où est-elle?
LILITH: A 2Km au nord, il y a un passage sous la clôture à mi-chemin de la ligne propriété nord-est.
JANE: Excellent. Alors dites la vérité. Avez vous un jour porté le nom de Lilith Blaum?
LILITH: Oui.
JANE: Avez-vous fait un séjour dans un hôpital psychiatrique?
LILITH: Oui.
JANE: Êtes vous secrètement amoureuse de Cliff Edmunds?
LILITH: Oui.
JANE: Avez-vous tué Alicia Seberg?
LILITH: Non.
JANE: Je veux bien vous croire, mais je sais comment fonctionne Harken. Il trouvera un moyen de vous accuser. Je répète. Je sais comment fonctionne Harken. Il trouvera un moyen de vous accuser.
Est-ce que vous m'entendez ?
LILITH: Oui.
JANE: Excellent. Allez-y.

Jane laisse partir Lilith en douce et retourne dans la salle des autres collègues en faisant croire qu'elle est revenue.

 

JANE: Est-ce que Lilith Nash est revenue ici?
CLIFF: Non.
JANE: Tiens, c'est curieux.
(Dean et Lisbon entrent dans la pièce)

DEAN: Où est Lilith Nash?
CLIFF: Elle était partie...
JANE: Vous n'avez pas à vous préoccuper d'elle. Elle est innocente.
DEAN: Comment vous savez ça ?
JANE: Je lui ai posé la question et elle me l'a dit.
DEAN: Ah oui. Et où elle est maintenant?
JANE: Je ne sais pas.
DEAN: Sécurité.

Tout le monde est à la recherche de Lilith Nash.

 

DEAN: Elle n'est pas dans sa chambre. On ne la trouve nul part.
JANE: Faut pas vous affoler pour rien, elle ne représente aucun danger.
DEAN: C'est une déséquilibré et peut être une meurtrière, alors si vous me dites qu'elle n'est pas dangereuse. Vous me rassurez.
JANE: Même si elle est ce que vous dites et ne crois pas qu'elle le soit. Le pire est déjà derrière nous.
HOMME: Mr. Harken! On a un code rouge!
JANE: C'est quoi un code rouge?
Quoi ? Non.

Le trio court dans une pièce et découvre qu'il y a une fiole du virus ouverte avec un mot laissé à coté disant ''je suis désolé''.

 

CLIFF: Toute personne à moins qu'un kilomètre de cette fiole va mourir dans les prochaines quarante-huit heures.

DEAN: Mais j'ai remis la fiole dans le placard sécurisé.

LISBON: Elle a du réussir à l'ouvrir d'une façon ou d'une autre.
JANE: Comment se serait possible?

Ils se dirigent dans la salle où contient la mallette qui contient les fioles de virus. Dean est prêt à ouvrir la mallette quand Jane fait diversion en lançant quelque chose en verre pour prendre en douce une fiole.


CLIFF: Qu'est-ce s'est?
LISBON: Un vase est tombé.
CLIFF: Quoi?
DEAN: Il y en a qu'une qui manque. C'est déjà un soulagement. Comment a-t-elle fait?
LISBON: On se fiche de savoir comment elle a fait. Qu'est-ce qu'on fait maintenant?
CLIFF: Pas grand chose malheureusement. Dans quarante-huit heures nous serons morts.
LISBON: Dites-moi la vérité. C'est un de vos sales tours, hein?
JANE: Non. Pourquoi je ferais ce genre de chose? Et surtout dans quel but?
LISBON: Jurez-le sur la tombe de votre enfant.
JANE: Je ne ferai jamais une chose pareille, vous le savez.
LISBON: Oh, mon Dieu.

Tout le monde est regroupé dans le hall du site. Dean prend la parole.

 

HOMME: C'est un exercice, hein?
CLIFF: Ce n'est pas un exercice. C'est une situation bien réel malheureusement.
DEAN: Écoutez bien. Nous n'avons que quelques heures devant nous. Nous allons garder le virus dans ces locaux. Dons personne ne va quitte la structure.
KASEEM: Et ensuite? On reste enterrer dans le désert?
DEAN: L'armée de l'air va larguer des bombes incendiaires sur la structure, le virus sera detruit par le feu. Vos proches seront informés. Je viens de vous le dire, nous avons que quelques heures devant nous, donc prenons nos dispositions et faisons nos prières. Passez vos coup de fil. Que dieu tout puissant aie pitié de nous.

Lisbon appelle Cho pour lui expliquer la situation dans laquel elle est et demande de faire passer un message d'adieu.


CHO(au téléphone): Oui patron. On est à cinq minutes de là où vous êtes.
LISBON: Cho, écoutez. Jane et moi, nous avons été exposé au virus, et il semblerait que nous allons mourir bientôt.
CHO(au téléphone): D'accord.
LISBON: Je voulais vous remercier, vous et Rigsby et Van Pelt. ça a été un honneur de travailler avec vous. Je voudrais que vous appeliez mon frère Tommy. Son numéro est dans l'agenda, sous mon bureau, sous "compagnie générale d'électricité". Dis-lui que je l'aime et que je lui pardonne pour tout ce qu'il s'est passé et que il faut qu'il fasse la paix avec ses frères. C'est le vœu que je fais avant de mourir. Dites le lui.
CHO(au téléphone): Je le ferai. D'accord. Au revoir.
JANE: Hé attendez. Je voulais aussi leur dire un mot.
LISBON: Désolée.
JANE: Pas grave. C'était bien comme adieu. J'avais peur que vous fendiez en larmes et que vous deveniez incohérentes. Pas du tout. C'était succinct, c'était noble. Bravo.
LISBON: Uh-huh. Il n'y a personne que vous voudriez appeler à part Cho et Rigsby?
JANE: Non. Si j'étais en train de mourir, je vous appellerais vous, mais vous êtes devant moi donc ce n'est pas nécessaire.
LISBON: Moi?
JANE: Hmm?
LISBON: Qu'est-ce que vous diriez? Attendez une minute. Vous avez dit si? Si j'allais mourir?
JANE: Oui, vous n'êtes pas en train de mourir. J'ai écrit une étiquette et je l'ai mise sur une fiole vide et ensuite j'ai convaincu la pauvre Lilith Nash de s'enfuir. Ça, j'avoue que je l'ai fait un peu à contre cœur.
LISBON: Espèce de salopard!
JANE: Attendez, attendez s'il vous plait. Ne bougez pas. (au téléphone) Cho? C'est Jane. Ne tiens pas compte du dernier message de Lisbon. Je lui ai fait joué un tour. C'est moi le coupable. Je suis confus. Vous êtes devant le passage? D'accord, c'est bien. Attendez. Vous allez bientôt avoir de la visite. Bye.
LISBON: Vous êtes malade! Pourquoi vous m'avez fait une chose pareil?
JANE: Pour deux raisons. La première pour coincer l'assassin d'Alicia Seberg. L'assassin n'est pas cette pauvre Lilith Nash. L'assassin, qui vous vous en rappelez à avaler une dose de l'antidote pour pouvoir survivre à la contamination par le virus. Vous êtes d'accord?
LISBON: Oui...
JANE: L'assassin qui est persuadé que il ou elle est le seul qui va s'en sortir. D'accord?
LISBON: Oui.
JANE: Donc il faut que il ou elle ne sorte d'ici avant que nous soyons morts, sinon il ou elle finira réduit en cendres par l'armée de l'air. Pas d'autres choix. Il ou elle doit tenter de s'échapper en révélant par la même occasion son identité avec la précision et la clarté d'une équation mathématique.
LISBON: Et la raison numéro deux?
JANE: La seconde raison et la plus importante s'est, n'est-ce pas merveilleux de récupérer sa vie? C'est merveilleux non cet instant? Vous n'êtes pas comblé d'être vivante?
LISBON: Non!
JANE: Oh,je sais que vous l'êtes. Je sais que vous l'êtes.
LISBON: Si la raison numéro 1 ne se produit pas dans les minutes qui vont suivre, je crois que je vais vous mettre mon poing sur le nez
JANE: Un peu de patience, Lisbon. Dans un petit moment, Harken va déboucher dans ce coin là avec son petit air inquiet parce que quelqu'un sera enfuit. Il ne va pas tarder. Patience. Il ne va pas tarder.
LISBON: Il ne se passe rien.
JANE: Il faut seulement...
(Lisbon lui donne un coup de poing dans le nez. Quelques instants après, Harken arrive dans le couloir)
JANE: Eh ben voilà, qu'est-ce que je disais.

Rigsby et Cho attendent à la sortie secondaire du site. Une personne se pointe, portant le nom de Griffin, le collègue d'Alicia.

 

RIGSBY: Bonsoir.

Jane explique la situation à Harken.

 

DEAN: Tout ça n'était qu'un canular?
JANE: Oh, je n'irai pas jusque là, plutôt une ruse, un subterfuge.
LISBON: Ce qui compte par dessus tout, c'est qu'on a l'assassin. C'est ce qu'il y a de plus important.
JANE: C'est ce qu'il y a de plus important. Jamais on aurait eu Welks avec votre méthode tandis qu'avec la mienne cathartique et humainement positive.

LISBON: Vous savez quoi? Débrouillez vous tout seul.
JANE: Maintenant le plus important, c'est de faire très attention parce que celle là c'est la vraie. Okay? Allez, il va la remettre au congélateur. À plus tard, grand manitou.

BUREAU DU CBI

 

Cho interroge Griffin en salle d'interrogatoire.

 

GRIFFIN: Je prélevais de très petites quantités de la matrice du virus et je les revendais au marché noir.
CHO: A 300 000 le gramme.
GRIFFIN: Oui. Oui, c'est ça. C'est moi qui m'occupais de l'inventaire donc c'était facile, jusqu'à que Harken arrive pour faire un contrôle. Il a fallut que j'agisse vite alors j'ai renversé une fiole pour masquer le fait qu'il en manque une. J'ai du agir rapidement, donc j'ai renversé un flacon pour dissimuler la quantité manquante.
CHO: En sachant très bien qu'Alicia Seberg serait contaminée.
GRIFFIN: Il fallait bien un responsable. Je me suis dit que les gens croirait qu'elle avait ouvert une fiole par accident et ne voulait pas l'admettre, parce que elle était comme ça. Elle n'avait jamais tort.
CHO: Simple curiosité. L'argent que vous avez gagné avec ce que vous voliez, vous l'avez dépensé comment?
GRIFFIN: Je l'ai gardé. Je l'ai en bons du Trésor principalement et un peu dans l'immobilier.
CHO: Mm-hmm, c'est bien investit. Vous serez le détenu de plus riche de la prison.

Lisbon demande l'ascenseur. Jane s'approche.

 

Whew. Longue journée. Ooh. Il fait froid dans le coin. Vous êtes toujours fâchée? Oh, avouez que vous vous sentez mieux. Vous vous sentez plus vivante, je le sais.
LISBON: Vous savez ce qui m'a fait sentir mieux? Vous flanquez mon poing sur le nez. Ouais.
JANE: Ah. Ravi de vous avoir rendu service.

 

Fin de l'épisode.

 

Zitek Biosystems Facility. Los Corrados, California

Une femme en blouse blanche pénètre dans le bâtiment, se rend dans un labo sécurisé puis dans un espace confiné, sort d'un caisson de froid carbonique une valise en fer, à l'intérieur 5 fioles, la sixième est manquante. Elle cherche partout, trouve la fiole décapsulée, elle est terrosisée.

Deux hommes entrent dans le labo, l'un en blouse blanche, le second en costume.

 

L'homme à la blouse: I daresay you've inspected more modern facilities in your travels, but, uh

La femme à la blouse: Griffin... Don't come in here.

L'homme à la blouse: Dr. Seberg, what's wrong? Oh, my God.

 

CBI.Bureau de Lisbon

(Jane, Lisbon, Rigsby)



(Jane entre en faisant des claquettes dans le bureau)

Jane: Hey.

Lisbon (travaille à son ordinateur): Hey.

Jane: Cheer up.

Lisbon: Why?

Jane: Uh, 'cause it's better to be happy than sad.

Lisbon: I'm not sad.

Jane: You're very sad. You've been sad for months, ever since, uh

Lisbon: What, is this some sort of therapy session? Did you bring tissue in case you make me cry?

Jane: There we go. Zing of anger-- gets the blood up. That's a good start.

Lisbon: Is this what you came here for, to zing me? Because I've got paperwork to do.

Rigsby (passe la tête dans le bureau): Jane, call for you. They say it's extremely urgent. Line two.

Jane: Ooh... (il décroche le téléphone) This is Jane.

La femme à la blouse: Good morning, Mr. Jane. My name is Dr. Alicia Seberg. I gather from a brief search on the internet that you're the best Detective in my immediate vicinity.

Jane: Oh. Well, um... you flatter me, but, uh, I'm not actually a detective.

Dr. Alicia Seberg: I need your professional assistance. Please come immediately. I've been murdered.






Générique



Extérieur jour.

Un hélicoptère survole un bâtiment, se pose sur un parking.

(Jane, Lisbon, Dean Harken, Scott Price)

(Jane et Lisbon descendent de l'hélicoptère)



Jane (tout exité): Whoo! That was fun! Whoo!

Lisbon: Agent Lisbon! CBI!

Un homme: Ma'am, sir, please follow me.

Jane: All right!

Un homme en costume sombre: Agent Lisbon. (à Jane) And you are...

Jane: I'm this guy,(il montre sa carte à l'homme) Patrick Jane. Consultant

L'homme en costume sombre: Okay, Teresa, Patrick, glad to meet you both. I'm Dean Harken, California Disease Control Authority.

Lisbon: Nice to meet you.

Dean Harken: Yeah, we have a potential code red virus outbreak situation here. This facility is under C.D.C.A. Control, as per state emergency protocols. Thousands of people might die if we don't get this right, okay?

Lisbon: We've been apprised of the basic...

Dean Harken: Now she's denying it, of course, but this situation's almost certainly resulted from an error by Dr. Seberg. There's no criminality involved, so you're not really needed here.

Lisbon: Probably but we're gonna have

Dean Harken: As a professional courtesy, I'm gonna let you into the facility. I'm happy for you guys to observe and gather evidence, as long as you remember that C.D.C.A. Is big dog here. Our investigation has priority. Now are we cool with that?

Lisbon: Absolutely.

Jane: Can I see your I.D. Also?

Dean Harken: Sure.

Jane: Thank you... Dean. No picture. That's a shame. You're a good-looking man.

Scott Price: Scott Price, I manage this facility for Zitek Biosystems division. Right off the bat, let me assure you that we as a company are 110% committed to giving you the best possible cooperation.

Lisbon: Thank you, Mr. Price. Shall we? There's a sense of urgency here.

Scott Price: Ah, yes, of course.

(ils se dirigent vers un bâtiment, une passerelle)

Dean Harken: Lisbon, Jane, Dr. Edmunds, head of research here. He'll take you to the release incident. Price, come with me.

Dr. Cliff Edmunds: Thank you for coming so quickly.

Lisbon: What exactly is it that you do here?

Dr. Cliff Edmunds: Biowarfare. With modern technology, Anthrax, botulism, bubonic plague, even cobra venom all he strong weaponizing potential. It's a growing field. A lot of exciting developments.

Jane: You develop ways of killing people in large numbers.

Dr. Cliff Edmunds: To the contrary. We develop antidotes, ways to combat the things that kill large numbers of people. (il présente son oeil à un eyescan qui leur ouvre une porte de labo) Here we are. Follow me.

(ils pénètrent dans le labo ou se trouve Alicia Seberg)

Dr. Alicia Seberg: 120. Darling. Is this Mr. Jane?

Dr. Cliff Edmunds: Yes. How are you feeling?

Dr. Alicia Seberg: The same.

Un homme en, blouse blanche: Interesting improvement in cardiac rate, though.

Dr. Alicia Seberg: My metabolism's trying to fight back with adrenaline. Good morning, Mr. Jane.

Jane: Hi.

Lisbon: Agent Lisbon, CBI. You mind running this down for us?

Dr. Alicia Seberg: Someone opened this flask and left it under the tank. It contains an airborne form of cryptohansa b strain. It's an engineered supervirus. If it escaped from this room, it would kill every vertebrate creature within a quarter-mile radius. It attacks the red blood cells, gradually stops them from delivering oxygen. The victim... dies from suffocation or a heart attack, depending on their physical condition. We estimate anywhere from two to six hours.

Jane: So you could die at any time?

Dr. Alicia Seberg: Yes.

Jane: Harken says you did this yourself, tragic error.

Dr. Alicia Seberg: He's a bureaucrat. He's looking for the easy answer. It takes four distinct steps to remove a cap from one of these flasks, and we never open a flask outside of the tank. That's just basic. I can assure you both, I had nothing to do with this. But this was no mistake. Whoever did this wanted me dead. Everybody knows I take the first shift.

Jane: She called you "darling." You both have wedding bands. You husband and wife?

Dr. Cliff Edmunds: Yes.

Jane: Well, she looks surprised because you seem incredibly calm and cool for a man whose wife is dying.

Dr. Cliff Edmunds: How would an absence of calm and cool be useful to her?

Jane: Good point. Correct me if I'm wrong, but for the killer to open the flask, they would have to expose
themselves to the virus, which case, they would be dying or possibly dead already.

Dr. Alicia Seberg: No, there's an antidote. It's an enzyme compound. If taken before exposure, it prevents infection. I assume whoever did this took a dose.

Lisbon: Couldn't you j...

Dr. Alicia Seberg: No, I can't take it now. The antidote only works if taken before exposure, as I said.

Lisbon: Why didn't you take it before, just as a precaution?

Dr. Alicia Seberg: The side effects of regular use are far too severe.

Lisbon: Who else had access to the virus flask?

Dr. Alicia Seberg: The only people allowed in the lab are Cliff and I, Welks, Nash and Tripp, our colleagues. We have a state-of-the-art biometric security system, as you can see.

Jane: So your husband or one of the three colleagues is the killer... Sorry. Uh, will be the killer.

Lisbon: Jane.

Jane: I'm just... Mm.

Dr. Alicia Seberg: That's all right. That is the unavoidable conclusion. Yes.

Lisbon: Where are the other three now?

Dr. Cliff Edmunds: Harken is having them fill out an accident report.

Lisbon: We're gonna need to speak to them.





Dans les couloirs de Zitek

(Jane, Lisbon)



Jane: Ooh, this is a good one, eh?

Lisbon: Good?

Jane: Well, interesting. Unique.

Lisbon: If you're a jaded, ghoulish adventure seeker.

Jane: Ghoulish? Listen, if people are gonna kill each other and we have to catch them, I would much rather they go about it with some kind of originality.

(Lisbon passe un coup de fil)



Dans le bureau de l'équipe, CBI.

(Van Pelt, Cho, Rigsby)

Van Pelt: Boss?

Lisbon: Hey, Van Pelt. I need you to do background checks on Cliff Edmunds... Lilith Nash, Griffin Latimer Welks, Florian Eric Tripp. I'm sending you their details now.

Rigsby: Anything to be looking out for in particular?

Oh, uh, one of them released a lethal supervirus.That could kill half the state of California, so I guess we're looking for someone with a prior background as an evil supervillain.

Cho: Okay.

Lisbon: That last part was a joke.

Cho: Yeah, we get it.

Lisbon: Later.



Dans une salle de réunion de Zitec

(Jane, Lisbon, Dean Harken, Florian Eric Tripp, Lilith Nash, Griffin Latimer)

(Deux hommes et une femme en blouse blanche remplissent un formulaire assis à une table de réunion, Jane tourne autour de la table)



Jane: Hello.

Les trois personnes ensemble: Hi. Hello. Hello.

Griffin Latimer: What are you doin'?

Jane: What does it look like I'm doing?

Griffin Latimer: Trying to make us nervous?

Jane: Correct. How am I doing?

Griffin Latimer: Doing well.

Jane: Excellent.

Griffin Latimer: But why?

Lisbon: One of you three murdered Alicia Seberg, or her husband did. It's our job to find out who.

Jane: And we're in a hurry, and nervous people are easy to read.

Florian Eric Tripp: And what do you gather from all this reading?

Jane: Well, you're an open book. You're exactly what you seem to be... a straight arrow, a boy scout.Am I right?

Florian Eric Tripp: No.

Jane: I'm wrong. There's a hidden side to you.

Florian Eric Tripp: Yes, but...

Jane: What are you hiding?

Florian Eric Tripp: Nothing.

Jane: What is he hiding, Lilith?

Florian Eric Tripp: I don't know.

Jane: What are you hidi?

Lilith Nash: I, I'm not...

Jane: It was you, wasn't it?

Griffin Latimer: Me what?

Jane: You were having an affair with Alicia Seberg.

Griffin Latimer: What? No, not with me.

Jane: Not with you. With who, then?

Griffin Latimer: : I oversee equipment and inventory, not my colleagues' private lives.

Jane: But she was having an affair, huh? Why else would a husband have the motives to kill her?And if it wasn't her husband, it was one of you. Who was it?My guess... Kaseem. (Florian qui était en train d'écriire relève brusquement la tête) Yes!

Lisbon: Does her husband know?

Florian Eric Tripp: Oh, he knows.

Lilith Nash: Dr. Edmunds a kind, gentle man. He couldn't have done this.

Jane: Thank you, Lilith, Florian... Griffin.



(Jane et Lisbon reviennent dans le labo ou se trouve Alicia Seberg, Isabel Seberg)

(Jane, Lisbon, Dr. Alicia Seberg, Dr. Cliff Edmunds, Dr. Jason Kaseem)

Jane: Why didn't you tell us you were having an affair with Dr. Kaseem here?

Dr. Alicia Seberg: Because it isn't relevant.

Dr. Cliff Edmunds: Yeah, we have an honest and open marriage.

Dr. Jason Kaseem: They do.

Lisbon: Really? You don't mind?

Dr. Cliff Edmunds: No, I don't mind at all. Fidelity is sily a cultural convention.

Jane: Like clothes and not killing people.

Dr. Cliff Edmunds: You could say so.

Lisbon: Come on. It must bug you a little.

Dr. Cliff Edmunds: No. We love each other. Her hainess is mine. It's not like I don't have affairs myself.

Lisbon: Are you having an affair presently?

Dr. Cliff Edmunds: No. I've been far too busy.

Lisbon: Y, you must think this is a little weird.

Dr. Jason Kaseem: Uh... yeah... at first. But hey.

Jane: But hey.What an eloquent phrase that is.



(L'ordinateur d'Alicia Seberg sonne)

Dr. Alicia Seberg: Oh! Isabel. Thank God.

Isabel Seberg(le visage d'une ado en larme apparaît à l'écran): Mom? Mom, I got dad's message. Is it true?

Dr. Alicia Seberg: Yes, it's true.

Isabel Seberg: No. No, no, it can't be!

Dr. Alicia Seberg: Oh, this is a pickle, isn't it? Oh, baby, don't cry. Don't cry.

Isabel Seberg: How can you tell me not to cry? Of course I'm going to cry. Is there something you can do? There has to be something!

Dr. Alicia Seberg: Listen to me. We don't have much time, so we mustn't waste it weeping and wailing, okay?

Isabel Seberg: Okay.

Dr. Alicia Seberg: Good. How's school going? Did you get your calculus grade up?

Isabel Seberg: I got a 95 on my last test.

Dr. Alicia Seberg: Oh, well done. You keep that up. A... and what about that boy, Andy? How's that going?

Isabel Seberg: Oh, he's a jerk. I don't see him anymore.

Dr. Alicia Seberg: Well, I must say, I'm glad to hear that. I didn't like the sound of him. (elle suffoque) I love you so much. You're the best thing I ever did. And I am so... Proud of you.

Isabel Seberg: Mom.

Dr. Alicia Seberg: Shh, shh, shh! When I'm gone, you mustn't waste time being sad. A little while is okay, but not too long. You be brave. And be happy. Bye, baby.

Isabel Seberg: Mom! Mom!

Dr. Alicia Seberg: Bye, baby.

Isabel Seberg: No, mom!

Dr. Alicia Seberg (à son mari): Good-bye, my love.

Dr. Cliff Edmunds: I love you, darling. Good-bye.

(elle s'écroule à terre)

Dr. Cliff Edmunds (à sa fille): She's gone, baby. She's gone.



(Jane assis sur une chaise, Lisbon debout, Dr. Cliff Edmunds debout derrière la vitre du labo, regarde le corps de sa femme. Dean Harken entre dans le labo)



Dean Harken: She's dead?

Lisbon: Yes.

Dean Harken (à Cliff Edmunds) : I'm, uh... I'm sorry for your loss. My people and I will get prepped for the decontamination procedure.

Lisbon: How does that work?

Dr. Cliff Edmunds: It's a low-intensity micro-radiation bath built in for this eventuality. The chamber is irradiated. The virus is destroyed. Alicia's body's not harmed.

Lisbon: How long until we can examine the crime scene?

Dean Harken (à Lisbon) : Whoa. It's not a crime scene until you know there's a crime, right? Well, you don't know there's been a murder here. Where's your evidence?

Lisbon: Alicia's Seberg's word.

Jane: Why would she lie?

Dean Harken (à Jane) : She had a brain freeze. She screwed up, and she can't admit the fact. It happens. I've been working this beat for a long time. I've seen the same denial, same certainty. It's human nature.

Lisbon: I disagree. I believe her. I'm calling this in as a homicide. And I'm sorry if this complicates your work, but it's my job.

Dean Harken: That's fine. Okay. Doing your job. But this is still a live outbreak, and I'm in charge here. You wanna make a murder case, we'll deal with the suspects as per C.D.C.A. Protocols.

Lisbon: Absolutely.

(Harken sort du labo)



CBI, dans le bureau de l'équipe

(Van Pelt, Rigsby)



Van Pelt (derrière son ordinateur): Until the summer of '08, Seberg, Edmunds, Nash and Tripp all worked together at the Northern California Technology Institute Biochemistry department. Seberg and Edmunds left abruptly... some kind of legal dispute.

Rigsby: Okay, Cho and I will check it out. (il part)



Salle de réunion, Zitek

(Dean Harken, Florian Eric Tripp, Lisbon, Jane)

(Harken rempli un questionnaire en interrogeant Tripp, Jane et Lisbon sont debout, au bout de la table)



Dean Harken: Have you ever been convicted of a criminal offense?

Florian Eric Tripp: No.

Dean Harken: Are you now or have you ever been a member of a terrorist organization?

Florian Eric Tripp: This is ridiculous.

Jane: This is ridiculous.

Lisbon: Just let it go.

Dean Harken (à Jane et Lisbon): Let's have some quiet back there, huh? Now, Mr. Tripp, please

Jane: Why?

Dean Harken: Why?

Jane: What difference does our silence make?Silent or not, you're still wasting everybody's time with this nonsense.

Dean Harken (se lève et s'approche rapidement de Jane): You guys called this homicide, so now we have to run the paperwork. That's how it works.

Jane: Still a waste of time.

Dean Harken: I thought I made the deal clear to you guys. You really wanna mess with the C.D.C.A.?

Lisbon: Absolutely not. I apologize for my colleague's rudeness...

Jane: No, she doesn't. I retract that apology.Show some mettle, Lisbon. You know as well as I do, if I have ten minutes with these people, I will get the truth, if there's any useful truth worth having.

Lisbon: Excuse us.

Jane: Yes, excuse us. We have to have a chat.

(Lisbon entraine Jane dans une salle attenante)

Lisbon: Cool it, all right? That is an order.

Jane: Okay. Just relax. I'm working the case.

Lisbon: Let me explain something to you.

Jane: Mm-hmm.

Lisbon: This is politics. The C.D.C.A. is rich, mean and well connected. The CBI in comparison are like poor orphans. We can't make enemies out of them. We need to cooperate with this man.

Jane: He irks me.

Lisbon: Say it. "I understand."

Jane: Hmm.

Lisbon: Go. Find yourself a vending machine. Buy yourself a candy bar and come back when you're ready to play nice.

Jane: Give me a dollar and I will.

Lisbon (elle met rageusement un billet dans la main de Jane): You're paying me back.

(ils reviennent tous deux dans la salle de réunion, Jane ne fait que la traverser pour sortir)

Lisbon (à Harken) : Carry on.



Extérieur jour. Northern California Technology Institute.

(Cho, Rigsby, Professor Green)

(dans les allées de la fac)



Professeur Green: Oh, my lord. That's terrible. And you suspect foul play of some kind?

Cho: Uh, professor, Dr. Seberg and her husband worked here at the institute until '08, as did Florian Tripp and Lilith Nash. Is that correct?

Professeur Green: Yes. Brilliant research team. We were very sorry to lose them. Money, you know? We tried to hold them to their contract, but Zitek threatened a lawsuit, so they left
rather under a cloud.

Rigsby: But Edmunds and Seberg as a couple, did they get along?

Professeur Green: Oh, I think so, despite all.

Rigsby: Despite all what?

Professeur Green: Well, uh, I don't like to listen to that sort of gossip, but, uh, one hears things.

Cho: Like?

Professeur Green: Edmunds was quite the ladies' man.

Rigsby: He had affairs.

Professeur Green: So I gather. Quite the drama sometimes.

Cho: Drama of what type?

Professeur Green: Fireworks, as it were, you know. But as I say, I don't pay attention.

Rigsby: Anybody you know who did... pay attention?

Professeur Green: Ah, I believe one of our grad students in the astrophysics department was, uh, involved.

Cho: Name?

Professeur Green: Greta Skye.



Zitek. Labo où est décédée le Dr. Alicia Seberg

(décontamination du labo, du corps)

(Jane, un technicien en combinaison blanche)



Jane (une barre de chocolat à la main): How long does this decontamination take?

Technicien: Another hour.

Jane: Hmm. (ouvre une harmoire marquée du sigle « BIOHASARD »)

Technicien: Don't touch that, please.

Jane: This is a murder investigation.I can touch what I want. You have a problem with that?

Technicien: There's dangerous stuff in here, that's all.

(Jane regarde à l'intérieur de l'harmoire, la referme, se promène dans le labo)

Jane: I like what they're doing these days. They're making regular candy bars, only with dark chocolate. You tried that?

Technicien: No.

Jane: You... you want a bite?

Technicien: No, thank you.

Jane: All right. Hmm. really good.

(il voit sur l'écran de l'ordinateur d'Alicia Seberg encore allumé, Isabel en larmes)

Jane: Hi. Can you hear me? Isabel, right?

Isabel Seberg: Who are you?

Jane: My name's Patrick Jane. I'm here to find out who killed your mother.

Isabel Seberg: Good. Kill them, please.

Jane: Oh, I wish I was allowed to do that. You know, you should probably step away from your computer. Do you have any friends nearby?

Isabel Seberg: I wanna be with my mother.

Jane: Yeah. I'm sorry for your loss. Do you have a candy bar around at all?

Isabel Seberg: What?

Jane: Well, we were just talking chocolate, and it occurred to me that chocolate would be good for you. All that emotion... it wipes you out. And sugar's good for energy.

Isabel Seberg: My mother is dead.

Jane: Chocolate and grief is a good combination. You should try it. It'll taste so much... Deeper, more intense. Everything will feel that way for a while. You'll feel more alive. You should probably try to hang on to that feeling as long as you can. It's a gift.

Isabel Seberg: I guess.

Jane: I want you to do something for me now, Isabel. I want you to please turn off your computer and go and tell a friend what's happened. You do that now.

(Isabel éteint son ordinateur)

(Jane reprend son exploration du labo sous l'oeil quelque peu inquiet du technicien. Il approche de l'eyescan)

Jane: Open sesame. (l'eyescan identifie Jane, la porte du labo en décontamination s'ouvre. Jane recule précipitamment, le technicien vient refermer la porte) Whoa! That wasn't meant to happen, was it? Uh-oh.

(Jane sort rapidement du labo)



Salle de réunion, Zitek

(Dean Harken, Lilith Nash , Lisbon, Jane)



Dean Harken: Do you have an advanced degree in any of the physical sciences?

Lilith Nash: Yes.

Jane (fait irruption dans la salle): Excuse me. Uh... Sorry to interrupt. We need to expand the pool of suspects.



Zitek. Labo où est décédée le Dr. Alicia Seberg

(Jane, Lisbon, Dean Harken, technicien)



Jane: The tricky little high-tech scanners let anyone in.

Dean Harken: That's nonsense.

Jane: Try it.

Dean Harken: I'll be damned.

Jane: See? Same with that door. Anyone at this facility could've gotten to those little virus thingies... anyone.

Lisbon: Who's responsible for the operation of the security scanners?



Dans les couloirs de Zitek

(Lisbon, Jane, Dean Harken, Scott Price)



Scott Price: I have no idea. How that could happen. That's outrageous.

Dean Harken: It's your job to oversee the security systems here, isn't it?

Scott Price: Not the technical aspects, obviously. That's contracted out, but I'll get right on 'em, give 'em a piece of my mind, believe you me.

Jane: You're showing us your palms. It's a supplicant gesture, suggesting a guilty conscience.

Scott Price (Jane fait les mêmes gestes que Scott): That... that's not valid or relevant. I'm... I'm simply stating the facts. I have no idea why the security system doesn't work.

Dean Harken: The man's right. You're not real convincing.

Scott Price: I regret that's your opinion, but I, I have no control over that.

Dean Harken: Mr. Price, you're under arrest.

Scott Price: For what?

Dean Harken: Let's see. For one, the murder of Alicia Seberg.

Scott Price: That's absurd.

Lisbon: And frankly, not your call.

Dean Harken: Oh, is that right?

Lisbon: Yeah, this homicide investigation is ours.

(pendant que Lisbon et Harken argumentent, Scott Price s'éloigne du groupe)

Dean Harken: If we can't get along, I'll call my friends at the FBI, get them to take over from you. In fact, I will do that. I'm sorry, little lady...

Jane: Maybe you should step back... May, maybe I was right about the supplicant palm gesture. (Lisbon et Harken courent afin de rattraper Price qui a pris la fuite) Yep.

(Price monte dans sa voiture, démarre, défonce une barrière, passe plusieurs postes de surveillance à grande vitesse, pour finalement être stoppé par une voiture)



Salle de réunion Zitek

(Scott Price, Dean Harken, Lisbon, Jane)



Scott Price: I... I wanna talk to my lawyer.

Lisbon: You have that right, but if it doesn't...

Dean Harken: Have you ever sat in the back of a military aircraft with a black hood over your head?

Scott Price: Uh... No.

Dean Harken: Well, then you got a new experience comin', because that is where this is goin' unless you start talkin' right about now!

Lisbon: Um... Look...

Dean Harken: Quiet. (à Scott Price) Please.

Scott Price: The contractor screwed up. The software glitches constantly, So... they're fixing it. Meanwhile, the system's down... Temporarily. Nobody knew the system was down, so in a way, it worked just as if it was up and running... In a way.

Lisbon: How long was it down for?

Scott Price: Two... Months.

Dean Harken: Two months? Anyone at all could enter the lab... Terrorists, crazies, thieves. Have you any idea how much trouble you're in?

Jane: Thieves? People wanna steal germs?

Dean Harken: Cryptohansa b strain is a... is a must-have research tool. It's hard to make. It's worth $300,000 a gram in the black market.

Jane: Wow.

Dean Harken: Isn't that right, Price? And you left the cupboard door wide open. You are yea deep in trouble, pal. You think about your situation for a while. Okay? And we'll talk again. (Dean Harken sort de la salle. Jane regarde attentivement Price, se lève, tapotte l'épaule de Price, Lisbon et Jane sortent de la salle)



Dans les couloirs de Zitek

(Lisbon, Jane, Dean Harken)



Jane (à Harken): You know he didn't kill Alicia Seberg. You just like scaring people, right?

Dean Harken: Hey, if there was a murder here, I think he's a very good suspect.

Jane: Why? He has no interest in her death. It could only lead to discovery of the security breakdown.

Dean Harken: We'll see if he had any other motives.

Jane: The salient pot here is that anyone could have gotten to those flasks, not just Price. Kaseem could have, for instance, or you could have. You were already here, weren't you? For an inventory check? What time did you get here, exactly? The night before, right?

Dean Harken: You remind me.I was goa call the FBI, replace you people.

Lisbon: And I was gonna tell you that's not your call. We're here on the direct say-so of the A.G. Call him. Tell him we're off the case. See what he says.

Dean Harken: I might do that. We'll see how it goes, shall we? It's time to open the biohazard chamber.

Jane: Oh, that sounds fun, opening the biohazard chamber.



Dans le labo

(Lisbon, Jane, Dean Harken, technicien)



(le technicien sort la valisette de métal ayant contenu les flasques de Cryptohansa b, la dépose sur une table)

Jane: Shouldn't we be wearing masks or something?

Dean Harken: No virus could possibly survive the radiation bath. The virus inside the flasks are still alive, of course. But the flasks are unbreakable. There's no danger. (Harken ouvre la valisette) Five flasks intact. Let's get these babies back in deep freeze.

(le technicien dépose la valisette dans une harmoire)

Dean Harken: Okay. We're copacetic.

Lisbon: Let's send Alicia Seberg on her way.

Dean Harken (à Cliff Edmunds qui entre dans le labo quand des branquardiers sortent le corps de son épouse): Doctor, this is a crime scene now. You can't...

Lisbon: Let him stay.



Dans les allées du Northern California Technology Institute.

(Cho, Rigsby, Greta Skye)



Greta Skye: Oh, my God. Oh, my God.

Cho: And, Greta, you had a sexual relationship with Cliff Edmunds, the victim's husband, is that right?

Greta Skye: No. I mean, yes. It wasn't... well, yes, I did. But I didn't. You don't think I had something to do with killing her?

Rigsby: No, ma'am, we're just looking for insight into their relationship.

Greta Skye: NotYou think Cliff killed her.

Rigsby: Is he the jealous type?

Greta Skye: Not at all.

Rigsby: Did he ever show violence to you?

Greta Skye: No, no. Cliff is a very gentle soul, really. And Alicia's such a cool person.

Cho: We heard there was trouble.

Greta Skye: No. Well... There was one incident, but it had nothing to do with Cliff or Alicia, really.

Cho: Please continue.

Greta Skye: We'd been seeing each other for a while. Somebody left a note for me, pushed under by door in the middle of the night. Basically, it said I was a whore and I should stay away from Cliff. It was very ugly. It was anonymous, of course.

Cho: Who do you think sent the note?

Greta Skye: I thought at first it was Alicia Seberg, naturally. But it turns out she wasn't even in the country. On the night in question.

Rigsby: Who's your next best guess

Greta Skye: Um, the one time I went to see Cliff at work, there was a lab assistant.She gave me this glare like a death ray, and I thought maybe it was her.

Cho: What's her name?

Greta Skye: Lilith Nash.



Dans un espace salon, Zitek

(Lisbon, Jane, Van Pelt)



Jane: The question is why now? What was it that triggered the killing? What changed?

Lisbon: What's the answer?

Jane: Well, for one thing, Harken showed up.

Lisbon: You think Harken did this?

Jane: Ooh, I'd like that. But what's his motive?

Lisbon (répond à un appel téléphonique): Van Pelt.

Van Pelt (à son bureau du CBI): Boss, Cho and Rigsby found an ex-lover of the vic's husband. She thinks Lilith Nash sent her a menacing note.

Lisbon: Interesting. (elle met le haut parleur afin que Jane puisse entendre)

Van Pelt: So I dug deeper. Nash is clean under her current name but had a brief marriage in Canada in '96, '97. Under that name, Lilith Blaum, in '99, still in Canada, she had a restraining order taken out against her by her ex-husband and subsequently spent four months in a secure Mental Institute.

Jane: Well, that could happen to anyone. Uh, Van Pelt, could you do me a favor? Could you call Cho and Rigsby and have them get out here as quick as possible?

Lisbon: Why?

Jane: I got a hunch we're gonna need'em.

Van Pelt: Okay.

Lisbon: Thank you.

Van Pelt: Will do.

Lisbon: Let's go talk to Nash.

Jane: Meh.

Lisbon: What? I think she's good for it.

Jane: Ah, she's nuts. She's got a nutty little secret crush on the boss, kills the wife.

Lisbon: Something like that.

Jane: She did seem nervous, but why kill now? And why would she use the virus?

Lisbon: I don't know. Let's go and ask her.

Jane: Ugh, if you want to.

Lisbon: You know, you're just resisting Nash because you didn't peg her right away as the one.

Jane: No, I'm resisting Nash because, uh, she isn't the one. But if you wanna go talk to her, let's go talk to her. But whatever you do, do not tell Harken.

Lisbon: Why not? It's procedure.

Jane: Fig for procedure. He'll stomp all over her she'll clam up you'll get nothing but a waste of time.

Lisbon: I'm telling Harken.

Jane: Okay.



Dans un bureau de Zitek

(Lisbon, Jane, Lilith Nash)

(Jane entre dans un bureau que Lisbon vient de traverser, sont présents assis Cliff Edmunds, Griffin Welks, Florian Eric Tripp )



Jane: Nash, come with me. Now. (ils entrent dans une pièce) Stand there. Listen closely and please tell the truth. Is there a way out of here that avoids the main gates? A back way out?

Lilith Nash: Yes.

Jane: Where?

Lilith Nash: Walk a mile north. There's a culvert that goes under the fence. Halfway along the northeast property line.

Jane: Excellent. Now... Tell the truth. Did you ever go by the name Lilith Blaum?

Lilith Nash: Yes.

Jane: Did you spend time in a mental asylum?

Lilith Nash: Yes.

Jane: Do you have a secret crush on Cliff Edmunds?

Lilith Nash: Yes.

Jane: Did you kill Alicia Seberg?

Lilith Nash: No.

Jane: I believe you, but I know how Harken's thoughts run. A way to blame you will be found. I repeat. I know how Harken's thoughts run. A way to blame you will be found. Do you hear me?

Lilith Nash: Yes.

Jane: Excellent. (Jane sort de la pièce, fait le gai et fait sortir ensuite Lilith) Go.

(Jane retourne dans le bureau où attendent les trois scientifiques)

Jane: Did Lilith Nash come back in here?

Cliff Edmunds: No.

Jane: Uh, that's odd.

Dean harken: Where's Lilith Nash?

Cliff Edmunds: Uh, she left with...

Jane: You don't need to worry about her. She's not guilty.

Dean harken: And how do you know that?

Jane: Because I asked her. She told me.

Dean harken: Uh-huh. And where is she now?

Jane: Um... I don't know.

Dean harken (parlant à sa veste de costume, sort de la pièce): Security.



Extérieur nuit, des hommes armés courent dans tous les sens à la recherche de Lilith Nash.

Intérieur du bâtiment Zitek

(Dean Harken, Jane, Lisbon)

(dans les couloirs)



Dean harken: She's not in her room. She's nowhere to be found.

Jane: Oh, you people are overreacting. I'm sure she's no danger.

Dean harken: She's mentally unstable and probably a killer, but you're sure she's no danger. Well, that's reassuring.

Jane: Well, even if she is those things, and I don't say that she is, then she's done her worst already.

Un homme en costume ( interpelle Harken): Mr. Harken! We have a code red.

Jane: What's a code red?

Dean harken: What? No.

(ils suivent en courant l'homme, arrivent dans une salle de repos, un flacon de virus est ouvert sur une table)

Lisbon: Oh, no.

Jane: Ohh.

(à côté du flacon un mot « I am sorry »

Cliff Edmunds: Anyone within a quarter-mile radius of this flask is gonna be dead within the next four to six hours.

Dean harken: But I put the flasks in the safe.

Lisbon: She must have gotten into the safe somehow.

(Lisbon, Harken, Edmunds sortent rapidement)

Jane: W... h-how is that possible? (il suit le groupe qui vient de sortir)



Dans le labo d'Alicia Seberg

(Dean Harken, Jane, Lisbon, Cliff Edmunds, le technicien)

(Harken sort la malette contenant les flasques restantes de virus. Au moment où harken soulève le couvercle de la malette, Jane envoie une flasque de verre se fracasser au milieu de la pièce)



Jane: What was that?

Lisbon: A beaker fell.

Cliff Edmunds: What?

(il manque maintenant 2 flasques de virus, Jane vient de se servir)

Dean harken: There's only one missing. That's a relief, anyhow. But how did she do it?

Lisbon: Never mind how. She's done it. What do we do now?

Cliff Edmunds: Well, there's nothing we can do. In the next four hours, we'll all be dead.

Lisbon (Lisbon entraîne Jane un peu à l'écart du groupe): Tell me the truth. This is a trick right?

Jane: No. Why would I do something like that? What would be the point?

Lisbon: Swear on your child's grave.

Jane: You know I don't do that, not for anything.

Lisbon: Oh, my God.



Dans un couloir de Zitek le personnel est rassemblé



Un homme de l'assemblée: This is a drill, right?

Cliff Edmunds: Uh, this is not a drill. This is... this is the real thing. I'm sorry.

Dean harken: Listen up. We have a few hours left. But we'll keep this virus contained here. Nobody leaves this facility.

Un homme de l'assemblée: And then what? We get buried in the desert?

Dean harken: The air force will drop incendiary bombs on the facility, burn the virus out. Your next of kin will be informed. Like I say, we have a few hours left, so we all should make our arrangements and say our prayers as best we can. Make your phone calls. May God have mercy on our souls.



(Les personnes s'affolent, ceertains veulent sortir, ils en sont empéchés par la sécurité, pleurs, cris...)



Une route, la nuit, un téléphone sonne.

(Cho, Rigsby, Lisbon, Jane)



Cho (répond à l'appel): Hey, boss. We're about five minutes from your location.

Lisbon: Cho, listen. Jane and I have been exposed to the virus, and it looks like we might die soon.

Cho: Okay.

Lisbon: So I wanna thank you and Rigsby and Van Pelt. It's been an honor working with you. I need you to call my brother Tommy. (Lisbon et Jane sont sur la passerelle de Zitek) His number is in my desk diary. It's under Town and Country Electrical. Tell him that I love him and that I forgive him for whatever and that, um, he needs to make peace with his brothers. It's my last dying wish. You tell him that.

Cho: Will do.

Lisbon: Okay.

Cho: Good-bye.

Jane: Uh, wait. I... I wanted to talk to them also.

Lisbon: Sorry.

Jane: It's all right. (Lisbon lui donne son téléphone) That's a fine farewell. I feared that you'd become tearful and incoherent, but no. Succinct. Noble. Bravo.

Lisbon: Uh-huh. Don't you have anybody you wanna call besides Cho and Rigsby?

Jane: No. And if were dying, I'd wanna call you, but... You're already here. So there's no need.

Lisbon: Me?

Jane: Hmm?

Lisbon: Hmm? What would you say?

Jane: Uh...

Lisbon: Wait... wait a minute. If? If I was dying?

Jane: Yeah, you're not really dying. I wrote a label and put it on an empty flask, and then I convinced poor Lilith Nash to run away. I feel kind of bad about it...

Lisbon: You son of a bitch. Lisbon se lève et se précipite vers Jane, furieuse)

Jane (téléphone en même temps): But just... just wait. Just please. Be still. Cho? This is Jane. Please disregard Lisbon's last message. I tricked her. My bad. Lisbon) I'm so sorry. Are you at the culvert? Okay, good. Wait. There'll be some people coming your way soon. Bye.

Lisbon: You're sick. Why would you do this to me?

Jane: Two reasons... firstly, to catch the killer of Alicia Seberg, the killer who is not poor Lilith Nash. The killer who, you may recall, took a dose of the antidote in order to survive. Exposure to the virus. Yes?

Lisbon: Yes...

Jane: The killer who believes that he or she is the only one that isn't going to die. Yes?

Lisbon: Yes.

Jane: So they have to get out of here before we die, or else they'll be burnt to a crisp by the Air Force. Their hands are tied. They have to try to escape, thus revealing themselves to us with precision and clarity of a mathematical equation.

Lisbon: And reason number two?

Jane: The second and most important reason is doesn't it feel great to get your life back? Don't you feel good right now? Don't you feel happy to be alive?

Lisbon: No!

Jane: Oh, I know you do.You know you do.

Lisbon: If reason number one does not pan out very, very soon, I think I'm gonna punch you in the nose.

Jane: Forbearance, Lisbon. Any moment now, Harken is gonna come around that corner with an anxious expression on his face because someone has run off. Any moment now. Wait. Any moment.

Lisbon: Nothing.

Jane: If you just get... (Lisbon donne un coup de poing sur le nez de Jane) Ow! Ow! Ow. Whoo! (Arrivent en courant Dean harken et un garde)That's what I'm talking 'bout.





Extérieur nuit

Rigsby, Cho attendent en faisant les 100 pas devant leur voiture, sur le siège arrière, Lilith Nash.

A quelques dizaines de mètres de la clôture de Zitec, d'un sous terrain sort Griffin Welks, attendu par Rigsby et Cho.

Rigsby: Hi.



Dans les locaux de Zitec

(Dean Harken, Jane, Lisbon)



Dean Harken: Well, this was all a hoax?

Jane: Well, "hoax" is a little strong. Uh, more of a ruse, a gambit.

Lisbon: The important thing is we caught the killer. Right? That's what's important.

Jane: That's what's important. Griffin Welks, huh? Never would have caught him your way, and my way... cathartic and life-affirming.

Lisbon: You know what? You're on your own. (elle s'en va)

Jane: Okay, the important thing now is to be careful 'cause this is the real thing. (Jane tend à Harken la flasque qu'il avait dérobé) Okay? All right, let's get that back in the deep freeze. See you around, big dog. (Jane s'en va en courant laissant un Harken stupéfait)



Salle d'interrogatoire du CBI.

( Griffin Welks, Cho)



Griffin Welks: I was siphoning off small amounts of the virus matrix and selling it on the black market.

Cho: $300,000 a gram.

Griffin Welks: Yeah. Yeah, exactly. I'm in charge of keeping inventory, so it was easy, until Harken arrived to do a spot check, and I had to do something fast, so I spilled a flask to cover up the missing quantity.

Cho: IKnowing full well Alicia Seberg would be exposed.

Griffin Welks: ISomeone had to be responsible. I figured everyone would think that she'd opened the flask by accident and couldn't admit to it, 'cause she was like that... couldn't be wrong.

Cho: I'm curious. The money you made from your theft... How'd you spend it?

Griffin Welks: II didn't. I have it in treasury bonds mostly, some real estate.

Cho: Mm-hmm, that's smart investing. You'll be the richest man in Folsom. (Cho sort de la salle)



Devant l'ascenseur du CBI.

(Jane, Lisbon)



Jane: Whew. Long day. Ooh. It's chilly around here. You still angry with me?

Lisbon: Duh.

Jane: Oh, confess. You do feel better. You feel much more alive. I know you do. (ils entrent tous deux dans l'ascenseur)

Lisbon: You know what made me feel better? Punching you in the nose.

Jane: Ah. Glad to be of service.

The end

maiii

Kikavu ?

Au total, 128 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Alyshia 
20.11.2020 vers 11h

wolfgirl88 
13.09.2020 vers 11h

nonok 
08.05.2020 vers 00h

Linstead77 
17.04.2020 vers 01h

densi76 
03.05.2019 vers 13h

melina2206 
09.12.2018 vers 18h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup
Ne manque pas...

Vote pour la Finale de l'HypnoCup 2021!
Voter pour la Finale! | Teaser Youtube

Le quartier Love Victor est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | Love, Victor

Activité récente
Actualités
Mentalist sur TMC

Mentalist sur TMC
Pour rappel, TMC rediffuse en ce moment Mentalist tous les vendredis à partir de 21h15, à raison de...

Patrick Jane joue sa vie pour servir la reine Elisabeth Ière

Patrick Jane joue sa vie pour servir la reine Elisabeth Ière
Ce mois-ci sur le quartier Reign, deux consultants de la police se retrouvent emprisonnées dans la...

Départ - Quartier à reprendre

Départ - Quartier à reprendre
Bonjour, C'est avec tristesse et nostalgie que je vous annonce mon départ du quartier Mentalist...

Emergence avec Owain Yeoman sur TF1

Emergence avec Owain Yeoman sur TF1
Owain Yeoman (Rigsby) est de retour à la télévision française dans une nouvelle série ! TF1 diffuse...

Carnet rose !

Carnet rose !
Annonce surprise de Robin Tunney sur son compte Instagram : l'actrice de 47 ans a donné naissance à...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

ShanInXYZ, Hier à 16:50

Nouvelle question dans le quizz Doctor Who sur l'amour, Nouveau thème dans Voyage au centre dut Tardis

ShanInXYZ, Hier à 16:51

Et n'oubliez pas de venir voter pour votre synopsis préféré dans le concours cross-over Doctor Who/X-Files

ptitebones, Hier à 17:31

Hello, les bannières de Manifest attendent toujours des petits pouces en l'air dans les préférences Merciii

emeline53, Hier à 18:00

Nouveau sondage en cours sur The Fosters pour parler de la série Good Trouble ! Venez nombreux

pretty31, Hier à 23:02

Venez départager les pitchs de films proposés par les participants du concours sur HypnoClap !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site