VOTE | 556 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#211 : Promo 95

Rigsby part en inflitration lors d'une soirée de retrouvailles entre anciens lycéens quinze ans après avoir quitté le lycée quand Jane et l'équipe enquêtent sur un double meurtre qui pourrait bien être lié à une vieille farce.

Captures

 

Popularité


4.75 - 8 votes

Titre VO
Red-Colored Glasses

Titre VF
Promo 95

Première diffusion
14.01.2010

Première diffusion en France
06.10.2010

Vidéos

Trailer CTV

Trailer CTV

  

Plus de détails

Scénario   Leonard Dick
Réalisation   Dan Lerner
Avec  

Abbie Cobb (Tess)
Michael Rodrick (Gabe Nyland)
Gonzalo Menendez (LJ Keeling)
Kathleen Rose Perkins (Willa)
Paul Ambrus (Grant)
Scott Caudill (Stu McAlpine)

Diffusion FR : 10 mai 2010 (TPS Star) /  6 octobre 2010 (TF1)

Audience US : 15,38 millions de téléspectateurs

Audience Fr : 9,57 millions de téléspectateurs

Van Pelt et Rigsby sont dans la salle de réfectoire du CBI, quand Lisbon les interrompt pour leur dire qu’il y a une nouvelle affaire. Alors que Rigsby s’apprête à aller sur le terrain, Van Pelt rappelle à Lisbon qu’elle lui avait promis de faire plus de terrain. Lisbon lui dit alors de venir et demande à Rigsby de rester au bureau pour coordonner les opérations.

Lisbon, Van Pelt et Jane sont sur les lieux d’un meurtre à Rancho Rosa en Californie. Un couple dans une voiture a pris deux balles dans la poitrine. Il s’agit de Selby et Jana Vickers. Jane remarque qu’une petite chose blanche dépasse de la robe. Van Pelt regarde et en retire une étiquette. Il s’agit du prix de la robe qui coute 800 dollars. Jane dit alors que pour lui le couple allait dans un endroit chic mais inhabituel pour eux. La robe en est un signe. La voiture quant à elle prouve que ce n’était pas un couple riche. La bouteille de whisky prouve quant à elle que l’homme avait besoin de courage pour affronter les gens de l’endroit où il allait se rendre. Jane en conclu alors que pour une telle rencontre il devait s’agir de famille ou de gens de son passé. Jane sait et demande au shérif le nom du lycée local.

Lisbon et Jane se rendent à la soirée retrouvaille d’un lycée. Un homme se jette sur Lisbon et l’embrasse en l’appelant Stéphanie. Ils vont ensuite parler à Tess une des marraines de la soirée. Tess confirme que Jana et Selby étaient attendus ce soir. Elle dit qu’ils s’étaient également inscrits au pique-nique du souvenir ainsi qu’au bal. Jane et Lisbon vont ensuite parler à la présidente du comité. La présidente du comité dit qu’elle avait trouvé étonnant que Selby vienne car il n’avait pas fait sa première ni sa terminale. Il n’a jamais eut son bac et a été renvoyé. Elle raconte ensuite que Selby avait attiré dans le vestiaire des filles Derek Logan un garçon inadapté, il lui avait bandé les yeux avec ses sous-vêtements sur les yeux a pris des photos qu’il a fait circuler dans tout le lycée.

Van Pelt et Cho sont à l’appartement de Selby et Jana Vickers. Rigsby appelle Van Pelt pour lui donner des informations sur la famille de Selby. Sa mère vit à Roncho Rosa. Il n’a rien sur Jana. Cho fait ensuite écouter un message sur le répondeur de Selby. Quelqu’un lui dit que ça ne peut plus durer et de lui rendre son argent.

Lisbon et Jane continuent de discuter avec d’anciens élèves. Jane dit que l’endroit où ils sont est rempli de menteurs. Ils veulent tous montrer qu’ils ont changé alors qu’il n’en est rien. Jane dit à Lisbon de demander à Rigsby de retrouver Derek Logan. Jane, veut rester alors que Lisbon repart pour le bureau. Jane apprend à Lisbon qu’il n’est jamais allé au lycée.

Van Pelt et Cho rendent visite à Mme Vickers la mère de Selby. Elle dit que son fils l’appelait chaque jour. Son fils travaillait dans une imprimerie. Il n’était pas allé à la fac depuis l’incident du lycée. Depuis qu’il avait rencontré, Jana, son fils était devenu plus fort et un autre homme. Mme Vickers dit que Jana n’avait personne. Elle arrivait de Pologne. Cela ne faisait que 4 mois qu’ils se connaissaient quant ils s’étaient mariés. Cho fait écouter à Mme Vickers le message sur le répondeur. Elle dit ne jamais avoir entendu cette voix auparavant. Elle demande si son fils devait de l’argent à un usurier. Cho lui dit que c’est possible. L’appel a été passé depuis une cabine téléphonique de Galatin. Mme Vickers dit alors que c’est de là que venait Jana. Elle dit que Selby avait rencontré sa femme là bas dans un coffee shop.

Retour avec Jane. Un homme surnommé « la grenouille » se fait charrier par ses anciens camarades. Un peu écœuré il va au bar où se trouve Jane. Jane et lui parle de Cordova et du surnom. La grenouille dit qu’il aimerait revenir en arrière et pouvoir lui en coller une. Jane lui suggère alors de lui dire calmement ce qu’il ressent. Phil va alors voir Cordova. Mais Phil donne un coup de poing à Cordova. Une bagarre générale s’en suit. Jane regarde la scène sans intervenir.

Le lendemain, Jane arrive dans le bureau de Lisbon avec un recueil du lycée dans les mains. Lisbon est mécontente de la bagarre qu’il y a eut. Cho entre ensuite dans le bureau et dit qu’il y a une piste sur Jana. Jana a donné à l’immigration une adresse à Galatin. Celle de quelqu’un appelé Terence Badali. L’homme n’a pas de casier mais des mesures d’éloignement. Lisbon demande à Cho d’aller à Galatin avec Van Pelt.

Jane va ensuite voir Rigsby le livre de recueil à la main et rigole. Rigsby dit à Jane qu’il a le rapport sur Logan. L’homme ne s’en est jamais sorti. Il est mort à 23 ans d’une overdose. Rigsby montre à Jane la photo de carte d’étudiant du jeune homme. Rigsby lui montre ensuite la photo qui avait été placardée sur les murs du lycée.

Cho et Van Pelt vont voir Badali. Alors que Cho et Van Pelt lui disent que c’est lui qui a menacé Jana sur son répondeur celui-ci s’enfuit. Il est très vite rattrapé par Cho et emmené au CBI. Badali vivait avec Jana et elle l’a quitté. Badali voulait qu’elle lui rembourse l’argent qu’il avait dépensé pour qu’elle vienne de Pologne aux Etats-Unis. Selby avait dit qu’il aurait l’argent pour le rembourser par un vieil ami. Lundi ils seraient en mesure de le rembourser.

Lisbon demande à Rigsby la liste des participants et leur arrivée à la réunion des anciens.

Lisbon et Jane rendent visite à Gabe Nyland. Il dit qu’il est arrivé plus tôt pour un dîner de bienfaisance. Il dit qu’il a menti pour que ses camarades croient qu’il était venu pour la réunion. Jane est surpris de voir que sa chambre est très grande et qu’il y a même une autre pièce. Jane ouvre la porte et voit la jeune fille qui faisait l’accueil à la réunion. Gabe Nyland dit que la relation n’est pas tendancieuse. Pourtant la jeune fille est mineure. Il dit qu’il n’a pas de rapports intimes avec elle. Il l’a cache pour éviter que lorsqu’il ouvre sa porte de chambre se soit un paparazzi et que leurs deux vies se retrouvent sur internet. Jane demande à Lisbon d’aller chercher Tess. Gabe ne veut pas. Jane en conclu qu’il se souci d’elle. Jane trouve une ressemblance entre Gabe et Tess. Il en conclu que c’est sa fille. Gabe l’admet. Lisbon lui demande si au cours de ses visites il a vu Selby. Il lui dit qu’en effet il a vu une fois à une station essence. Gabe dit que Selby n’aurait rien révélé de tout ceci.

Jane se rend ensuite au pique-nique. Willa, présentatrice d’émissions, va lui parler. Willa dit que Jane met les gens mal à l’aise de part sa présence. Jane dit alors qu’il devrait s’en aller et que le meurtre de Selby et Jana resterait impuni. Jane va ensuite s’asseoir avec le vice-principal Desouza. L’homme fait comme si il connaissait Jane. Celui-ci lui dit qu’il n’a jamais été dans son lycée. Jane lui dit qu’il est du CBI. Desouza montre à Jane l’endroit où Selby avait maltraité Derek Logan. Jane imagine alors tout à fait la scène. Desouza dit que les parents de Logan l’ont envoyé voir un psy. Cela n’a servi à rien puisqu’un mois après il quittait le lycée. Derek n’avais pas vu son agresseur mais il a dit que sa voix était ressemblante à celle de Selby. Desouza est allé voir Selby qui a avoué très rapidement.

Ensuite, au CBI, Jane demande à Rigsby de mémoriser toutes les informations sur les 67 élèves et participants. Jane lui donne un truc pour pouvoir retenir les informations. Rigsby ne veut pas faire ce que Jane lui demande. Jane le menace alors de tout révélé à Lisbon de sa relation avec Van Pelt. Rigsby accepte.

A la soirée, Rigsby arrive et se fait passer pour un ancien élève. Rigsby fait alors comme si il connaissait tout le monde. Rigsby se fait passer pour Derek Logan. Tout le monde est très surpris de voir Derek Logan. Le moment de la remise de prix est arrivé. Le supposé Derek Logan monte alors sur scène pour remettre un prix à la surprise de Willa. Derek Logan prend le micro est fait un discours. Il raconte l’homme qu’il est devenu celui qu’il était avant et lors de l’incident. Derek Logan dit que Selby était un suiveur mais qu’il est en mesure maintenant de savoir qui l’a réellement maltraité. Willa quitte l’assemblée.

Jane et Lisbon se rendent dans la chambre de Willa qui est en train de faire ses valises. Elle dit qu’elle part car elle doit rentrer à Chicago. Lisbon et Jane ont compris qu’elle était la meneuse dans l’histoire de maltraitance envers Derek Logan. Lisbon dit qu’elle a fixé un RDV à Selby pour lui donner de l’argent et que Jana était avec son mari. Jane raconte alors que Logan avait dû faire quelque chose qui l’a offensé. Elle a usé de ses charmes pour que Selby fasse le sale boulot pour elle. Elle a alors détruit Derek Logan. Elle a aux dires de Jane trouvé ça puissant. Jane prend alors un livret sur la table de chevet et trouve dedans des photos de la scène. Il voit Willa poser aux côtés de Derek Logan. Jane trouve également les négatifs. Comme elle a refusé de payer, elle a tué Selby et sa femme.

Willa se met alors à parler. Elle dit que Derek Logan avait dit à tout le monde qu’il l’avait touché. Elle s’est sentie humiliée. Lisbon dit ensuite à Jane qu’ils ont eut de la chance qu’elle ne détruise pas le négatif. Jane dit qu’elle ne l’aurait pas fait car pour elle s’était un trophée.

Lisbon et Jane discutent ensuite dans la salle de bal. Lisbon souhaite comprendre il a réussit à convaincre Rigsby de jouer la comédie Derek Logan. Jane dit qu’il a dit à Rigsby que Lisbon lui donnerait son lundi. La musique qu’entend alors LIsbon lui rappelle des souvenirs. Jane invite Lisbon à danser.

Fin…

BUREAU DU CBI

 

Van Pelt est dans la cuisine en train de préparer quelque chose, Rigsby vient l'embrasser dans le cou. Tout d'un coup, Lisbon apparaît.

 

VAN PELT: Vous êtes là?
RIGSBY: Vous êtes pas chez vous?

LISBON: Non, on a du boulot. Un double homicide à Rancho Rosa et la police est dépassée.

RIGSBY: J'y vais.
VAN PELT: Patron, vous m'avez promis de m'envoyer un peu plus sur le terrain. C'est le moment ou jamais.
LISBON: C'est vrai. Rigsby, c'est vous qui serez de permanence au bureau. On y va.
VAN PELT: J'espère que ça t'ennuie pas?
RIGSBY: Non, t'inquiètes.

DANS LES BOIS

 

Ils arrivent sur la scène de crime.

 

JANE: Alors?
VAN PELT: Deux balles dans le torse chacun visiblement. Les impacts ne datent de quelques heures seulement.
LISBON: Selby et Jana Vickers, âgés de 33 et 31 ans, originaires de Rancho Rosa. Le shérif les a identifiés grâce au permis de conduire.
JANE: Qui a retrouvé les corps?
LISBON: Des adolescents. C'est le repère des amoureux ici apparemment et les voleurs le savent. Le shérif pense à un vol qui aurait mal tourné.
VAN PELT: Ils sont un peu vieux pour flirter ces deux là
JANE: Il y a un âge limite, tu crois?
VAN PELT: Et puis elle, ces vêtements ne sont pas débroillés quoi
JANE: Bonne remarque. Il y a un truc blanc qui dépasse de la robe de la dame. Regardes. Oui, ça.
VAN PELT: Une robe a 800 $!
JANE: Ha!
LISBON: C'est un "Ha" utile ou un "Ha" juste énervant?
JANE: La robe de location indique qu'ils se rendaient à une soirée importante et ils voulaient faire impression. Ce n'est pas habituelle sinon ils auraient un modèle de voiture plus récent.
Lui a ressenti de boire de l'alcool pour tenir le coup, il appréhendait certainement de voir quelqu'un là-bas. On est dans une petite ville, il s'agit donc forcement de membre de la famille ou des gens qui surgissent du passé.
VAN PELT: Un mariage peut être? Ou bien un anniversaire ?
JANE: Il n'y a pas de cadeau, ce qu'il nous laisse
LISBON: Ça suffit les devinettes.
JANE: Excusez moi, shérif? Quel est le nom du lycée de la ville?

LYCEE

 

Lisbon et Jane arrivent au lycée de la ville.

HOMME: Stéphanie? Tu es superbe! Tu n'as pas changé.
LISBON: Désolée, je ne suis pas Stéphanie.
(L'homme l'embrasse)
LISBON: Refaites ça et je vous envoie au trou.
HOMME: Tu es l'élue de mon cœur, tu es la seule qui comptait pour moi.

(Jane rit)

LISBON: Et vous, ne riez pas.
JANE: Je ne suis pas Stéphanie.

Jane et Lisbon arrivent dans la salle principale.

 

JANE: Le lycée, les plus belles années de la vie.

MENTALIST - GENERIQUE

LYCEE

 

Lisbon et Jane demandent des infos à une fille.

 

FILLE: Bienvenue au lycée de Rancho Rosa. Allez les Toros! Je m'appelle Tess, je suis votre étudiante ambassadrice du week-end. Les badges, et le catalogue des festivités.
LISBON: Nous sommes du Bureau Californien d'Investigation. Nous aimerions savoir si Jana et Selby Vickers étaient sensés venir ici ce soir.
FILLE: Oui, Selby Vickers et sa femme Jana. Ils ont aussi répondus oui pour le grand pique-nique de demain midi et la soirée dansante. Tout va bien ?
LISBON: Nous souhaiterons rencontrer une personne qui les connaissait.
FILLE: La dame rousse, là-bas. C'est Willa Brock, la présidente du comité des anciens.

JANE: Vous faisiez semblant de croire qu'on faisait parti de cette promo en nous voyant arrivés?
FILLE: Les gens qui ont plus de 21 ans sont pareil pour moi.
JANE: Évasive et pleine de tact, vous allez très loin dans la vie. Allez les Toros!

Lisbon et Jane interrogent Willa.

 

WILLA: J'en suis abasourdie. C'était déjà surprenant que Selby accepte de venir ce soir. Et maintenant ça?
LISBON: Pourquoi c'était surprenant ?
WILLA: Il n'était pas là pour les cinq ans, ni pour les dix ans.
LISBON: Pourquoi?
WILLA: Il avait été renvoyé et il n'a pas eu son diplôme.
CORDOVA: Selby a fait une crasse, il s'est comporté comme une crapule durant la dernière année, c'est ça?
WILLA: Ouais.

CORDOVA: C'était la première et dernière fois que le proviseur l'avait attrapé et l'a mis à la porte.
JANE: Qu'est-ce qu'il avait fait?
WILLA: Il y avait, comment dire, un garçon qui était la de turc de tout le monde. Il s'appelait Derek Logan.
CORDOVA: Un jour, Selby l'a traîné dans le vestiaire des filles, il lui a bandé les yeux avec ses sous-vêtements, il l'a attaché, tout nu. Il a pris une photo, il l'a placardé partout. C'était franchement malsain.
WILLA: On a trouvé ça, perturbant.
JANE: Autre chose à nous raconté sur lui?

CORDOVA: Je jouais au football, j'étais demi attaquant. Tout le monde doit se souvenir des touchdowns que j'ai marqué contre Stratton.
LISBON: qu'est-ce que ça avoir avec Selby ?
CORDOVA: J'avais la cote. J'étais une star et lui n'était rien. Je sais pas quel genre de type s'était vraiment.

LISBON: Vous avez eu des nouvelles récentes?
CORDOVA: Pas moi, nada. J'ai quitté cette ville dès que j'ai pu. Je vis à Newport Beach maintenant.
LISBON: Et vous Willa? Vous aviez eu des nouvelles de Selby ?
WILLA: Je suis présentatrice dans une émission à Chicago. Deux émissions sont enregistrées chaque jour, on passe bientôt en nationale. J'ai déjà du mal à prendre des nouvelles de ma propre famille.
JANE: Derek Logan, le gars que Selby a humilié, vous pouvez nous le montrer?
(Gabe se joint au groupe)

GABE: Dereck Logan? Il n'est pas là, si? Impossible!
WILLA: Gabe ! Je suis contente de te voir? Comment tu vas?
GABE: J'ai failli ne pas vous voir. J'ai mis au moins cinq heures pour venir jusqu'ici.

WILLA: Le CBI, l'agent Teresa Lisbon et Patrick Jane. Je vous présente Gabe Nyland.
JANE: Ça va bien?
LISBON: Vous êtes le procureur du comté de San Diego. Vous avez jugé plusieurs de nos affaires.
CORDOVA: Et il est candidat au poste de gouverneur adjoint de Californie. Accroche toi, j'oblige toute ma famille à voter Nyland. Je mis engage.
WILLA: Gabe. Selby Vickers et sa femme ont été trouvés morts dans la vallée, assassinés dans leur voiture.
GABE: Mon Dieu ! Je n'avais plus entendu ce nom depuis au moins un quinzaine années. Une idée de qui a fait ça?
LISBON: Nous sommes qu'au début de l'enquête.

JANE: Vous arrivez à l'instant?
GABE: Oui.

JANE: Alors comment avez vous su que Derek Logan n'était pas là ?
GABE: Derek a quitté le lycée et même la région juste après l'humiliation que Selby lui a fait subir.
On dit qu'il s'est même suicidé.
CORDOVA: C'est vrai? Je le croyais croupier au black-jack dans un casino.

LISBON: On aimerait parler avec vos copains de classe qui sont restés dans le coin. Ils auront peut être plus d'informations sur Selby.

WILLA: Ils sont pas très nombreux, mais les étudiants ambassadeurs sauront peut être mieux vous orienter.
LISBON: Merci beaucoup.

APPARTEMENT DE SELBY

 

Cho et Van Pelt fouillent dans l'appartement.


CHO: J'ai rien trouvé mais je vais demander au service technique d'y jeter un œil.

VAN PELT: Le courrier parle de grosses factures et de revenus.
CHO: Ils ne menaient pas la grande vie, c'est sur.

VAN PELT: Ils avaient une maison, ils étaient heureux. C'est le plus important.
(Le téléphone de Van Pelt sonne)
VAN PELT: Grâce Van Pelt!
RIGSBY(au téléphone): Salut, j'ai trouvé ton parent proche de Selby. C'est sa mère à Rancho Rosa mais rien sur Jana.
VAN PELT: Merci. Tu m'envoies l'adresse ?
RIGSBY(au téléphone): Tout de suite. Je suis jamais aller à Rancho Rosa. C'est comment?
VAN PELT: Il y a rien de spécial, c'est une ville.
RIGSBY(au téléphone): Cool. Et vous faites quoi là?
VAN PELT: A ton avis, on enquête.

CHO: Van Pelt viens voir, c'est intéressant.
VAN PELT: Je te laisse.

RIGSBY(au téléphone): Oui, j'ai plein de trucs à faire aussi. Salut.
CHO: Ça date d'hier matin.
REPONDEUR: J'en ai marre de ton petit jeu, d'accord? Tu rends mon fric maintenant sinon ça va mal aller.

CHO: Tu as raison, ils étaient supers heureux.

LYCEE

 

Lisbon et Jane interrogent des anciens camarades.

 

LISBON: Vous avez jamais revu Selby une seule fois depuis toutes ces années? Ni au supermarché,
ni au cinéma, nul part?
HOMME: Non et même si je l'ai rencontré je m'en souviens plus.
JANE: J'ai du mal à vous croire.

HOMME: Pardon?

JANE: eh bien, la vérité? D'accord. Vos implants capillaires, ces talonnettes, cette dame professionnelle que vous faites passés pour votre petite amie.
PETITE AMIE: Quoi! Qu'est-ce que vous dites? Mais attends il me traite de...
JANE: Tout ce que je veux dire, c'est que vous avez...

LISBON: Je vous demande pardon.
JANE: Je vous demande pardon..
LISBON: Je vous remercie, ça sera tout.
JANE: Vous formez un très joli couple. Bonne soirée.
LISBON: Allez les Toros. Vous avez un problème?
JANE: C'est une salle pleines de gens qui mentent à eux-mêmes et aux autres. Chacun ici s'efforce de faire croire qu'il a énormément changé alors qu'il est plus évident que ce n'est pas du tout le cas.
LISBON: Vous en savez rien, ils ont peut être tous changés enfin exception de ce "Monsieur implants capillaires" bien sûr.
LISBON: Tenez, vous avez la rebelle qui bosse à la banque, le tombeur qui reste fidèle
à sa femme.
JANE: La rebelle bosse à la banque parce qu'elle a vu que la rébellion ne menait nul part. Le tombeur a décidé de rester fidèle à sa femme parce qu'il sait qu'aujourd'hui, son infidélité aurait de plus lourde conséquence. Mais leurs instincts, lui, n'a pas changé.
LISBON: En tout cas, moi, j'ai énormément changé depuis le lycée.
JANE: Je n'en suis pas si sur. Vous êtes obsédé par la réussite au point de développer un ulcère, vous ne supportez pas d'avoir des supérieurs avoir moins de compétence que vous, quand une fille essaye de copiner, vous l'envoyez balader, un mec s'approche un peu trop, vous le casser. Tout ça pour vous retrouver des heures durant à vous posez la même question, mais "qu'est-ce que je veux vraiment?"
LISBON: Non.

JANE: Et vous avez joué d'un instrument. Je vous dis lequel? La clarinette.
LISBON: Erreur sur toute la ligne. J'ai la liste des invités, je vais demander à Rigsby de faire sa petite enquête.
JANE: Demandez-lui où se trouve Derek Logan.
LISBON: Vous croyez que Logan n'aurait laisser une bonne quinzaine d'années avant de se réveiller un jour et de décider de se venger de Selby?
JANE: Je pense qu'il est tout aussi en colère aujourd'hui qu'il l'était au moment des faits il y a 15 ans et peut-être même plus encore.
LISBON: Très bien. On vérifiera.
JANE: Je peux rester ici? Je suis pas allé au lycée, je trouve tout ça fascinant.
LISBON: Vous êtes pas allé au lycée ?
JANE: J'étais occupé.
LISBON: D'accord, je vous laisse. Ne me le faites pas regretter , c'est tout.
JANE: Du basson ?
LISBON: Non.

 

MAISON DE LA MERE DE SELBY


CHO: Mme Vickers, quand avez-vous parlé à votre fils pour la dernière fois ?
MERE: Ce matin. Selby prend toujours de mes nouvelles avant d'aller travailler. Il veut savoir comment je fais. Il est, enfin, il était comme ça.
CHO: vous savez si il avait des problèmes personnels ou professionnels?
MERE: Non, c'était tout le contraire, ça commençait à aller mieux. Quand il a quitté, les choses n'allaient pas très bien pour lui.
VAN PELT: À propos du lycée, l'humiliation qu'il...
MERE: Je refuse de parler de ça.
VAN PELT: Madame.
MERE: Toute sa vie a été pourrie par cet incident. Ça lui a interdit à l'université, il a été obligé de travailler dans une petite imprimerie. Ensuite Jana est arrivée et c'est une nouvelle vie qui a commencé pour lui. Elle a su l'encourager, elle lui a dit de se battre, d'essayer de vivre une vie meilleure. Elle l'a complètement transformée.
VAN PELT: Il nous n'a pas été possible de retrouver des membres de la famille de Jana. Vous savez où ils habitent?
MERE: Non, elle n'avait personne enfin que je sache. C'est une jeune femme qui vient de Pologne, ça ne faisait que quelques mois que Selby l'avait rencontré. Quelques rendez-vous et ils se sont mariés. Ça été le coup de foudre, ça été rapide.
CHO: Mme Vickers, je vous prie de m'excuser mais j'aimerai vous faire écoutez quelque chose, vous reconnaitrez peut être la voix. Vous êtes d'accord?
MERE: Oui.
REPONDEUR: J'en ai marre de ton petit jeu, d'accord? Tu rends mon fric maintenant sinon ça va mal aller.
MERE: J'ai jamais entendu cette voix, jamais de la vie. Mon fils aurait emprunter de l'argent à un usurier ou un truc comme ça?
CHO: C'est possible. Le coup de fil a été passé d'une cabine à Galatine.
MERE: Galatine, je sais que Jana vient de là bas. Je sais que c'est là que Selby l'a rencontré dans un café pendant une livraison.
VAN PELT: Que savez-vous de la vie de Jana avant qu'elle épouse Selby? Vous n'avez pas le nom des gens avec qui elle travaillait?
MERE: Non, tout ce que selby m'a expliqué, c'est qu'elle avait eu une vie difficile. Oui, enfin, sans rentrer dans les détails, sans doute de crainte que je porte un quelconque jugement.

LYCEE

 

Deux anciens lycéens discutent ensemble.


CORDOVA: Tu te souviens comment on t'appelait? Tu étais l'homme Grenouille. Grenouille, parce que tu jouais du cor d'harmonie. Entre nous, tu ressembles un peu à une grenouille, sans vouloir te vexer.
PHIL: Non, je me souviens très bien.
CORDOVA: Quand je pense, on a été dur avec toi. Je regrette vraiment de t'avoir blessé. Je suis sincère. Mais, bon, on était des gamins, on était des gamins.
PHIL: Oublie, oublie. Moi, j'ai oublié.
AMI: Tu te souviens quand on mis l'oiseau mort dans son casier!
PHIL: Vous m'avez bien eu cette fois là.
CORDOVA: On t'appelle encore comme ça, l'homme Grenouille?
PHIL: Non, aujourd'hui, tout le monde m'appelle Phil. À part mon fils qui lui m'appelle papa.
CORDOVA: Quoi, tu as un fils? Il a un fils, vive l'homme Grenouille! Trop fort génial.
AMI: J'aurais jamais cru ça de toi.
CORDOVA: Tu lui fais joué du cor d'harmonie? Parce que si c'est le cas, appelles le, le têtard ou petit homme Grenouille ou Kermit.
AMI: Kermit, c'est cool.
PHIL; J'ai été très content de vous revoir

CORDOVA: Oh, il s'en va. Si ton fils as besoin d'une petite en forme, envoie-le dans un camp sportif Cordova?

Phil s'approche du bar et voit Jane.

 

PHIL: Vodka tonic, s'il vous plait.

JANE: La meilleure, c'est pour moi.
PHIL: Merci. Je crois savoir que vous faites parti du CBI.
JANE: Oui.
PHIL: J'ai appris ce qui est arrivé à Selby, c'est vraiment affreux.
JANE: Ça n'a pas entamer l'ambiance de la fête. Ce cher Cordova semble s'amuser comme un petit fou.
PHIL: Ouais. L'homme Grenouille. Si on pouvait remonter le temps, je le massacrerais dès la première fois où il m'a appelé comme ça.
JANE: C'est pas possible Phil.
PHIL: Je le sais.
JANE: Mais vous pourriez aller lui parler et lui dire ce que vous ressentez.
PHIL: Il me rirait au nez certainement.
JANE: Certainement. Mais au moins, vous auriez fait un effort. Et puis c'est quoi ces retrouvailles a des copains de promo d'il y a 15 ans? À quoi ça sert de se revoir?
PHIL: J'en sais rien.
JANE: Je comprends. Toutes ces longues nuits, sans trouver le sommeil, à vous demander si oui ou non vous auriez du l'affronter. C'est dur.
PHIL: Vous savez quoi? Vous avez raison.
JANE: Vas-y, Phil.

Phil s'approche de Cordova.

 

PHIL: Hey, Cordova.
CORDOVA: Quoi, la Grenouille ?

Phil donne une droite à Cordova et ça devient une bagarre générale dans toute la salle.

 

JANE: Phil! Phil! Phil!

BUREAU DU CBI

 

Jane entre dans le bureau de Lisbon.

 

JANE: Une mine d'or de coiffure rétro cet album
LISBON: Une bagarre! Vous faites éclatez une bagarre! Non mais oh!

JANE: Je m'attendais à une explication avec un peu plus de retenue mais je crois qu'il avait tous besoin d'en venir au main.
LISBON: Et quelles informations avez-vous glané? Je suppose que vous avez testé un semblant d'hypothèse?
JANE: Willa Brock participait à huit activités péri-scolaires différentes et elle était pas mal du tout en pantalon pattes d'eph.
LISBON: Jane, plusieurs personnes ont été hospitalisés.

JANE: Oui mais ça a soigné les âmes. Ça été un exutoire cette bagarre, en fait. C'était comme l'expression thérapeutique d'une...
(Cho frappe à la porte du bureau)
JANE: Je t'en prie.
CHO: On a une piste. Dans le dossier d'immigration concernant Jana, on a une adresse à Galatine comme point de chute. La maison d'un certain Terence Badali. Il n'y pas de vrai casier mais on a retrouvé des injonctions à distances de plusieurs femmes qui remonte années 90. C'est peut être l'amour an colère.
LISBON: Allez à Galatine, emmené Van Pelt.
CHO: D'accord.
LISBON: Vous, prenez une brosse à dents et allez au diable.
JANE: C'est où ça? J'y vais.

Jane rejoint le reste de l'équipe.

 

RIGSBY: Qu'est-ce qu'il te fait rire?
JANE: "Quand je veux de la culture, je ouvre un yaourt et je le laisse à l'air toute la nuit." Une citation de Cordova dans l'album annuel.
RIGSBY: Quand tu aura fini de t'amuser, j'ai des renseignements sur Derek Logan. Ils sont là. La vie de ce gamin n'a pas été en s'améliorant. Derek Michael Logan a quitté Rancho Rosa juste après l'incident avec Selby. Il a suivi sa famille en Virginie. Il est devenu accro à l'héroïne. Il a fait plusieurs cure de désintox mais il est mort d'une overdose le jour de ces 23 ans. Le secrétariat de l'école m'a fait parvenir une vieille photo d'étudiant, il l'a conservé dans leurs archives.
JANE: On dirait toi.
RIGSBY: Ça, c'est la photo humiliante que Selby avait placardée dans l'école. Comment on peut se remettre de ça?
JANE: Lui, en tout cas, ne s'en ait pas remis. Comme s'est triste. J'étais persuadé que Derek Logan
était le tueur.

USINE

 

Cho et Van Pelt vont interroger l'ex de Jana.


TERENCE: (au téléphone)Tu vas arrêter de te foutre de moi, oui! Si tu vas pas comprendre, on arrête là. Je t'ai passé une commande de planches de hêtre, pas de planches tordues en hêtre.
CHO: Bonjour. Terence Badali ? CBI. On vient vous parler de Jana Vickers.
TERENCE: (au téléphone)Je te rappelle. Qu'est-ce qu'il se passe?
CHO: Vous avez laissé un message sur son répondeur, récemment?
TERENCE: Qui vous dit que c'est moi?
VAN PELT: Si vous étiez innocent, vous auriez dit "Ce n'est pas moi."
TERENCE: Je l'ai appelée. Et après!
VAN PELT: Vous l'avez appelée, menacée et elle et son mari ont été retrouvés assassinés alors...
(Terence commence à s'enfuir, Van Pelt essaye de le rattraper mais il lui bloque le passage avec des matériaux mais ce sera Cho le neutralise)
CHO: Vous êtes en état d'arrestation!

BUREAU DU CBI

 

Cho interroge Terence en salle d'interrogatoire.

TERENCE: J'ai paniqué. Dès que vous m'avez dit qu'ils étaient morts, j'ai u que je serais accusé. Mon cerveau m'a ordonné de m'enfuir.
CHO: Votre cerveau est un imbécile. Où étiez-vous hier soir?
TERENCE: J'ai regardé la match de base-ball.
CHO: Vous pouvez le prouver?
TERENCE: Notre Dame s'est ridiculisé. Je vis seul depuis que cette pute
de Polonaise m'a quitté.
CHO: vous avez eu des relations sexuelles avec cette femme?
TERENCE: C'était ma fiancée. Je l'avais rencontré par internet. On vous fait payé un max mais on peut choisir d'après une vidéo. Ensuite, ils la font rentrer dans le pays et vous épouse.

CHO: Génial comme plan!
TERENCE: En tout cas, je peux vous dire que les filles de l'est, elles savent s'occuper d'un homme.
CHO: Bon. Et après?
TERENCE: Elle a rencontré Vickers et elle m'a quitté. Elle est venue me voir en disant qu'elle avait rencontré un mec et qu'ils étaient amoureux...
CHO: Ça vous a mis en colère?
TERENCE: Un peu ouais.
CHO: Et vous avez jurer de les tuer si vous remboursiez pas.
TERENCE: Non, non.
Je voulais la dénoncer à l'immigration parce qu'elle avait menti sur pleins de trucs. Elle est rentré dans le pays sous un faux prétexte.

CHO: Combien exigiez vous?
TERENCE: je voulais seulement être remboursé. Du prix que j'ai payé pour la faire venir. J'ai gardé toute mes factures, ça a couté 25 000 $, plus 5 000 pour le dommage affectif.
CHO: Qu'est-ce qu'elle a répondu ?
TERENCE: Qu'elle me payerait. Elle nie qu'elle me devait du fric.
CHO: Ils avaient pas un rond. Où est-ce qu'ils auraient pu trouvé le fric?
TERENCE: Jana disait que Selby allait demander à un vieux copain.

Van Pelt informe Lisbon des nouveautés de l'enquête.

 

VAN PELT: Ils avaient promis l'argent à Badali pour lundi en liquide.

LISBON: On peut comprendre l'intérêt de Selby pour ces copains de promo.
VAN PELT: C'était pour protéger sa femme. C'est romantique, c'est meme noble.
LISBON: C'est peut être un mobile. Il a dû demander l'argent à quelqu'un qui n'a pas apprécié qu'il lui en demande.
(Les deux femmes rejoignent Rigsby)

RIGSBY: Oui, bon travail Grace.
LISBON: J'aurais besoin de la liste de tous les invités avec leur heure d'arrivée.
RIGSBY: Voilà.
LISBON: Merci.
RIGSBY: Alors ça bouge pour vous il paraît?
VAN PELT: Un peu, oui.
RIGSBY: C'est cool.
LISBON: Vous m'indiquez que Gabe Nyland est arrivé par avion la veille du meurtre? Vous êtes sur de ça?
RIGSBY: Oui, il y a une piste d'atterrissage à Stratton, la ville privée. Je me suis renseigné, il est venu en jet privé.
LISBON: Méfiez vous des candidats au poste d'adjoint du gouverneur, l'un d'entre eux est un menteur.

HOTEL

 

Lisbon et Jane frappe à la porte de la chambre de Gabe, il ouvre.

GABE: Oui?

LISBON: Agent Lisbon et Patrick Jane. Nous avons quelques questions à vous poser, monsieur.
GABE: Bonjour, je vous écoute.
LISBON: Hier soir, à la réception, vous disiez que vous veniez d'arriver mais nous savons que vous êtes arrivé en avion la veille des meurtres. Vous pourriez nous expliquer cette incohérence?
GABE: Entrez. Je suis arrivé un jour avant pour un dîner de gala privé. J'ai dit que je venais d'arriver parce que je ne voulais pas qu'on pense que je faisais campagne pour le weekend des retrouvailles.
JANE: Jolie votre chambre. C'est celle qu'on appelle la suite présidentielle ?
GABE: Quelque chose comme ça.
JANE: La chambre est agréable? Et comment est le matelas?
GABE: Il est correct.
JANE: Je peux le voir ?
GABE: Mais non. Pour quoi faire?
JANE: Pourquoi pas?
GABE: Parce que j'ai le droit à une vie privée.
(Jane court précipitamment faire la chambre et découvre la fille qui présentait la soirée d'hier)
FILLE: Rebonjour.

GABE: Ce n'est absolument pas une relation inapproprié.
LISBON: Vous parlez de relation inappropriée seulement la loi est très claire, c'est un détournement de mineur.
GABE: Elle a frappé à ma porte, elle avait une idée à me soumettre sur le vote des jeunes. Comment les toucher par ma campagne? Je ne crois pas que ce soit mon rôle de décourager les jeunes qui veulent s'investir.
LISBON: Non. Votre rôle, c'est de les planquer dans la chambre.
GABE: J'étais obligé. Les médias me suivent partout où je vais maintenant. Si j'ouvre la porte, je tombe sur une armée de photographe, on se retrouve elle et moi sur internet et boum deux vies gâchées.
JANE: Vous êtes doué dans ce registre. Vendre une idée avec passion, même si au final, ce n'est que du vent. Ce qui explique que vous soyez un procureur brillant.
GABE: C'est la vérité.
JANE: Ça devrait être facile à confirmer. Lisbon, pourriez vous demander aux services sociaux d'emmener Tess au poste?
GABE: Non, je vous en prie. Je suis le seul responsable, elle n'a rien demandé.
JANE: Vous tenez beaucoup à elle. Vous tenez véritablement à elle. Elle est charmante, c'est certain, et diplomate. Diplomate et évasive, comme un politicien. Comme son père. Ça et vous avez également la même dentition devant. Ce sont vos vraies dents, non?
LISBON: C'est votre fille?
GABE: Sa mère avait un an de moins que moi. Tess est née quelques semaines avant que j'ai mon diplôme. Nos familles ont préférés passer ça sous silence mais j'ai toujours été là pour Tess. Je viens la voir dès que je peux, discrètement bien sûr.
LISBON: Vous croisiez Selby quand vous veniez?
GABE: L'an dernier, je l'ai rencontré à une station service une fois, on s'est dit bonjour et on est reparti chacun de son coté.

GABE: Peut être que Selby avait découvert pour Tess, qui menaçait d'en parler.
GABE: Pas Selby Vickers. Il n'aurait pas fait de mal à une mouche. Un gars super gentil, toujours correct avec tout le monde.
JANE: qu'est-ce que vous vous êtes dit à la station services?
GABE: Des banalités. Je lui expliquais que je me pressentais aux élections. Il a proposé d'imprimer mes tracts gratuitement.

JANE: Il se comportait pareil au lycée?
GABE: Oui, toujours. Toujours prêt à aider les potes à faire leurs devoirs, il partageait son repas. Ce qu'il voulait, c'était être aimé. Même le plan avec Logan, c'était encore pour être plus apprécié.
J'ai répondu à toutes vos questions. Je peux avoir la paix?
LISBON: Jane!

JANE: Quoi?
LISBON: On y va.
JANE: Désolé. Ravi de vous avoir rencontré. Votre politique est un mélange de cupidités cyniques mais votre fille est charmante.

LYCEE

 

Jane se joint au pique-nique organisé dans les jardins du lycée.

 

CONTADOR: Encore lui.
WILLA: C'est rien, laisses j'y vais
(Elle se rapproche de Jane)

WILLA: Monsieur Jane, bonjour.
JANE: Willa, c'est ça ? La vedette de la télévision régionale.
WILLA: Exact. Il y a quelque chose que je puisse faire pour vous?
JANE: Je viens pour le grand match. Le football, c'est fascinant!
WILLA: Et votre enquête a-t-elle avancée?
JANE: Mes collègues explorent différentes pistes, rien de concret pour l'instant.
WILLA: M. Jane, c'est un week-end de fêtes et de retrouvailles. Votre présence mettent certaines personnes mal à l'aise, vous comprendrez.
JANE: Je devrais m'en aller? Je devrais laisser la mort de Selby et Jana non élucidés, parce que votre bien être passe avant tout? C'est ce que vous dites ?
WILLA: Non. Non.
JANE: Vous dites quoi alors?
WILLA: Rien, oubliez ça.
JANE: Willa, j'ai une petite question.
WILLA: Oui.

JANE: Ils sont bons les hamburgers ?
WILLA: Les hamburgers sont délicieux. Délicieux.

Jane va se servir un hamburger et se joint à la table d'une personne.

JANE: Monsieur l'adjoint du proviseur Desouza, je peux m'asseoir?
ADJOINT: Eh ben vous alors, qu'est-ce que vous avez grandi! Asseyez-vous. Qu'est-ce que vous faites de beau aujourd'hui?

JANE: Je suis très flatté; je ne suis pas un ancien de ce lycée, non en fait ni d'aucun lycée d'ailleurs. Je suis du CBI.
ADJOINT: Je vous en prie. Asseyez vous. Ces rassemblements sont insupportables. Qu'est-ce que je donnerais pour être chez moi sur mon divan avec un bon verre de vin et un bon bouquin!
JANE: Je suppose que vous êtes au courant pour Selby Vickers et sa femme?
ADJOINT: Oui. C'est une vraie tragédie. Selby était un garçon vraiment gentil, jusqu'à cet unique incident avec Derek Logan.

Jane et l'adjoint vont se balader dans le gymnase.


ADJOINT: Logan lui était vraiment une drôle d'énergumène. Il portait une veste trouée, toujours la même, été comme hiver, il avançait en rasant les murs. Il était barré.
JANE: Barré? Ça, ce n'est pas toléré au lycée.
ADJOINT: En tous les cas, pas depuis 30 ans que je fais ce métier.
(Les deux hommes entrent dans les vestiaires des filles)
ADJOINT: Voilà, c'est exactement là que ça s'est passé. Les parents l'ont envoyé chez le psy juste après mais ça n'a pas aidé. Un mois plus tard, ils ont retiré du lycée et je n'ai plus entendu parlé de lui.
JANE: Est-ce que Selby a tenté d'expliquer son acte?
ADJOINT: Je l'ai interrogé mais il a eu ce geste et cette réponse typique d'adolescent "Je sais pas".
JANE: Qui a dénoncé Selby? Derek avait bien les yeux bandés?
ADJOINT: Oui. Mais il a nettement entendu la voix de ses agresseurs, il a cru reconnaître celle de Selby. Je l'ai sitôt convoqué, il a immédiatement avoué en jeune homme honnête, brave et généreux qu'il était. C'est très étrange.

BUREAU DU CBI

 

Rigsby parle avec Jane.

 

RIGSBY: Donc tu me demandes de mémoriser tout ce qu'on a sur les 67 étudiants qui se sont pointés à cette fête?
JANE: Exactement.
RIGSBY: Et comment j'y arriverais!
JANE: C'est facile, tu bâtis un mémorial virtuel

RIGSBY: Ça, c'est ton truc pour jouer au poker.
JANE: Pas uniquement. C'est multi-usage et c'est parfait pour emmagasiné une tonne d'informations. La seule chose dont on a besoin, c'est de mémoriser un endroit familier, tu le fractionnes en petit morceau que tu places dans ton esprit et tu relies chacun d'eux à un petit tronçon d'informations. Comme ceci. Je me présente à la porte, et je me vois accueilli par la coordinatrice Willa Brock, ancienne chef de classe, capitaine de la ligue des débats étudiants dont trois fois championne du comté, aujourd'hui animatrice d'une émission à Chicago. Je m'assieds à la table et je me retrouve avec Dana Greer, grande nageuse, devenue agent immobilier à Los Angeles, mariée à un gentleman prénommé Arthur. Et ainsi de suite.
RIGSBY: D'accord.
JANE: Quand tu veux te souvenir des détails, tu fermes les yeux et mentalement, tu te promènes dans ton mémorial virtuel.
RIGSBY: Oui mais je peux pas enregistrer tout ça en quelques heures à peine.
JANE: Ça viendra très vite, tu vas voir, une fois que c'est parti et ils porteront des badges.
RIGSBY: Mais pourquoi je mémoriserais tout ça?
JANE: C'est marrant.
RIGSBY: Encore un de tes plans foireux dont Lisbon n'est pas au courant. Je marche pas dans ton truc.
JANE: Désolé, tu va devoir le faire.
RIGSBY: Ah non, je crois pas.
JANE: Si tu refuses de coopérer, je serais obliger de tout dire à Lisbon pour toi et Van Pelt.
RIGSBY: Lui dire quoi? Il n'y a rien à dire.
JANE: Vraiment?
RIGSBY: Ouais, je vois pas de quoi tu parles.
JANE: Dans le règlement du CBI, c'est strictement interdit toi et Grace Van Pelt entretenez une relation tout à fait illégale.
RIGSBY: Non.
JANE: Tu deviens ridicule.
RIGSBY: Ne lui dis pas, elle fera un rapport à la hiérarchie
JANE: Pour ça, tu peux compter sur elle.
RIGSBY: L'un de nous serait viré du service.
JANE: Alors au boulot.

LYCEE

 

Lisbon et Jane participent à la soirée organisé par le lycée.

 

JANE: Je pense que l'école s'en plaindrait si on commençait par ça tous les matins plutot que par le serment d'allégeance. À moins qu'on trouve un truc pour combiner les deux, ça donnerait, je sais pas, la "danse d'allégeance".
LISBON: On prend un très gros risque là. Il faudrait mieux que ça marche.
JANE: Les timbales.
LISBON: Non.

JANE: Je sèche complètement sur ce coup là. Je sais plus, je doute.

LISBON: Si votre pouvait se mettre en route avant que tout le monde s'en aille.

JANE: Patience. La fête va bientôt commencer.

Rigsby arrive au lycée avec une belle voiture de course. Il se fait passé pour Derek Logan.

RIGSBY: Comment ça va? La machine à café...

(Il rencontre un ancien camarade du lycée)

RIGSBY: Stu McAlpine? Dis donc comment va mon meilleur président du club photo du lycée?
STU: Et toi, comment ça va?
RIGSBY: J'ai pas à me plaindre, la vie est pas mal.
STU: Je me souviens plus de ton prénom.
RIGSBY: C'est... Derek Logan. C'est bon d'être de retour.

Rigsby entre dans la salle principale. Il passe devant Lisbon et Jane.

 

JANE: Oh oui, on va bien rigoler. Je vous le garantis

Rigsby va saluer Willa et Gabe.

 

RIGSBY: Très content de te revoir.
WILLA: Derek Logan! C'est dingue, ça! J'en reviens pas!
GABE: Oui, il a beaucoup changé.

RIGSBY: Eh ouais, qui aurait cru que la championne des débats qui a mis a genou 4 lycées en finale se retrouvait un jour sans voix à cause de moi?

WILLA: Non, non. C'est que tu as tellement changé!
RIGSBY: Soyons honnête, c'est le fruit de 15 ans d'exercice physique dans un grand club sportif, plus une petite retouche à ce niveau là. Dans mon boulot, si t'es beau, t'es cuit.
CONTADOR: Ça, faut le voir pour le croire! Logan!
RIGSBY: Le frigo.
CONTADOR: Quoi ?
RIGSBY: Rancho Rosa contre Stratton. Le ballon est à nous, il reste deux secondes à jouer, remise de ballon de Sims et bam! Il s'envole, il court et touchdown. Les Toros ont gagné!
CONTADOR: Ouais, c'est presque mais c'était contre Deerfield. Et c'était une passe, pas une remise de ballon mais t'étais pas loin. Merde! C'est Derek Logan !
RIGSBY: Allez, je vais faire un tour et dire bonjour mais j'étais super content de vous revoir!

Rigsby s'approche de Jane près du punch.

 

JANE: Ouah, quel naturel!
RIGSBY: J'y arriverais pas.
JANE: Mais si. Prêt pour la phase 2?
RIGSBY: Non.

JANE: Ok, si tu refuses de coopérer, je serais obligé de tout dire à Lisbon.
RIGSBY: T'es le pire des salaud!

Willa prend le micro et se prépare pour faire un discours sur la petite scène.

 

WILLA: Bonsoir, les Toros! Voici le moment que vous attendez tous impatiemment, la remise des récompenses! Ils ont tous été élus par vous au cours de notre quinzième soirée des anciens de Rancho Rosa.
JANE: Je te dis merde.
RIGSBY: Ouais.
WILLA: Le premier trophée "J'en reviens pas qu'ils soient encore ensemble ces deux là" revient cette année à...
(Rigsby monte sur la scène)

RIGSBY: Dave Mercer et Angie Diaz Mercer. Sans surprise, pas vrai les gars?
WILLA: Qu'est-ce que tu fais?
RIGSBY: Je vais laisser Willa terminer et j'aimerais vous dire quelques mots ensuite.
WILLA: Si tu fais vite, c'est ok.
RIGSBY: D'accord.
WILLA: Petit changement de programme. Dans un instant, la remise des trophées mais d'abord, voici Derek Logan!
RIGSBY: Je suis sur que la plupart d'entre vous se demande encore mais pourquoi? Pourquoi est-il venu? Je suis ici ce soir, parce que je voulais savoir ce que j'éprouverais en revenant. Je ne suis plus le même qu'il y a 15 ans. En passant la porte ce soir, ça va fait du bien. Merci. Mais, dès que mon regard se pose sur vous, je me souviens de ce que j'ai ressentis la dernière fois que je suis venu ici. Je redeviens ce triste gamin abattu. Oui, vous pouvez être désolé pour moi, vous pouvez être désolé pour Selby, du style reposé en paix. Mais il y a un mois, Selby m'a appelé. Il me recherchait
depuis des mois à ce qu'il m'a dit. Il voulait s'excuser et il tenait aussi à me dire toute la vérité que personne n'a jamais su.

Un homme se disperse de la foule pour aller dehors, Lisbon le suit. Il voulait tout bonnement vomir.

RIGSBY: En fait, Selby était un suiveur, pas un meneur. Et s'il a commis cet acte odieux, c'est parce que quelque d'autre était là, une personne qui lui a demandé de s'en prendre à moi. Oui, parfaitement.

Phil s'éclipse du groupe, Van Pelt va jeter un œil. Il répond seulement à un appel.

 

PHIL: Oui, qu'est-ce qu'il se passe? C'est pas grave, tu n'as qu'à lui donner de l'aspirine. Ça va passer.

RIGSBY: Et maintenant je sais qui c'était. Voilà, la vraie raison de ma présence ici. Je suis revenu pour lui faire payer. Oui, cette personne a bousillé ma vie, ce jour là et je me suis battu pendant 15 ans pour essayer de m'en remettre. Mais maintenant c'est fait, oh oui et je reviens pour prendre ma revanche, pour me venger. La vengeance est une saloperie comme dans ce film avec, comment elle s'appelle, Mel Gibson, quand son gamin est enlevé. Je me souviens à moins que ce soit dans un autre film. Enfin bref, c'est moi. Bonne soirée à tous et allez les Toros!

CHAMBRE D'HOTEL DE WILLA

 

Willa s'est éclipsée de la soirée et prépare subitement ses affaires dans une valise. Jane et Lisbon entrent dans la chambre.

 

WILLA: Mais qu'est-ce que vous faites?
JANE: La femme de chambre nous a laissé ça. Donnez lui quand même un pourboire, elle le mérite.
LISBON: Pas évident de quitter une soirée que vous avez mis tant d'énergie à organiser.
WILLA: Le discours était vraiment pas intéressant et je dois partir pour Chicago. J'ai deux émissions Lundi que j'ai pas encore pris le temps de préparer.
JANE: J'ai une bonne idée émission pour vous "Les farces humiliantes et les scènes qui en sont à l'origine." Vous seriez votre propre invitée.
WILLA: Ce que vous dites n'a aucun fondement! Je regrette. Je ne souhaitais pas écouter Derek s'étendre sur cette vieille histoire.
LISBON: Votre émission aura bientôt une diffusion nationale?
WILLA: Et alors?
LISBON: Si Selby avait contacter les médias pour leur dire qu'autrefois vous avez brutalisé un jeune lycéen un peu faible, adieu la chance de votre vie. Donc vous lui avez fixé un rendez-vous
pour lui remettre l'argent. Jana l'a accompagné, c'était pas prévu alors, vous les avez tués tous les deux.
WILLA: attendez, je n'avais ni à payer Selby ni à le tuer. Il n'avait pas la moindre preuve de ma présence avec lui dans le vestiaire. Les médias l'auraient ignoré et il serait passé pour un malade.
JANE: "Je sens en moi d'immortelles désirs."Ça vous rappelle quoi?
WILLA: C'est de Shakespeare. C'était la citation que j'ai mise sous ma photo dans l'album du lycée, je crois.
JANE: Elle était bien choisie. Les années de lycée ont été merveilleuse pour vous?
WILLA: Oui, on peut le dire.
JANE: Star, chef de classe, championne des débats. Vous étiez au sommet de l'échelle sociale. Willa Brock était la reine du lycée. Votre monde était parfait.
WILLA: Oui.

JANE: Oui. Mais un évènement s'est produit qui a ébranlé ce monde parfait, Derek Logan vous a vexé, je ne sais comment. Et hors de question de laisser passer ça. Alors vous usé de votre charme et obtenu de Selby qu'il fasse vos quatre volontés sachant que il ne pourrait pas refuser d'aider la star du lycée, une fille dont il a toujours été un peu amoureux. Et là, vous avez détruit Derek Logan, à la grande joie de vos camarades. Et vous y avez pris plaisir parce que ça vous a semblé tellement facile, émancipateur, ça vous a donné une sensation de pouvoir, c'était passionnant, n'est-ce pas?
Le succès que vous aviez au lycée de Rancho Rosa c'était ça, le véritable réussite de Willa Brock.
(Jane regarde une photo)
JANE: Vous avez bien vieilli. Apparemment Selby avait pris plus d'une photo ce jour-là dans le vestiaire. (à Lisbon) Regardez ça. Regardez. C'était ses preuves. Mais vous ne vouliez pas payer, prendre le risque de subir un nouveau chantage. Alors, vous avez tué Selby et sa femme Jana.
Willa Brock ou comment être victime de sa propre vanité.
WILLA: Derek Logan avait raconté à tout le monde que je l'avais laissé me toucher. Comme si c'était possible. J'ai été profondément humiliée.
LISBON: Alors, vous avez détruit sa vie et Selby et Jana Vickers devaient aussi mourir.
WILLA: Selby est tombé fou amoureux de cette Polonaise et du jour au lendemain il a pris confiance en lui. Il aurait mieux valu qu'il reste comme il était, seul, triste et minable.

Ils embarquent Willa au poste.

LISBON: On a eu chaud. Si elle avait détruit les négatifs que Selby lui avez remis, on avait plus de preuve et tout tombait à l'eau.
JANE: C'était son trophée. Ça lui rappelait que la grande Willa Brock peut écraser tout ceux qui se mettent à travers de son chemin, comme il y a 15 ans.
LISBON: L'être humain vieillit et ne change pas. C'est bon, j'ai compris.
JANE: Non, l'instinct ne change jamais.

LYCEE

 

Phil remercie Jane et Lisbon.

 

PHIL: Selby et Derek nous vous sommes très reconnaissant. Si vous voulez aux prochaines retrouvailles dans 5 ans, vous serez les bienvenus.

LISBON: J'espère que ce ne sera pas nécessaire.
JANE: Rendez-vous sur les tatamis.

LISBON: Ce que j'aimerais savoir, c'est comment vous avez réussi à convaincre Rigsby de jouer ce rôle?
JANE: Je lui ai dit que vous lui donniez son lundi exceptionnellement.
LISBON: Il n'en est pas question.
JANE: Là, vous ne mettez dans une sale position. Je me suis engagé, il ne me prendra plus jamais au sérieux.

LISBON: J'adorais cette chanson.
JANE: Vous aimez cette chanson?
LISBON: J'adorais cette chanson.
JANE: Vous aimez cette chanson et vous avez envie de danser.
LISBON: Avec vous? Non.
JANE: Lisbon! Imaginez que je suis ce mec méchant, glacial que vous vénériez comme un dieu, mais à qui vous n'avez osé parler.
LISBON: Attention, pas de blagues!

Jane et Lisbon commencent à danser.

 

JANE: La trompette?

LISBON: Non.

 

Fin de l'épisode.

 

CBI

 

Rigsby : (whispers) Hey, you.

Van Pelt : (whispers) Hi. (chuckles) (footsteps approach)

Van Pelt : (normal voice) Oh, hey.

Rigsby : (normal voice) Hey, thought you'd gone home.

Lisbon : I wish. We're up. There's a double homicide In Rancho Rosa. Local sheriff's in over his head.

Rigsby : I'm on it.

Van Pelt : Boss, you've been promising me more time in the field Now's as good a time as any.

Lisbon : You're right. Rigsby, be a cover in the office on this one. Let's go.

Van Pelt : You're okay with this, I hope?

Rigsby : Absolutely, yeah.

 

Wood

 

(sirens wailing)

(indistinct chatter over police radio)

(indistinct conversations)

Jane : What's going on?

Van Pelt : Looks like two bullets to the chest for each of them. Freshness of the wounds suggest it happened in the last few hours.

Lisbon : Selby and Jana Vickers, 33 and 31 years old, from here in Rancho Rosa. Sheriff I.D.'d them from their driver's licenses.

Jane : Who found the bodies?

Lisbon : Couple of teenagers. This place is a local lover's lane. Apparently, thieves know that, too. Sheriff thinks that it's a robbery gone sour.

Van Pelt : Little old to be necking, aren't they?

Jane : There's an age limit on that?

Van Pelt : Plus their clothes aren't, you know, disheveled.

Jane : Good point. Oh, there's a little white thing there, sticking out from Jana's dress. Could you ju-- yeah that's it.

Van Pelt : $800 dress.

Jane : Aha!

Lisbon : Is that a useful "aha" or an irritating "aha"?

Jane : The borrowed dress tells us they were going somewhere fancy and wanted to make an impression. Not usually something they'd go for, or they'd have a later model car. He needed a few pulls on the scotch just to take the edge off because he was nervous about who was gonna be there, which in a small town like this, likely means relatives or people from his past.

Van Pelt : Uh, wedding, maybe? Or birthday party?

Jane : No gift, which leaves...

Lisbon : No guessing games. Ay...

Jane : Uh, excuse me, sheriff? What's the name of the local high school?

High school

(music factory)

♪ everybody dance now ♪

(indistinct conversations)

Man : Stephanie?

♪ everybody dance now ♪

Oh, my God. You look fantastic.

Lisbon : I'm sorry. I'm not Stephanie. Whoa. Do that again, and I'll arrest you.

Man : Sorry, I had to. You've always been the one.
 

 Man : No way. (men laughing)

Lisbon : Don't.

Jane : I'm not the one.

(woman) Whoo!

(sighs)

(indistinct conversations)

Jane : High school. Best years of your life.

 

Girl : Welcome back to Rancho Rosa high. Go, Toros! I'm Tess-- one of your student ambassadors this weekend. Nametags and reunion books.

Lisbon : We're with the California Bureau of Investigation. We need to know if Jana and Selby Vickers were expected here tonight.

Girl : (whispers) um... (normal voice) Yeah, Selby Vickers and his wife Jana. They also replied "yes" to tomorrow's homecoming picnic and dance. Is everything okay?

Lisbon : We need to talk to somebody who would know them.

Girl : Um... Redheaded woman-- that's Willa Brock. She's the reunion committee chair.

Jane : You didn't really think we were young enough to be in this class when we walked in, did you?

Girl : Oh, everyone over the age of 21 looks the same to me.

Jane : Tactful and evasive-- You're gonna do very well in life, Tess. Go, Toros.

(giggles)

Willa : I'm stunned. I mean, it was surprising enough Selby was even coming. Now this?

Lisbon : Why the surprise?

Willa : Well, he wasn't at the fifth or the tenth.

Lisbon : Because...

Willa : because he was expelled and never graduated.

Cordova : Selby pulled this-- it was a really nasty prank. What was it, senior year?

Willa : Yeah.

Cordova : It was his one and only. Vice principal Desouza caught him, gave him the ol' boot.

Jane : What was the prank?

Willa : Uh, there was this, shall we say, socially challenged boy named Derek Logan.

Cordova : Selby dragged him into the girls' locker room, he blindfolded him with his own underwear, tied him up, naked, took his picture and then posted it all over the school. I mean, how sick is that, right?

Willa : It was disturbing.

Jane : Hmm. Uh, is there anything else you can tell us about him?

Cordova : I played football-- starting running back.People around here are still talking about the five touchdowns I scored against Stratton.

Lisbon : What does that have to do with Selby?

Cordova : I was popular. I was a jock. He was a nobody. I don't know what kind of person he was.

Lisbon : How about his current life?

Cordova : I got nada. I got out of this town as fast as I could. I live down in Newport Beach now.

Lisbon : Hmm. How about you, Willa? Have you heard anything about Selby?

Willa : Oh... (chuckles) I host a daytime talk show in Chicago that tapes two shows a day and is about to go national. I'm lucky if I hear anything about my own family.

Jane : Uh, Derek Logan--that kid that Selby pulled the prank on-- Could you point him out to us?

(man chuckles)

Gabe : Derek Logan? He's not here, is he? No way! (laughing)

Willa : Gabe, it's so good to see you again.

Gabe : You almost didn't. 5 hours I spent on the 101 driving here. (man) wow.

Willa : CBI Agent Teresa Lisbon, Patrick Jane, This is Gabe Nyland.

Jane : Hi.

Lisbon : D.A. for San Diego county. You've prosecuted a couple of cases for us.

Cordova : And now candidate for Lieutenant Governor of California. Give me the word, "g," I start twisting arms for you on election day, huh? (chuckles)

Willa : Um, Gabe, Selby Vickers and his wife were found murdered at the glen--shot in their car.

Gabe : My, God. I hadn't even heard that name in 15 years till tonight. Any idea who did this?

Lisbon : It's early in the investigation.

Jane : You just got here, right?

Gabe : Yes.

Jane : So how is it that you knew Derek Logan wasn't here?

Gabe : Well, Derek left the school and moved out of state after that prank Selby pulled. Word is he killed himself.

Cordova : Are you serious? I heard he was a blackjack dealer at a casino.

Lisbon : Uh, we'd like to talk to some classmates that still live in the area. Maybe they know something about Selby.

Willa : Well, there are only a few, but, uh, the student ambassadors can probably point you in the right direction.

Lisbon : Thank you for your time.

 

Selby’s apartment

Cho : Nothing jumps out on this, but I'm gonna have the tech guys give it a once-over.

Van Pelt : Mail's all big bills and small bank accounts.

Cho : They certainly weren't living the high life here.

Van Pelt : They didn't need to. This was home. They were happy.

(cell phone ringing)

Van Pelt : Agent Grace Van Pelt.

Rigsby : (phone) Hey. So I got you next of kin info on Selby. Uh, mother in Rancho Rosa. No luck on Jana, though.

Van Pelt : Thanks. Text me the address?

Rigsby : (phone) Will do. So I've never been to Rancho Rosa before. What's it like? (beep)

Van Pelt : Nothing special. A town.

Rigsby : (phone) Cool. What are you guys doing now?

Van Pelt : You know, investigating. (rewinding, beep)

Cho : Van Pelt, come here. Check this out.

Van Pelt : I gotta go.

Rigsby : (phone) Y-yeah. I'm--I'm busy... Too.

(hangs up receiver) (exhales deeply) (paper thuds)

Cho : This is from yesterday morning. (beep)

Answering machine : I'm done playing games here. You hear me? Either you get me my money, or I'm gonna be forced to take action. (click, beep)

Cho : So much for happiness.

 

High school

Lisbon : Mm. So you haven't seen Selby once in all these years? Supermarket, movie theater maybe?

Man : No. I mean, you know, if I did, I-I don't remember. (chuckles)

Jane : Hard to believe you, Stu.

Man : I'm sorry?

Jane : W--uh, really? Okay. Yeah? The hair plugs, the heels, this, uh, professional woman here posing as your girlfriend...

Girlfriend : Wait, wait. What did you just say? Whoa. (laughs) d-did he just call me... Did you-- I-I mean-- did he say to me that--

Jane : That's all we need for your time. (laughs) That's all the questions we have now, so...

Lisbon : Beg my pardon.

(Stu laughs) Yeah. All right.

Lisbon : That's all we have for now. Thank you.

Jane : I think you look lovely. Have a good evening.

Lisbon : Go, Toros. What's your problem?

(clicks tongue)

 

Jane : uh, it's just a room full of people lying to each other. Everyone here is trying so hard to show how much they've changed, when the mere effort screams that they haven't.

Lisbon : Or they actually do change-- with exceptions like Mr. Hair plugs, of course.

You got the rebel who took the bank job, the player that stays faithful to his wife...

Jane : The rebel took the bank job because she sees her rebellion is fruitless. The player stays faithful to his wife because the consequence of infidelity is much greater now. But their instincts-- their instincts never change.

Lisbon : I'm a far cry from what I was in high school.

Jane : Eh, I wouldn't be so sure. Driven to succeed to the point of developing an ulcer, no tolerance for superiors less sharp than yourself, shutting out girls that wanted to hang out with you, blowing off boys that want to get close-- All the while, at every turn, wondering, "what is it I really want?"

Lisbon : No.

Jane : And you played an instrument. my guess? Hmm. Clarinet.

Lisbon : Not even close. And we're done here. I'll get the guest list to Rigsby. I'll have him check everybody out.

Jane : Have him locate the whereabouts of Derek Logan.

Lisbon : You really think Logan laid in wait for 15 years and suddenly decided to take revenge on Selby?

Jane : Well, I think that Logan is as angry today as he was 15 years ago, maybe even angrier.

Lisbon : We'll check him out.

Jane : You know, I'm gonna stick around. I-I didn't go to high school. This is kind of fascinating for me.

Lisbon : You never went to high school?

Jane : No, I was busy.

Lisbon : You can stay. Just don't make me sorry I let you.

Jane : Bassoon.

 

Mrs. Vickers’s home

Cho : Mrs. Vickers, when was the last time you spoke to your son?

Mrs. Vickers : Um, this morning. Selby always checks in on me before he goes to work, to see how I'm doing. He's... (voice breaking) was sweet like that.

Cho : Were you aware of any problems he was having? Work? Personal life?

Mrs. Vickers : Um, no. Just the opposite. Uh, things were starting to get good for him. After he left high school, things didn't go right for him.

Van Pelt : About high school-- the prank he pulled--

Mrs. Vickers : (normal voice) I don't want to talk about that.

Van Pelt : Ma'am--

Mrs. Vickers : His whole life was spoiled by that--that incident. He lost a chance at college. He--he got stuck working in a little print shop. And then Jana came along, and-- And she was like a whole new world for him. She encouraged him, and she told him to--to strive for something better, And--and he became a whole new person.

Van Pelt : We haven't been able to track down any family for Jana. Do you know where we can find them?

Mrs. Vickers : She didn't have anybody-- Uh, nobody that I know of. She moved here from Poland, and Selby only met her a couple of months ago. A few dates and... (laughs) and they got married. It was all kind of a whirlwind.

Cho : Now, Mrs. Vickers, it's a bit unsettling, but I'd like you to listen to this message, see if you recognize the caller. Is that all right?

Mrs. Vickers : Yeah.

Answering machine : (beep) (man) I'm done playing games here. You hear me? Either you get me my money, or I'm gonna be forced to take action. (click, beep)

Mrs. Vickers : Well, I-I've never heard that voice in my life. Was my son involved with a loan shark or something?

Cho : Could be. We traced the phone call to a phone booth in Galatin.

Mrs. Vickers : That doesn't really tell us-- Galatin? Th-that's where Jana's from. Uh, s-Selby met her there at a coffee shop when he was on a delivery run.

Van Pelt : Can you tell us anything about Jana before she met Selby? Maybe names of friends, where she worked?

Mrs. Vickers : No, all that Selby told me was that things were tough for her. Yeah, he didn't share any details, probably 'cause he didn't want me making any judgments.

 

High school

Cordova : (laughs) You remember what we used to call you? You were the frogman. (man laughs) Frog--because you played the french horn... Yeah. Well, no-- d 'cause, you know, Y-you kinda sorta look like a frog, but no offense, but...

Phil : Yeah, no, I-I remember.

Cordova :Oh, man, we used to get on you. You know what? I'm sorry about that, sincerely, but, I mean what? We were kids, right? We were just kids.

Phil : Forget it, forget it. I have.

Friend : (laughs) Dude, that--that time we put the dead bird in his locker.

 

Cordova :Ohh, we did that. (laughs)

Phil : Yeah, yeah, you guys got me with that one.

Cordova :Does anybody still call you that--"the frogman"?

Phil : Well, pretty much everyone calls me "Phil," except my son who calls me "dad."

Cordova :You fathered a kid? He fathered a-- he-- Go, frogman! Come on. Nice!

Friend : Good job. Didn't think you had it in you.

Cordova : Wait. Does he play the french horn, too? (stifles laughter) Because if he does, you could call him frogboy... or... Kermit.

Friend : or kermie.

(clicks tongue)

Phil : Really good to, uh, see you guys again.

Cordova : Come on. Hey, if the kid of yours ever needs any shaping up, you send him to a Cordova Sports Camp, okay? (laughter)

Phil : Vodka tonic, please.

Jane : Uh, top shelf. It's on me.

Phil : Thank you. (sighs) Um... You're one of the, uh, one of the CBI people.

Jane : Yeah.

Phil : I heard about what happened to Selby. That's--that's awful.

Jane : Hmm. Well, it doesn't appear to have dampened the mood here. L.J. Cordova seems to be having a great time.

Phil : Yeah. Frogman. (sighs) If I could go back in time and beat the crap out of him the first time he called me that...

Jane : It's not possible, Phil.

Phil : Oh, I know.

Jane : But you could just talk to him quietly and tell him how you feel.

Phil : (scoffs) He'd probably just laugh at me.

Jane : Probably. But at least you would know that you made an effort, right? And this is a--what? It's a 15-year school reunion. What are these reunions for, anyway?

Phil : (laughs) I don't know.

Jane : I understand. All those nights you lay there not being able to sleep, thinking about whether or not you should've confronted him. It's tough.

Phil : You know what? (clicks tongue) You're right.

Jane : You go, Phil.

Phil : Hey, L.J.

Cordova : What up, frog? (smack) What's your problem, man? (thud) (indistinct conversations) (thud) No, come on. Get off me! Come on. What are you--

Jane : Phil.

(grunting)

(glass shatters)

(man grunting)

(punches landing)

Man : Come here! Come here! Get off! (glass shatters)

(thudding)

(groans)

 

CBI

Jane : You know, this thing is a golden treasury of mullets.

Lisbon : A brawl? You started a brawl? Come on.

Jane : Well, I was, uh, I was going for something a little more contained, but I guess people just wanted to explore the physical.

Lisbon : And what information did you glean? I assume you were testing some theory or other?

Jane : Wow, Willa Brock was involved in eight different school activities, and she looked pretty good in cargo pants, which is hard to do.

Lisbon : There are people in the hospital.

Jane : Yes, but souls were healed. This was a cathartic brawl. It was--it was a therapeutic expression of--

Lisbon : (to Cho) Please.

Cho : Got a lead. Jana's I.N.S. entry records list a Galatin address as her destination-- The property and residence of a Terence Badali. No real sheet, but he had a couple restraining orders from women back in the '90s. He could be our angry caller.

Lisbon : Go to Galatin. Take Van Pelt with you.

Cho : Okay.

Lisbon : You--go to hell. Take a toothbrush.

Jane : Which way is that? I'll go.

(Patrick chuckles)

Rigsby : What's so funny?

Jane : "if I want culture, I'll leave my yogurt out overnight." L.J. Cordova's yearbook photo quote.

Rigsby : Well, when you're done entertaining yourself, I got your Derek Logan update right here. Kid's life never turned the corner. Derek Michael Logan left Rancho Rosa a couple weeks after the Selby incident. Family moved to Virginia. He became a heroin addict. Couple years in and out of rehab. He died of an overdose on his 23rd birthday. School office has sent over his old student I.D. from their archives.

Jane : Mm-hmm. You know he kind of looks like you.

Rigsby : Mm. And, uh, this is the photo of the incident that, uh, Selby plastered around the school. How does any kid recover from that?

Jane : Well, in this case, they don't. Mm. How sad. Mm. And I was betting on Derek Logan as our killer.

 

Factory

Terence : Will you quit yanking me around? Okay, if you can't get it right, we're through. Now the order was for 5/16th Beech Wood, not for 5/16th warped Beech Wood.

Cho : Hey, Terence Badali? CBI. Need to talk to you about Jana Vickers.

Terence : (phone) I'll call you back. What about her?

Cho : You left a threatening message on her answering machine recently.

Terence : Well, how do you know it was me?

Van Pelt : Because an innocent person would say, "I didn't do it."

Terence : So what? I called her. Big deal.

Van Pelt : You called her and threatened her. Now she and her husband have been found killed, and so—

(thud)

(clattering)

(grunts)

(thud)

 

Cho : You're under arrest.

CBI

Terence : I panicked. As soon as you told me they were dead, I knew you were gonna blame me, and my brain said, "just run."

Cho : Your brain's a fool. Where were you last night?

Terence : I was watching college ball.

Cho : Can you prove that?

Terence : Notre Dame sucked. I live alone... Since that polish bitch left me.

Cho : She and you had a sexual relationship?

Terence : Well, she was my fiancée. I met her through this internet service. Uh, y-you pay a whole bunch of money, but you get to choose from these videos, and then they bring her over to the country, and she marries you.

Cho : That's a good deal.

Terence : Oh, I tell you, man, these eastern European types-- they know how to take care of their men. (laughs)

Cho : Right. What happened?

Terence : Well, she left me for this Vickers guy. She comes to me one day, says she met this guy at work, they fell in love...

Cho : Must've made you angry.

Terence : Yeah, you bet it did.

Cho : So you threaten to kill them unless they pay you off.

Terence : No, no, no. I threatened to turn her in to the I.N.S., because she had lied about all these things on her form. She was in this country under false pretenses.

Cho : How much were you asking for?

Terence : Well, I just wanted my money back-- The money I put up to get her over here. I saved all my receipts. It was 25 grand. Well, and 5 grand for emotional suffering.

Cho : And what was her response?

Terence : She said they'd pay it. She admitted she owed me the money.

Cho : They were broke. Any idea where they were gonna get the money?

Terence : Jana said that Selby was gonna get it from an old friend.

 

Van Pelt : They guaranteed Badali they'd have it for him Monday, in cash.

Lisbon : At least we know Selby's sudden interest in the reunion.

Van Pelt : He was protecting his wife. It's kind of romantic. Noble, even.

Lisbon : Ugh. Motive, even. He must have asked somebody for money who really didn't like him asking.

 

Rigsby : Yeah, nice work, Grace.

Lisbon : I need to see that list of all the reunion attendees' arrival times.

Rigsby : Oh, yeah. Here you go.

Lisbon : Thanks.

Rigsby : So, uh, you and Cho saw some action, huh?

Van Pelt : Little bit, yeah.

Rigsby : That's cool.

Lisbon : You have Gabe Nyland arriving by plane the day before the murder. Are you sure that's right?

Rigsby : Yeah, there's an airfield in Stratton, the next town over. I checked the arrival logs. He flew in by private jet.

Lisbon : Be careful who you vote for Lieutenant Governor. One of the candidates lies.

 

Hotel

(knock on door)

Gabe : Yes?

Lisbon : It's Agent Lisbon and Patrick Jane. We just have a few follow-up questions for you.

Gabe : Hi. How can I help?

Lisbon : Last night at the reception, you said you'd just gotten in, but we know you flew in the day before the murders. Can you explain the discrepancy for us?

Gabe : Come on in. I came a day early for a private fund-raising dinner. I said I'd just arrived, because I didn't want my classmates thinking I'm up here shilling during reunion weekend.

Jane : This is a nice room. Is it the, uh, presidential suite?

Gabe : Something like that.

Jane : Is the bedroom nice? How's the mattress?

Gabe : Uh, it's adequate.

Jane : Can I see it?

Gabe : Well, no. Why would you want to?

Jane : Why not?

Gabe : Because I'm entitled to my privacy.

 

Girl : Hello again.

 

Gabe : There was no inappropriate relationship.

Lisbon : You call it an inappropriate relationship. The law calls it soliciting sex from a minor.

Gabe : She came to my door, had an idea she wanted to discuss about a youth voter effort for my campaign. I'm not going to discourage some enthusiastic kid who wants to get involved.

Lisbon : No, no. You hide 'em in your bedroom.

Gabe : I had to. Media people follow me everywhere I go now. If I open that door and it's some guerrilla photographer, our faces end up on the internet, both of our lives are ruined.

Jane : You're very good at this-- selling a case with passion, even though it holds no water. Explains why you're such a successful D.A.

Gabe : It's the truth.

Jane : Well, that should be easy to confirm. Lisbon, could you have the social worker bring, uh, Tess in, please?

Gabe : No, please. This is on me. She didn't ask for any of this.

Jane : You care about her. You genuinely care about her. Well, she's very friendly... and diplomatic. Diplomatic... and evasive, like a politician... like her father. That, and you have the same shape front teeth. They are your real teeth, aren't they?

Lisbon : She's your daughter?

Gabe : Her mother was a year behind me. Tess was born a few weeks before I graduated. Families agreed to keep it quiet. But I've always done right by Tess. Come out to see her whenever I can. Discreetly, of course.

Lisbon : Did you ever see Selby when you visited?

Gabe : Last year, at a gas station just outside of town. We said a quick hello, went our separate ways.

Lisbon : Maybe Selby found out about Tess, threatened to expose you.

Gabe : Not Selby Vickers. He wouldn't threaten a fly. A super nice guy. He tried to do right by people.

Jane : What'd you talk about with Selby at the gas station?

Gabe : Small talk. I told him I was gonna run for Lieutenant Governor, and he offered to print the campaign flyers, free of charge.

Jane : Was he the same way in high school?

Gabe : Always--help you with your homework, he'd share his lunch with you, he was just happy knowing that you liked him. Even that thing with Logan, he just did it to be popular. I've answered all your questions. I think you should go now.

Lisbon : Jane.

Jane : What?

Lisbon : Come on. Oh. Sorry. Very nice to meet you. Your politics are a roiling mess of greed and cynicism, but you have a lovely daughter.

 

High school

(indistinct conversations)

L.J. : Aw, him again.

Willa : Oh. (sighs) I'll take care of it. Mm.

(footsteps approach)

Willa : Mr. Jane, hello.

Jane : Willa, right? Regional TV personality.

Willa : Yes. (laughs)

Jane : Yeah. (laughs)

Willa : Um, anything I can help you with?

Jane : Oh, I'm just here for the big game. Football--I love it!

Willa : How goes the investigation?

Jane : Oh, my colleagues are pursuing several leads, uh... nothing definitive yet.

Willa : Mr. Jane, this is a weekend of celebration. Your presence is making a few people uncomfortable.

Jane : Should I go away? Should I leave Selby and Jana unavenged because of some low comfort levels? Is that what you're saying?

Willa : No, no.

Jane : What are you saying then? (laughs)

Willa : I-- Never mind. (laughs) Okay.

Jane : Willa, I do have a question.

Willa : Yes?

Jane : How are the burgers?

Willa : The burg-- (laughs) The burgers are good. Very good.

(indistinct conversations)

Jane : Vice principal Desouza, do you mind if I join you? (clicks tongue)

Desouza : Wow, look at you. All grown-up. Sit down. Tell me what you've been up to these days.

Jane : Nice cover. I didn't actually attend this high school. In fact, I didn't attend any high school. I'm with the CBI.

Desouza : Oh, please, please. These reunions are insufferable. What I wouldn't give to be home on my couch, glass of wine, good book.

Jane : Well, I take it you heard about Selby Vickers and his wife.

Desouza : Oh, yes. That's--that's a tragedy. Selby was a truly good kid, you know, until that one incident with Derek Logan.

Gymnasium

Desouza : Derek Logan was definitely a different kind of duck. He wore the same tattered jacket, be it hot or cold, always hugged the wall as he walked down a hallway. He was off.

Jane : "off" isn't tolerated in high school.

Desouza : Well, certainly not in the 30 years I've been doing this job.

Locker room

Desouza : Right over there is where it all happened.

Jane : hmm.

Desouza : Derek's folks sent him to a shrink afterwards... (sighs) but it didn't help. A month later, they pulled him out of school. That was the last I heard of him.

Jane : Hmm. Did Selby ever give a reason why he did it?

Desouza : You know, I asked him, but he just shrugged. You know, gave me that teenage "I don't know." (sighs)

Jane : How'd you catch him? Derek was blindfolded, right?

Desouza : Yes. He heard his attacker's voice, though. He thought it sounded like Selby. I confronted Selby. He confessed quite readily, like the helpful, honest boy he usually was. It's very strange.

Jane : Hmm.

 

CBI

Rigsby : You want me to memorize everything we have on all 67 alumni that showed up at the reunion?

Jane : Yes, I do.

Rigsby : And how would I do that?

Jane : It's easy. You build a memory palace.

Rigsby : Um, I thought that was just some card player's trick.

Jane : Well, it's multipurpose. It's perfect for recalling a large body of information. All you need is a physical location that you know well, and you break it down in your mind into smaller pieces and link each one to a package of the information, like this. I walk in the door, and I'm greeted by reunion chair Willa Brock-- former class president, debate team captain, led the team to three county championships, now a talk show host in Chicago. I sit down at the table and catch up with Dana Greer--swimmer, now a realtor in Los Angeles, married to a gentleman by the name of Arthur. And so on and so forth.

Rigsby : Okay.

Jane : When you want to remember the details, you close your eyes, and in your mind, you walk around your very own memory palace.

Rigsby : (laughs) Yeah, yeah, but I-I can't learn all stuff in just a couple hours.

Jane : It comes very quickly once you get the hang of it, and they'll be wearing nametags.

Rigsby : But why? I mean, why would I memorize all these--

Jane : It's fun.

Rigsby : This is some dubious scheme that Lisbon doesn't know about, isn't it? Yeah, you can count me out.

Jane : Sorry, you gotta do it.

Rigsby : Uh, no, I don't.

Jane : (exhales deeply) If you, uh, don't cooperate, I'm gonna be forced to tell Lisbon about you and Van Pelt.

Rigsby : Tell what? There's nothing to tell.

Jane : Really?

Rigsby : Yeah. I don't know what you're talking about.

Jane : Ah. Contrary to very strict CBI rules and regulations, you and Grace Van Pelt are engaged in an illicit affair.

Rigsby : Nope.

Jane : You're being childish.

Rigsby : Don't tell Lisbon. She'll report us to H.R.

Jane : Well, she's a stickler.

Rigsby : They'll throw one of off the unit.

Jane : Better get to work.

High school

(Los Del Rio's "Macarena" playing) ♪ hey, macarena, ay! ♪

♪ dale a tu cuerpo alegria macarena ♪

♪ que tu cuerpo es pa' darle alegria y cosa buena ♪

♪ dale a tu cuerpo alegria macarena ♪

♪ hey, macarena, ay! ♪

♪ macarena tiene un novio que se llama ♪

♪ que se llama de apellido vitorino ♪

♪ que en la jura de bandera el muchacho ♪

♪ es pa' darle alegria y cosa buena ♪

♪ dale a tu cuerpo alegria macarena ♪

♪ hey, macarena, ay! ♪

 

Jane : School would be so much more fun if they started the day with this every morning instead of the, uh, pledge of allegiance. Or maybe they could, uh, just integrate the two into the "dance of allegiance."

Lisbon : We're taking a real flier here.

Jane : This better work.

Jane : Timpani.

Lisbon : No.

Jane : Huh. Really got me stumped on that one. I'm just guessing now.

Lisbon : Look, we'd better get this thing going before people start leaving.

Jane : Patience. The fun will commence shortly.

(Ini Kamoze's "Hotstepper" playing)

♪ na, na-na-na, na ♪

♪ na-na-na, na ♪

Rigsby : Hey, how's it going?

(clicks tongue) Nice to see you. Long time. (chuckling) Hey.

Woman : Hey.

Rigsby : (under breath) Okay. Coffee machine. (normal voice) Stu McPine? How goes it with my favorite photo club president? (laughing)

Stu : It goes great. How goes it with you?

Rigsby : It goes whatever's better than great.

Stu : You know, I-I forgot your name.

Rigsby : Well, it's, uh... Derek Logan. Yeah. And it's great to be back.

Hi. How are ya?

Hi. Nice to see you.

See you.

Oh, yeah.

Jane : This is gonna be good. I promise.

Rigsby : Great to see you, too, man.

Willa : Derek Logan. I-I can't believe it.

Gabe : Yeah, you've changed.

Rigsby : Well, who would've thought that the girl who brought four schools to their knees in the high school county debate finals would be lost for words, huh?

Willa : (laughing) You--you just look so different.

Rigsby : Let's just chalk it up to 15 years' worth of solid hours at the health club, plus maybe a little bit of work. You gotta look good in my business, huh? You know what I mean?

L.J. : Had to see it to believe it. Derek Logan! (grunts)

Rigsby : Hey. L.J., hey! (quietly) Refrigerator.

L.J. : What?

Rigsby : (normal voice) Rancho Rosa versus Stratton-- The ball is on our 10, 2 seconds on the clock, Sims hands it off, bam! You run 90 yards, touchdown, Toros win.

L.J. : (laughing) Oh, you're-- you're half right. That was against Deerfield. And it was a pass, not a handoff, but it was close. Man! That's Derek freakin' Logan! Whoo! (chuckles) (laughing)

Rigsby : I'm gonna, uh, make the rounds to say some hellos, but it is great to see you guys. Wow!

(indistinct conversations)

Jane : Wow, you're a natural.

Rigsby : (under breath) I can't do this.

Jane : You're doing it. You ready for phase two?

Rigsby : (sighs) I can't.

Jane : Think of it this way-- you mess up, we blow the case, and I tell Lisbon.

Rigsby : (sighs) Oh, you're a cold bastard, you know that?

Willa : Good evening, fellow Toros! (cheers and applause) (laughing) Now is the part of the evening you've all been waiting for-- the achievement awards! (cheers and applause) As voted by you-- the 15th reunion class of Rancho Rosa high! (cheers and applause)

Jane : Break a leg.

Rigsby : (clears throat) Yeah.

Willa : Our first award-- The "I can't believe they're still together" award, which goes to--

Rigsby : Dave Mercer and Angie Diaz Mercer. No surprises there, am I right, gang? (chuckles)

Willa : What are you doing?

Rigsby : I'm-a let you finish, Willa. I, uh, just want to say a few quick words.

Willa : Okay. Just make it fast, okay?

Rigsby : Sure.

Willa : Uh, slight change of schedule. We'll get right back to the awards, but first, Derek Logan!

(scattered applause)

Man : Yo, D.L.

Rigsby : (chuckles) Yeah. I'm, uh, sure most of you are scratching your heads, wondering why, uh, why I'm here. I came here tonight because, uh... I wanted to see how it felt like to be here again. I'm not the same person I was 15 years ago, so when I walked in that front door tonight, It felt good. (scattered applause) Thank you. But as soon as I set my eyes on you people, I remember how it felt the last time I walked out that door, and I was that sad, defeated kid again. Sure, go ahead. Feel sorry for me. But you should also feel sorry for Selby, may he, uh, rest in peace.

About a month ago, Selby called me. He'd been, uh, trying to track me down for months, he said. He wanted to apologize and, uh, to tell the truth about what really happened that day-- (retching) The truth that never came out. You see, Selby was a follower, not a leader, and he did what he did because somebody else was there that day. (crowd murmuring) Somebody told him to do what he did to me. Yeah, that's right.

 

Phil : Hey, Gina, what's up? He'll be fine. Just, um, uh... give him an aspirin.

Rigsby : and I now know who it was. And that is the real reason I am here. I am here to make you pay. (murmuring grows louder) you--you ruined my life, uh, that day. And I've spent 15 years struggling to get it back. (chuckling) and now, now I have. Oh, yeah. And I will have my revenge. Payback is--is--is a bitch, like, uh, in that movie with, um, uh... Uh, Mel--Mel Gibson where they-- where they kidnap his child. Um, you know. Uh, or is it the other one? Uh, anyhow, um, that's me. Enjoy the rest of your evening. Go, Toros. (crowd continues murmuring) (scattered applause)

Willa’s room

(door opens)

Willa : What ar-- what do you think you're doing?

Jane : Oh, the maid lent us this. You still should tip her.

Lisbon : Must've been hard walking out in the middle of a big event you planned.

Willa : (chuckles) The speech was boring, and I have to get back to Chicago. I have two shows to prepare for on Monday.

Jane : I have a great idea for your show. Uh, "humiliating pranks and the people who initate them." You could be your own guest.

Willa : (laughing) You-- you have no basis for that. I just--I didn't want to have to hear Derek go on and on about—

Lisbon : Your talk show goes national soon.

Willa : So?

Lisbon : If Selby had gone to the media with the story of how you brutalized a helpless boy, your big chance would be history. So you arranged a meeting with Selby to get the money. Jana showed up with him, which you weren't expecting, so you killed them both.

Willa : Okay, I-I didn't have to pay him or kill him. Uh, Selby didn't have a stitch of proof putting me in that locker room. The media would've ignored him as a crackpot.

Jane : "I have immortal longings in me." Do you remember that quote?

Willa : Uh, uh, it's Shakespeare. I-I think it was the quote in my yearbook photo.

Jane : And an apt one. High school was a wonderful time for you, wasn't it?

Willa : Yeah, you could say that.

Jane : Star student, class president, champion debater-- You were at the top of the social hierarchy. Willa Brock was the queen of the school. Your world was perfect.

Willa : Yes.

Jane : Yeah. But then something happened and unsettled that perfect world. Derek Logan irked you, somehow. And you just couldn't let it pass without a response, so you turned on the charm, you manipulated Selby to do your bidding, knowing that he'd be thrilled to help the popular girl-- The girl he was always a little in love with. And then you destroyed Derek Logan, to the delight of your peers. And you enjoyed it, 'cause you found it all so easy and so empowering and exciting, right? All your success at Rancho Rosa high-- This... was Willa Brock's crowning achievement. (whistles) You've aged well. It looks like Selby took more than one photo that day in the locker room, didn't he? Have a look at that. Check that out. (camera shutter clicking) This is Selby's proof, but you didn't want to pay him all that money and risk him blackmailing you again, so you killed him and his wife Jana. Kinda poetic, how you were done in by your own vanity.

Willa : Derek Logan told everyone I let him touch me-- Like I ever would. I was deeply humiliated.

Lisbon : So you ruined his life. And Selby and Jana Vickers had to die, too.

Willa : Selby falls for that little polish girl and suddenly grows a spine? (sighs deeply) Things would have been perfect if he just stayed lonely and pathetic.

Lisbon : Close call. If she'd have destroyed the negative that Selby had given her, we'd have no evidence and no case.

Jane : It was a trophy. It was a reminder that the great Willa Brock can crush anyone that dares stand in her way, just like 15 years ago.

Lisbon : Yes, yes. Nobody advances an inch from high school. You proved your point.

Jane : Their instincts never change.

High school

Phil : Selby and Derek would both be grateful. You two have an open invitation if you want to join us at the 20th. (Patrick chuckles)

Lisbon : Hopefully, we won't need to.

Jane : Keep it in the dojo, Phil.

Lisbon : One thing I don't get-- How did you persuade Rigsby to play this charade?

Jane : I told him that you promised to give him Monday off.

Lisbon : Not happening.

Jane : Well, that puts me in an awkward position. I-I-I-I held up my end of the bargain.

(Extreme's "More Than Words" playing)

Lisbon : Oh, God. I used to love this song.

Jane : Loved the song.

Lisbon : I used to love this song. (chuckles)

Jane : You love this song. Yeah. Obviously, you want to dance.

Lisbon : With you? No.

Jane : Oh, come on. You can pretend that I'm that mean, cold-hearted guy that you used to worship from afar, but never talked to.

 

♪ how easy it would be ♪

Lisbon : Hmm. No funny stuff.

♪ more than words ♪

♪ is all you have to do ♪

♪ to make it real ♪

♪ then you wouldn't have to say ♪

Jane :Trumpet?

♪ that you love me ♪

 

Lisbon : No.

♪ 'cause I'd already know ♪

 

Kikavu ?

Au total, 128 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Alyshia 
20.11.2020 vers 11h

wolfgirl88 
09.09.2020 vers 14h

nonok 
07.05.2020 vers 18h

Linstead77 
14.04.2020 vers 19h

densi76 
02.05.2019 vers 16h

melina2206 
09.12.2018 vers 18h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

AllisonMe  (14.01.2017 à 20:10)

Comme la première fois, c'est un épisode que j'ai adoré. Entre l'infiltration de Rigsby qui se débrouille très bien, Jane le faisant chanter par rapport à sa relation avec Van Pelt. Il y a beaucoup d'humour. Jane a raison, l'insttinct ne change pas. Et quand Lisbon et lui danse ensemble. Amoitié et tendresse.

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup
Ne manque pas...

Vote pour la Finale de l'HypnoCup 2021!
Voter pour la Finale! | Teaser Youtube

Le quartier Love Victor est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | Love, Victor

Activité récente
Actualités
Mentalist sur TMC

Mentalist sur TMC
Pour rappel, TMC rediffuse en ce moment Mentalist tous les vendredis à partir de 21h15, à raison de...

Patrick Jane joue sa vie pour servir la reine Elisabeth Ière

Patrick Jane joue sa vie pour servir la reine Elisabeth Ière
Ce mois-ci sur le quartier Reign, deux consultants de la police se retrouvent emprisonnées dans la...

Départ - Quartier à reprendre

Départ - Quartier à reprendre
Bonjour, C'est avec tristesse et nostalgie que je vous annonce mon départ du quartier Mentalist...

Emergence avec Owain Yeoman sur TF1

Emergence avec Owain Yeoman sur TF1
Owain Yeoman (Rigsby) est de retour à la télévision française dans une nouvelle série ! TF1 diffuse...

Carnet rose !

Carnet rose !
Annonce surprise de Robin Tunney sur son compte Instagram : l'actrice de 47 ans a donné naissance à...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

ShanInXYZ, Hier à 16:50

Nouvelle question dans le quizz Doctor Who sur l'amour, Nouveau thème dans Voyage au centre dut Tardis

ShanInXYZ, Hier à 16:51

Et n'oubliez pas de venir voter pour votre synopsis préféré dans le concours cross-over Doctor Who/X-Files

ptitebones, Hier à 17:31

Hello, les bannières de Manifest attendent toujours des petits pouces en l'air dans les préférences Merciii

emeline53, Hier à 18:00

Nouveau sondage en cours sur The Fosters pour parler de la série Good Trouble ! Venez nombreux

pretty31, Hier à 23:02

Venez départager les pitchs de films proposés par les participants du concours sur HypnoClap !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site