VOTE | 556 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#210 : Fils prodige

Pendant que Jane et l'équipe examinent la scène de crime où un membre d'une école de baseball a été retrouvé mort, Jane est heurté à la tête par une balle et revit des flashbacks de son enfance avec son père autoritaire.

Captures

Avis de Télé Star : Une enquête au rythme quelque peu languissant.

Popularité


4.25 - 8 votes

Titre VO
Throwing Fire

Titre VF
Fils prodige

Première diffusion
17.12.2009

Première diffusion en France
29.09.2010

Plus de détails

Scénario   John Mankiewicz
Réalisation   Martha Mitchell
Avec  

Nick Chinlund (Alex)
Brent Sexton (Doc)
Jude Ciccolella (Freddy Fitch)
Omar Leyva (Gardener)
Frank Gallegos (Jupiter)
Ben Bledsoe (Scotty)

Diffusions FR : 10 mai 2010 (TPS Star) / 29 septembre 2010 (TF1)

Audience US : 15,77 millions de téléspectateurs (3.5%)

Audience Fr : 8,34 millions de téléspectateurs

 

Un corps sans vie est étendu dans un jardin zen de l’académie Artzenville. Cho explique que c'est une école qui crée des étoiles de baseball. Jane devine que Cho a joué à ce sport. La mort remonte à la veille à 22h30. Le mort est Barney Sloop. Il a été battu à mort avec une batte de base-ball.

Freddy Fitch un homme riche et élégant arrive sur les lieux. Il est l’associé de Sloop. Il dit que cela faisait un an que Barney Sloop était entré dans un mode zen. Non loin de là on entend des jeunes joués au base-ball. Fitch explique que malgré ce qui vient d’arriver il faut continuer. Jane regarde une des pierres dans le jardin et croit qu'ils représentent la vie de Barney: le travail, un jardin, la maison.

Jane part du jardin zen. Alors qu’il ne s’y attend pas il reçoit une balle de base-ball sur la tête. Il s’écroule. Cho et Lisbon se penchent au dessus de Jane alors que celui-ci fait un bon dans le temps en 1986 dans l’Iowa. On voit un jeune garçon dans une scène de magicien avec son père. Il s’agit de Patrick Jane enfant et il a les yeux bandés. Patrick devine a qui appartient l’étui à cigarettes que son père tient dans la main. Patrick raconte à une femme de l'auditoire que sa grand-mère l'aimait, et son père l'appelle «un Wonder Boy". Plus tard, le père de Patrick accuse son fils d’avoir pris un risque inutile. Son père lui dit qu’il faudra qu’il soit prêt pour demain car se sera un gros coup.

Patrick revient à la réalité et se réveille dans le jardin zen il dit qu’il va bien et qu’il est prêt à résoudre ce meurtre. Lisbon quant à elle exige que Jane voit un médecin. Jane dit qu’il le fera.

Jane, Lisbon et Cho vont dans la caravane de Barney accompagnés de Fitch. Fitch leur explique sa femme l’avait quitté et qu’il lui avait laissé la maison c’est pour cela qu’il habitait une caravane. Jane demande si il est parti suite à la mort de son fils. Effectivement, son fils est mort à trois ans étouffé par un ballon. Jane dit à Fitch qu’il suppose qu’après la mort de Barney c’est lui qui prend le contrôle de l’établissement. Fitch ne voit pas le rapport mais Jane lui dit qu’il s’agit du plus vieux mobile du monde à savoir l’argent. Fitch s’emporte traitant Jane de connard.

Lisbon et Cho interrogent les joueurs du centre.

Van Pelt quant à elle trouve que la femme de Sloop doit toucher à sa mort 20 millions d’assurance vie. Van Pelt essaie de l’appeler mais tombe sur son répondeur.

Rigsby et Van Pelt se rendent au domicile de Madame Sloop et voient en arrivant une voiture dans un mur et un jeune homme qui dit avoir appelé les vrais flics car elle lui a volé sa voiture. Le jeune s’appelle Narcisco Rubrero. Rubrero dit qu’elle lui a parlé de son fils qu’elle devait aller voir et est partie.

Jane est quant à lui sur le terrain de base-ball et vide les sacs poubelle contenant les feuilles qui ont été ratissées. Cho lui dit qu’il a besoin de voir un médecin. Et voilà que Jane se replonge dans son passé avec son père. On le voit tout à côté de lui observant à la jumelle les gens. Jane reprend ensuite connaissance tandis que les jeunes s’entrainent sur le terrain.

Van Pelt et Rigsby retrouvent Leslie Sloop. Celle-ci est sur la tombe de son fils. Elle pleure et menace de se suicider avec l’arme qu’elle tient à la main. Rigsby et Van Pelt ont dégainé leur arme et tentent de la raisonner. Van Pelt abaisse alors son arme et discute avec Leslie. Van Pelt raconte alors à Leslie qu’elle la comprend que sa sœur était comme elle et qu’elle voulait que cela s’arrête. Van Pelt dit que sa  sœur ne voulait pas non plus parler. Elle a tout arrêté pour elle se moquant des autres. Van Pelt réussit alors à désarmer très calmement Leslie.

On retrouve Jane assis sur un banc à côté du terrain et aux côtés d’un père qui regarde son fils lancer.

Au CBI, Lisbon interroge Leslie Sloop. Leslie ne lui apprend pas grand-chose qui fasse avancer l’affaire. Van Pelt et Rigsby regarde derrière la vitre l’interrogatoire. Rigsby félicite Van Pelt pour la manière dont elle a réussit à calmer Leslie. Il lui demande si l’histoire au sujet de sa sœur est vraie. Elle lui dit que non. Elle lui affirme même ne pas avoir de sœur.

Cho aperçoit l’homme en charge de l’entretien du terrain. Comme il s’échappe il lui court après. Pendant ce temps, Jane s’amuse à disperser les feuilles avec le ramasse feuilles.

De retour au CBI, Leslie affirme ne pas être responsable de la mort de Barney. Jane dit de la laisser partir que ce n’est pas elle.

L’homme qui a été rattrapé par Cho est un travailleur clandestin. Il affirme avoir entendu quelqu’un crier après Sloop et avoir dit qu’il était un voleur. Sloop a essayé de partir mais le joueur de base-ball l’a suivi. Sloop est ensuite allé à la caravane chercher des papiers ce qui a calmé le joueur de base-ball. Ensuite, le travailleur clandestin est parti mais il peut identifier le joueur de base-ball.

Certains joueurs de l’académie Sloop arrivent au CBI et se mettent en rang afin de permettre à l’homme d’identifier celui qui parlait avec Sloop. L’homme identifie parfaitement un des joueurs. Il s’agit de Scotty Sinclair. Alors que le CBI tente d’obtenir des informations Fitch arrive et demande que le jeune homme soit libéré car le CBI ne dispose d’aucune preuve.

Jane replonge ensuite dans son passé. Il est aux côtés de son père face à une dame accompagnée de sa petite fille mourante. Sa grand-mère explique que les docteurs ne peuvent plus rien faire pour elle à part la soulager. Elle est venue voir Patrick et son père car elle a appris l’existence du cristal. Patrick dévoile le coffre contenant le cristal. La jeune fille lui demande si ça marche vraiment et si ça va réduire les tumeurs. Patrick est gêné et perturbé. Il tarde à répondre. Il sort de la tente. Son père va le voir et lui dit d’y retourner et de faire ce qui était convenu. Ils vont ainsi pouvoir prendre du fric.

Patrick désire retourner à l’académie de base-ball. Il dit que ce n’est pas son épouse qui y est responsable du meurtre de Sloop. Lisbon demande à Patrick si il sait qu’il l’a tué. Il répond simplement par une autre question « A ton avis ? ».

Quand ils arrivent à l’académie Fitch est en train de faire un discours à la mémoire de Sloop.

Jane va dans le vestiaire. Il dit à Scotty et Snake qu’ils peuvent se détendre qu’ils sont innocentés. Jane dit que le père de Scotty est un voleur. Scotty dit que son père a juste ouvert un compte hier. Jane dit alors que c’est ce dont parlait Sloop hier. Jane leur dit d'être sûr de vendre leur talent, pas leur âme, pas même à leurs pères. Il dit qu'il sait de quoi il parle.  Jane demande ensuite à Scotty de se concentrer sur le mois, la date et l'année de son anniversaire. Il l'écrit sur la balle de base-ball avec un crayon. Scotty dit 10 avril 1992. Jane met la balle derrière le dos et gratte le crayon avec son ongle, pour leur demander combien ils sont prêts à parier qu'il ne peut pas lire dans les pensées. Il le tourne et montre qu'il avait raison. Il propose de le refaire pour Snake, mais les enfants partent pour l’échauffement. Jane dit alors à Cho qu’il confirmait juste une intuition.

Retour dans le passé. On voit Jane qui revient à la table aux côtés de son père face à la jeune fille malade. Patrick se brûle le doigt puis prend ensuite le cristal pour montrer ses capacités. La grand-mère veut ensuite acheter le cristal. Le père de Patrick sort ensuite de la tente et lui montre les 10.000 dollars que la grand-mère vient de lui donner. Il donne à Patrick 100 dollars lui disant qu’il l’a bien mérité. Il dit ensuite qu’il va jouer.

De retour dans le présent à l'Académie, Jane suit Snake sur le terrain, en insistant sur l'exécution de sa ruse. Son papa est là et dit que Snake est né le 5 mars 1992. Jane dit que tout ceci est bizarre. Le père de Snake se fâche. Cho intervient.

Jane accuse le père de Snake d’avoir tué Barney Sloop pour dissimuler l’âge réel de son fils. Freddie s’approche et l’entend. Il dit que Barney a essayé de le raisonner.

Nous voyons ensuite la nuit d’avant quand Barney est dans le jardin zen et qu’il tourne le dos au père de Snake. Il ne veut pas avouer parce qu'il veut que son enfant soit en mesure de lancer. Freddie demande à Snake quel âge il a vraiment et il dit 22. Cho passe les menottes au père de Snake. Celui-ci donne encore des conseils sur sa façon de lancer à son fils.

Jane s’affaisse sur le sol.

Scotty frappe la balle et il est content de lui. Pourtant son père s’approche de lui coupe la parole et lui fait des reproches. Scotty dit à son père qu’il a engagé un agent pour s’occuper de lui.

Lisbon dit à Jane qu’il est temps pour lui d’aller voir un médecin.

Fin…

TERRAIN DE BASE-BALL

 

L'équipe de Lisbon arrive pour examiner le corps d'une nouvelle victime.

 

LISBON: C'est joli ici! Comment un recruteur de basse-ball peut être aussi riche?
CHO: Barney Sloop? 15 de ses joueurs en lignes majeures, il récupère un pourcentage de leurs gains. Il sait repérer les grands champions. Il les dénie jeune partout dans le monde et les faits entrainer ici. Il leur obtient des contrats juteux.
JANE: Tu as été joueur?
CHO: Un peu, oui.
JANE: Lanceur ? Tu maitrisais l'action? L'homme à la balle?
CHO: J'ai laissé tombé.
JANE: Ce qui te laisse encore aujourd'hui un goût amer dans la bouche. Ouais, j'ai compris. C'est pour ça que tu es flic, tes parents considérait que tu perdais ton temps à jouer au base-ball alors ils t'ont forcé à arrêter. Ils ont mis fin à ton rêve et ça t'a mis en colère mais tu ne pouvais pas l'exprimer directement alors tu as intégré la police pour évacuer toutes cette colère.
CHO: Déchirure du ligament croisé. Bien tenté.
JANE: Ces parents. C'est comme même drôle, la plupart des gens refuse de parler de leur plus grand regret.

LISBON: C'est faux, je parle de vous à tout le monde.
JANE: Bien envoyé. J'adore. Ça me va droit au cœur!

Lisbon et Jane arrivent sur la scène de crime.

 

POLICIER: D'après nos estimations, le meurtre a été commis vers 22 h 30.
CHO: Merci. Il n'y a pas de mystère sur l'arme du crime. Trois ou quatre coups bien placés.
LISBON: Le tueur s'est acharné.
CHO: Le légiste fixe l'heure du décès au alentour de 22 h 30 hier soir.
FREDDY: Enfin vous voilà! C'est pas trop tôt. Freddy Fitch, l'associé de Barney. Je veux vite savoir qui a fait ça.
LISBON: Agent Lisbon. Voici l'agent Cho et Mr. Jane.
FREDDY: Si il vous faut quoique se soit n'hésitez pas. Je n'arrive pas à y croire.
JANE: C'était son jardin?
FREDDY: Il appelait ça, son jardin de paix. Il s'est lancé dans toutes ces conneries zen il y a un peu près un an.

LISBON: Qui avait accès à cette zone?
FREDDY: Toutes les personnes de l'académie, les six joueurs qu'on a en résidence, les membres de leur famille ainsi que le personnel.
LISBON: Il nous faudrait une liste.
FREDDY: Ouais, bien sur. Mais je ne vois personne ici n'aurait pu vouloir du mal à Barney.
LISBON: C'est vous qui avez trouvé le corps?
FREDDY: Hier, j'étais en déplacement à l'infirmerie dans un lycée à Portland. J'ai pris le premier avion ce matin, je suis rentré directement et je l'ai trouvé comme ça. Mon Dieu.
(De loin, on entend une voix)
HOMME: Cours, cours, ne ralenti pas ! Un peu de nerf, Scotty !
LISBON: Le cadavre est encore chaud et ils s'entraînent quand même?
FREDDY: Je leur ai dit qu'ils n'étaient pas obligé mais ils ont tous voulu s'entrainer. "Accrochez-vous à votre rêve." C'est ce que Barney leur répétait. Il était comme un père pour tous ces jeunes.
JANE: Apparemment ils ont déjà un père.
FREDDY: Ils sont encore mineurs. Les pères sont ici pour signer les contrats et les soutenir moralement. Scotty Sinclair et Snake Gallidos. Il reçoivent la visite de cinq recruteurs aujourd'hui.

LISBON: Est-ce vraiment le moment pour ce genre de chose?
FREDDY: C'est Barney qui a tout organisé. Sa dernière présentation. Je compte bien l'honorer, c'est ce qu'il aurait voulu que je fasse. Je sais que vous devez leur parler, c'est votre travail
mais je vous en pris.
JANE: Ça ne fait rien, il peuvent finir de s'entrainer pendant qu'on jette un œil chez lui.
LISBON: Comment vous savez où il habite?
JANE: C'est indiqué juste là. Il s'agit d'une carte de sa vie. Son travail, son jardin, sa maison. Des conneries zen. Je ne crois pas qu'il y aura grand chose à voir mise à part un lit simple ou...
(Jane se prend une base de basse-ball dans la tête)

MENTALIST - GENERIQUE

TERRAIN DE BASE-BALL

 

Jane reprend ses esprits.

 

LISBON: Jane! Jane!

CHO: Ça va ? Jane!

FLASH BACK EN 1986 – CIRQUE

 

Jane, adolescent, essaye de deviner les objets les yeux bandés.

 

JANE: Je sais ce que sais. Un étui à cigarettes.
PERE: Un étui à cigarettes. Oui, c'est ça. Félicitations mon grand. Maintenant peux-tu nous dire en quel matériau est fabriqué cet étui à cigarettes? On t'écoute Patrick. À ton avis? De quel matériau est fabriqué cet étui?
JANE: Il est en argent fin.
PERE: Je vous rend tout de suite votre étui à cigarettes en argent fin madame. Quelqu'un a un autre objet a me donné?
JANE: L'étui à cigarettes, autrefois il appartenait à une personne très proche de vous.
DAME: C'est vrai.
PERE: et oui, le jeune prodige voit tout. Passons à l'objet suivant, Patrick.
JANE: Une personne qui vous a quitté qui est morte récemment.
DAME: Oui, le mois dernier.
JANE: Votre grand-père. Non, votre grand-mère. Elle vous aimait de tout son cœur, ça fait aucun doute. Même si elle n'a pas toujours pu vous le dire.

Le père et Jane reparlent du petit numéro.

 

PERE: C'était quoi ça ? "Votre grand-mère vous aimait de tout son cœur?"
JANE: Tu as vu son visage? C'était magnifique.
PERE: Non, c'était un risque inutile.
JANE: Elle a sur elle un objet de famille. Elle a perdu un proche et elle est trop jeue pour que ce soit l'un de ses parents. C'est donc un grand parent.
PERE: Ça m'est égal. Tu ne m'as pas suivi. Au cas où tu l'aurais oublié, on est deux. Tu ne fais pas cavalier seul.
JANE: Tu dis toujours qu'il faut pas battre le fer pendant qu'il est chaud, qu'il faut pas avoir peur et bien c'est exactement ce que j'ai fais et j'avais raison.
PERE: Non, non tu n'as pas eu raison de le faire parce qu'il n'a pas eu de bénéfice. On fait du business, on n'est pas là pour rigoler. Tes vêtements de scène tiennent debout tout seul. Lave-les bien. Au fait, la séance privée dont je t'ai parlé, elle aura bien lieu.

JANE: Ça va se faire? Quand?
PERE: Demain. On peut ramasser un gros paquet. Suffisamment pour laisser notre costume de foire, gravir quelques échelons et peut être même qu'on pourra s'offrir une nouvelle voiture. Il y a qu'une chose qui m'inquiète un peu. C'est toi, mon petit gars. Tu t'en sens capable?
JANE: Évidemment que je m'en sens capable. Évidemment. Le jeune prodige voit tout.

TERRAIN DE BASE-BALL

 

Jane revient dans la réalité.

 

CHO: Tu peux te lever? Tu peux parler?
JANE: Oui, je peux parler.
LISBON: Il lui faut un médecin.
CHO: Ouais.

JANE: C'est la première fois que j'attrape une fausse balle.

LISBON: On peut pas dire que vous l'ayez attrapé. Cho, emmène-le.
JANE: Non, non, non. Ça va.
CHO: Combien j'ai de doigts ?
JANE: 6. On a pas un meurtre à résoudre?
LISBON: Vous vous êtes évanouie.
JANE: Non, pas du tout.
CHO: Si, c'est vrai.
JANE: Non, pas du tout! À qui le tour? D'accord, je fait voir un médecin. Ah, il y a le légiste. Excusez-moi! Je sais, je suis vivant. Je suis désolé pour vous.

MAISON DE BARNEY

 

FREDDY: Barney menait une vie simple dédié à son travail. Il bossait 24/24. Quand Il a quitté sa femme, il lui a laissé leur grande maison. Il voulait une vie saine, simple et sans fioriture
LISBON: Barney avait été marié ?
FREDDY: Il l'est toujours, elle s'appelle Leslie. C'est un sacré numéro. Il l'a quitté il y a un an.
JANE: Après la mort de leur fils.
FREDDY: Il avait 3 ans, il s'est étouffé avec un ballon gonflable. Leslie a été anéanti. Elle en voulait à Barney et à la terre entière, elle ne s'en ait jamais remise. Je l'ai téléphoné ce matin, après vous avoir appelés. Elle n'a même pas décroché. Ce que j'en pense moi, c'est que quand un malheur frappe, il faut apprendre à y faire face.
LISBON: C'est ce que Barney a fait? Il s'est replongé dans son travail sans compter ses heures et déniché Snake en République Dominicaine et Scotty quelque part au Kansas. Quand à Leslie, elle s'est disons enfoncé dans la douleur et le chagrin.
JANE: J'ai mal.

BUREAU DU CBI

 

Van Pelt et Rigsby sont restés au bureau.

 

RIGSBY: Voyons ce qu'on a sur la femme, Leslie Sloop.
(Rigsby pose sa main sur l'épaule de Van Pelt)

VAN PELT: On travaille.
RIGSBY: D'accord.

MAISON DE BARNEY

 

FREDDY: Elle s'est mise à boire comme un trou et à coucher à droite et à gauche mais elle appelait Barney à toute heure de la journée en hurlant sa peine. Je ne comprends pas ce genre de colère.
D'accord, leur fils est mort. Ça ne le ramènera pas?
JANE: Vous n'avez pas d'enfants.
FREDDY: Non, c'est vrai. Les joueurs doivent avoir fini leur entrainement.
JANE: Maintenant que Barney est mort, je présume que c'est vous le nouveau gérant de l'académie.
FREDDY: Quel est le rapport ?
JANE: L'argent. En général, c'est un très bon mobile de meurtre.
FREDDY: Je vous demande pardon ?
JANE: Ces messieurs devaient avoir quelques désaccords sur la montre en or, le costume italien ou plutôt, costume made in Taïwan se faisant passé pour italien.
FREDDY: Je n'ai pas à supporter ça.
JANE: On est loin d'une vie simple et sans fioriture. C'était le grand écart culturel enter vous deux?
FREDDY: Non

LISBON: Jane!
JANE: Et en plus, qu'aviez-vous à mettre sur la table? C'était Barney le cerveau, le dénicheur de talent, c'était à lui. La ''Sloop académie''. La jalousie. Mobile numéro 2.
FREDDY: J'aurai tué mon meilleur ami mais bien sur!
JANE: C'est le cas?

LISBON: Jane, c'est bon!
FREDDY: Virez-moi ce bouffon de ma vue.
JANE: Avouez tout, vous vous sentirez beaucoup mieux après.
FREDDY: C'était mon meilleur ami!
JANE: Qu'est-ce que ça vous a fait de lui défoncer le crane à coup de batte de base-ball? C'était bien?
LISBON Arrêtez, ça suffit.
JANE: Je ne faisais que tester.
LISBON: Et alors? Alors j'ai un peu de mal à le cerner pour être honnête. C'est peut être lui qui a fait le coup ou pas mais une chose qui est sure, il sait se mettre en colère. Sans rancune.
FREDDY: c'est ça, pauvre crétin!
JANE: Je peux sécher les interrogatoires?
LISBON: Avec plaisir.

JANE: Merci, c'est gentil.

SALLE

 

Lisbon interroge les joueurs de basse-ball.

 

LISBON: Scotty Sinclair?
PERE DE SCOTTY: Doc Sinclair. Il a 17 ans. Si vous avez des questions, posez les moi.

TERRAIN DE BASE-BALL

 

Jane est assis à coté des bancs de touche, pensif.

 

SALLE

 

SNAKE: Il y a trois mois environ, j'avais du mal à contrôler les balles, surtout les balles glissantes.
M. Sloop a dit qu'il fallait me détendre l'esprit. On a ratissé le sable dans son jardin.
PERE DE SNAKE:Ça a fonctionné.
SNAKE: J'aurais jamais fait de mal à Mr. Sloop.

SCOTTY: Il m'a tout donné. Il m'a amené ici et il m'a fourni d'excellents entraîneurs, en plus des cours.
LISBON: Il vous a versé de l'argent? Une avance sur vos futurs contrats peut être?

SCOTTY: J'en ai eu une dizaine de paires.
PERE DE SCOTTY: On devra malheureusement rembourser s'il foire sa présentation aujourd'hui.
SCOTTY: Barney nous aidait dans tous les domaines. Il nous a appris à gérer notre argent, à l'investir. Il nous a appris à gérer notre propre vie.
PERE DE SCOTTY: C'est bientôt fini? Il est censé être sur le terrain.

BUREAU DU CBI

 

RIGSBY: (au téléphone) C'est noté. Ouais, d'accord. Merci, Frank. Barney avait une sacrée assurance vie qui s'élève à 20 millions de dollars.
VAN PELT: Laisse-moi deviner. La seule bénéficiaire, Leslie Sloop.
RIGSBY: 20 millions. C'est un très bon mobile. Pour 20 millions, je te tuerais aussi.
VAN PELT: Sans blague?
RIGSBY: Non, pas vraiment, enfin je rigolais. C'était pour rire.
VAN PELT: Encore le répondeur.
RIGSBY: Allons lui rendre visite.

MAISON DE LESLIE

 

VAN PELT: Quelqu'un aurait besoin de prendre des cours de conduite.
NARCISCO: Vous êtes qui, vous?
RIGSBY: On voudrait voir Leslie Sloop.
NARCISCO: Cette pétasse est pas là. J'ai appelé les vrais flics. C'est pas trop tôt.
VAN PELT: Hey, Narcisco!
RIGSBY: Tu connais ce type?
VAN PELT: Tu le connais pas? Narcisco Rubrero! Lanceur de la finale des warseries.
RIGSBY: Ah, d'accord.
VAN PELT: Aidez-nous, Narcisco. Vous savez où elle est?

POLICIER: vous allez nous suivre pour une déposition.
RIGSBY: Attendez, une seconde. On est prioritaire.
NARCISCO: Elle m'a griffé au visage. Je crois que je saigne. Elle a embouti sa voiture du coup,
elle a piqué la mienne, elle a pris ma Lamborghini !
VAN PELT: Où elle est allée ?
NARCISCO: J'ai un flingue dans cette caisse. Tout ce qui a de légal. J'ai un permis.
RIGSBY: Narcisco, où est-elle allée?
NARCISCO: J'en sais rien. Elle n'arrêtais pas de hurler à propos d'un ange. Il fallait qu'elle aille voir son petit ange.
RIGSBY: Son fils, Michael.
NARCISCO: Elle m'a piqué ma caisse!
RIGSBY: Allez vous plaindre aux vrais flics!

TERRAIN DE BASE-BALL

 

Jane est encore assis à coté des bancs, Cho vient le voir.


CHO: Jane! Lisbon veut qu'on retourne au bureau.
(Jane se lève et part dans le sens opposé de Cho)
CHO: Jane, c'est pas par là. Jane!
(Jane se dirige vers les sacs de feuille, il les prend et les disperse sur le terrain)
CHO: Tu fais quoi, là?
JANE: On dit qu'il n'y a pas de saisons en Californie mais c'est l'automne apparemment.
CHO: Non, c'est un médecin qu'il te faut apparemment.
JANE: J'ai comme des vertiges.

(Jane s'évanouit)

FLASH-BACK, PARC D'ATTRACTION

 

Jane et son père sont au dessus d'une roue, ils regardent les gens présents dans le parc.

 

PERE: T'es prêt, champion? Une femme, 3e dans la file d'attente.
JANE: D'accord. Jeune maman, mariée depuis peu. C'est l'une de ses premières sorties depuis l'accouchement. Et lui, il va pouvoir lui offrir une plus jolie bague
PERE: Qui ça?
JANE: Mr. Propre sur lui. Ils ont été obligé de se marier.
PERE: Ça, c'est mon jeune prodige. T'as des rayons à la place des yeux, ça ne peut être que ça.

TERRAIN DE BASE-BALL

 

Jane reprend ses esprits.

 

CHO: Jane!

JANE: Salut, je vais bien. Snake et Scotty s'apprêtent à lancer. Il faut pas rater ça.

CIMETIERE

 

Leslie est sur la tombe de son fils, Rigsby et Van Pelt arrivent.

 

LESLIE: Michael, je demande pardon. Mais qu'est-ce que j'ai fait?
RIGSBY: Mme Sloop?
LESLIE: Je suis avec mon fils.
RIGSBY: Excusez moi mais il faut qu'on vous parle de votre mari.
LESLIE: Non. Allez vous en. Laissez moi. J'ai besoin d'être seul. Vous avez compris, je ne veux pas qu'on me dérange.

(Leslie sort un pistolet de sa poche)

LESLIE: Je veux parler à personne, j'en ai assez. Je veux en finir, faites moi plaisir laissez moi tranquille!

VAN PELT: On ne peut pas vous laisser faire ça.
LESLIE: Allez vous en, je vous en prie. J'ai pas le choix, je ne sais pas quoi faire d'autre.
VAN PELT: Mme Sloop?
LESLIE: Je suis vraiment désolée.
VAN PELT: Je n'ai jamais eu d'enfants. Je n'arrive pas à imaginer à quel point vous souffrez
LESLIE: C'est vrai. Vous imaginez pas. S'il vous plaît, allez vous en maintenant. Arrêtez de parler.
VAN PELT: Je n'ai pas l'intention d'arrêter de parler, je vais rester. Ma sœur était exactement comme vous.
LESLIE: Non, ça suffit, j'ai pas envie de vous écouter.
VAN PELT: Ma sœur aussi voulait en finir. Pour elle. Tout tournait toujours autour d'elle. Elle aurait pu se confier à moi.
LESLIE: Faut vous dire quoi?
VAN PELT: N'importe quoi. Je suis sa sœur mais elle n'a rien dit ni à moi, ni à personne.
Si elle en a fini, c'est pour elle.
LESLIE: Je ne vois pas ce que je peux faire d'autre
VAN PELT: Donnez-moi votre arme.
LESLIE: Non.
VAN PELT: Posez-la. Vous n'allez pas faire ça. Pas ici. Donnez moi ce revolver.
(Elle lui prend des mains)
LESLIE: Je demande pardon, Michael.
RIGSBY: Ça va aller, venez. Essayer de vous calmer.

TERRAIN DE BASE-BALL

 

Jane regarde les joueurs s'entrainer.

 

PERE DE SNAKE(au téléphone): Pas maintenant, je t'ai dit. D'accord, d'accord. Je suis occupé là. C'est aujourd'hui les essais de ton frère. Non surement pas. Au revoir.

JANE: Ça va?

PERE DE SNAKE: C'était mon autre fils, mon aîné. Lui aussi, il est lanceur et lui aussi il est doué mais à 22 ans. Dans le base-ball, il passe pour un vieillard.

JANE: Ouais, les équipes professionnelles les préfèrent jeunes comme Snake. Ça leur donne le temps de les faire progresser.
CHO: L'épouse est prête à être interroger.
JANE: C'était quoi ça? C'était une balle fronde, il a lancé une balle fronde?
CHO: Une balle glissante. Il faut qu'on y aille, Lisbon nous attend pour l'interrogatoire.

JANE: Une balle glissante? J'ai encore des vertiges. Vas-y toi. Je trouverai quelqu'un pour me ramener. Les gens adore me reconduire. Il n'y avait pas de graine de tournesols. C'est pas tout à fait pareil.

BUREAU DU CBI

 

Lisbon interroge Leslie en salle d'interrogatoire.

 

LISBON: Leslie, où étiez-vous cette hier soir?

LESLIE: On est allés au ciné mais je m'en rappelle pas. Je m'en rappelle pas quel film s'était.
LISBON: Vous ne devez pas prendre ces médicaments avec de l'alcool.
LESLIE: Il y avait trop de bruit. Il y avait des coups de feu, des hélicoptères, plains de monde qui se gousillaient. Il y avait beaucoup trop de cri dans ce film. Ils sont censés m'apaiser ces comprimés. Un par jour. Mon médecin a cru que ce serait suffisant.
LISBON: Leslie, avez vous rendu visite à Barney hier soir?
LESLIE: J'ai vu Barney? M. Zen? M. J'accepte ce qui m'arrive? Pourquoi je serait aller le voir?
LISBON: Parlez-nous de Narcisco.
LESLIE: Narcisco? Ces un des protégés de Barney. Ça m'arrivait de coucher avec ses joueurs. Vous le saviez? Ça m'est arrivé un certain nombre de fois pour le mettre en rogne. Mais il s'en foutait.

Rigsby et Van Pelt écoutait la conversation dans la salle d'à coté.

 

VAN PELT: Elle arrête pas de tourner autour du pot, elle va finir par parler.

RIGSBY: Je t'ai trouvé vraiment épatante tout à l'heure. Je voulais que tu le saches.
VAN PELT: Merci, si tu le dis.
RIGSBY: Je peux te poser une question ?
VAN PELT: Je n'ai pas de sœur.
RIGSBY: Oui, c'est bien ce qui me semblait.
VAN PELT: Ça m'est venu comme ça.

TERRAIN DE BASE-BALL
PERE DE SCOTTY: Allez mon grand! C'était quoi ça? C'est pas vrai, Scotty ! À quoi tu joues? Reprends toi!
PERE DE SNAKE: Il lui met trop la pression. C'est un super lanceur.

SNAKE: Il frappe aussi très bien. Hier soir, dans le tunnel de frappe, il a eu trois de mes balles, des balles glissantes n plus. Personne les touche d'habitude.

PERE DE SNAKE: Son père va tout gâcher. Si Scotty joue déjà comme ça, imaginez dans quelque temps quand il aura une petite vingtaine d'année. Il sera encore meilleur. C'est promet.

FLASH-BACK, PARC D'ATTRACTIONS

 

Une voiture arrive avec une vieille dame et une petite fille très malade. Ce sont les nouveaux clients de Jane et son père.

 

PERE: Les voilà. J'ai passé trois jours interminables dans cet horrible hôpital, pour trouver mes marques et tout mettre sur pieds et aujourd'hui, c'est leur de la paye.

TERRAIN DE BASE-BALL

 

Jane et Cho se dirige vers le ramasseur de feuille. Mais celui s'enfuit.

 

JANE: Bonjour, on vous attendait justement. Comment ça va? Vas-y champion.

CHO: CBI! Arrêtez vous! Revenez ici! Arrêter je vous dit!

BUREAU DU CBI

 

LISBON: Leslie, on a interroger les employés des cinq bars situés près de la plage. Sans résultat.
LESLIE: Après le cinéma, je me suis disputée avec Narcisco et je suis allée chez Barney. Et monsieur dormait dans son jardin. Il n'a même pas voulu me parler.
LISBON: Leslie...
LESLIE: Je suis sa femme! Je suis la mère de son enfant. Il a refusé de me parler.

Lisbon rejoint Rigsby et Van Pelt dans l'autre pièce.

 

LISBON: Elle est allé le voir ce soir là mais il était déjà mort?
RIGSBY: Ça se tient si elle est allé à la dernière séance.
VAN PELT: Elle savait qu'il était mort. C'est ce qui l'a pousser à vouloir en finir.
LESLIE(à travers le miroir): Je ne l'ai pas tué. C'est pas moi. J'aurais pas pu le faire , même si j'aurais voulu. Qu'est-ce que j'aurais dit à Michael?
(Jane et Cho arrivent à leur tour dans la pièce)
JANE: Laissez-la sans aller.
LISBON: Où ça? Même si elle ne l'a pas tué, elle a besoin d'assistance. Votre pantalon est déchiré.
CHO: n témoin qui a un problème avec l'émigration.

Le témoin parle avec Lisbon.

 

TEMOIN: Un joueur de baseball. Il était remonté contre M. Sloop.
LISBON: Hier après-midi ?
TEMOIN: Il criait, très fort. Il a dit à M. Sloop que c'était un voleur et M. Sloop, il restait silencieux. Il a voulu s'en aller mais le joueur de baseball l'a suivi. Il était en colère.
LISBON: Et ensuite?
TEMOIN: M. Sloop est allé chez lui et il est ressorti avec des papiers. Ça a tout de suite calmé le joueur de baseball. C'est là que je suis parti.
JANE: Mais il pourrait identifier le joueur si il le voyait.
TEMOIN: Oui.

Lisbon pare avec le père de Snake

 

PERE DE SNAKE: C'est le jour le plus important de leur vie, vous le savez ça?
LISBON: Barney Sloop s'est fait défoncé le crane, M. Gallidos. C'était un grand jour pour lui aussi.

Quelques joueurs sont venus pour être identifier.

 

POLICIER: Très bien, mettez vous en rang, face au miroir.
TEMOIN: C'est lui.
LISBON: Vous en êtes sûr ?
TEMOIN: Oui, c'est lui à droite.

Lisbon interroge Scotty et son père.

 

PERE DE SCOTTY: C'est complétement insensé!
SCOTTY: Papa...
PERE DE SCOTTY: Laisse-moi gérer ça. Mon fils ne ment pas. S'il vous dit qu'il n'a rien fait...
SCOTTY: C'est vrai. Je suis allé le voir, je l'avoue, mais ce n'est pas moi qui l'ai tué.
LISBON: Pourquoi vous êtes vous disputer?
PERE DE SCOTTY: J'y crois pas mes oreilles. Tu as osé me mentir
LISBON: M. Sinclair, calmez vous.
SCOTTY: Excuses d'avoir osé de décevoir Papa.
LISBON: Pourquoi vous êtes vous disputé? Qu'est-ce que Barney vous à volé?

(freddy arrive dans la pièce)

FREDDY: Il ne dira rien de plus parce que nous devons partir
LISBON: M. Fitch, je...
FREDDY: Scotty a eu une dispute avec Barney des heures avant le meurtre. Vous n'avez aucune raison de l'inculper.
LISBON: Pas encore.

Dans la cuisine, Lisbon résume les faits à Jane.

 

LISBON: Il s'est disputé avec Barney. Il était en colère contre lui et il nous l'a caché.
Qu'est-ce qu'il nous dit que Scotty n'y est pas retourné plus tard pour le tuer ?
JANE: Non, il n'a rien fait. Il en voulait à son père et non pas à Sloop. Si vous croyez que c'est lui vérifier les enregistrements.
LISBON: Quels enregistrements?
JANE: Les caméras autour du terrain de baseball. Snake a laissé entendre que Scotty et lui s'y étaient entrainés hier soir et apparemment Scotty a su renvoyer quelques balles glissantes de Snake.
LISBON: vous êtes sûr que ça va ?
JANE: Oui, ça va. Les caméras de surveillance, l'heure devrait apparaître su l'image.
(Van Pelt arrive avec des informations)
VAN PELT: J'ai parlé au gérant du multiplex à Castine City, il se rappelle avoir vu un homme et une femme ivre se disputé dans le couloir. La femme se plaignait du film qui était beaucoup trop fort. La dernière séance. Ça vous rappelle rien ?
LISBON: Aller lui montrer une photo de Leslie et Narcisco. S'il les identifie, ça les blanchi à leur tour. On ne fait qu'éliminer des suspects au lieu d'arrêter un coupable.

FLASH-BACK, TENTE DE JANE

Jane et son père discute avec son client. En fait, il vont les escroquer.

 

GRAND-MERE: On a tout essayé. Elle a terminé sa dernière chimio thérapie la semaine dernière. Mais malgré cela les tumeurs dans ses poumons continuent à grossir.
FILLE: Elle est chouette ta chemise.
JANE: C'est gentil.
GRAND-MERE: Les docteurs nous ont dit qu'il ne pourront plus rien faire, à part, lui soulager la douleur.
PERE: Je comprends ça. Ça ne doit pas être facile pour vous.
GRAND-MERE: C'est là que j'ai entendu parler du cristal.
PERE: Oui, le cristal.
FILLE: Il est vraiment efficace? Ça va réduire les tumeurs?
PERE: Observez et jugez par vous même. Patrick? Fiston?
JANE: Pardon.
(Jane s'en va)

PERE! Patrick?

FILLE: Qu'est-ce qu'il a?
PERE: C'est assez stressant comme procédé, il a eu besoin de prendre l'air. Ce ne sera pas long.

Jane est dehors assis sur un banc pensif, son père arrive.

 

PERE: Lève toi et retournes-y.
JANE: Je peux pas.
PERE: Aller dépêches toi.
JANE: Je ne peux pas, je te dis!
PERE: Qu'est-ce qu'il se passe? Quelle partie du numéro tu ne peux pas faire?
La tienne? C'est facile, j'ai fait le plus compliqué. J'ai amené un bon client dans la tente, tu n'as qu'à ramasser l'argent.
JANE: Elle est mourante. On s'apprête à voler de l'argent à une fille qui va mourir.
PERE: Ça va, on va tous mourir un jour, d'accord? On va tous mourir un jour ce qu'on lui donne ça n'a pas de prix. C'est vrai qu'elle sera morte d'ici mardi mais elle a besoin de ce qu'on a à lui offrir de l'espoir. Tu comprends ça, petit?
JANE: J'y arriverais pas.
PERE: Très bien. Soit tu fais ce numéro avec moi, soit tu ne le fais pas. Soit tu es un perdant, soit tu es quelqu'un qui fait semblant de jouer les perdants. Tu peux pas faire marche-arrière
dès que tu en a envie, dès que ce n'est pas moralement acceptable et que tu n'as pas le courage de finir. Je n'ai jamais fait machine-arrière. Ça fait des années maintenant que je te trimbale avec moi et ça devient de plus en plus difficile. Le public n'est pas frient des jeunes médiums qui vieillisse. La chemisette et le short s'est ridicule sur quelqu'un qui se rase. C'est comme ça. Il te va falloir un nouveau numéro fils. Tu vas y réfléchir, tout seul comme un grand. Tu veux te lancer dans une carrière solo? Oui ou non, dis le moi? Tu continues? T'es avec moi? Tu n'as qu'à me le dire. Je t'écoute. Réponds.

BUREAU DU CBI

 

Retour dans le présent, Jane assis sur sa chaise, se lève et va rejoindre les autres. L'équipe regarde les vidéos de surveillance du terrain de base-ball.

 

LISBON: 19h21. C'est la dernière fois qu'on les voit. L'un au l'autre aurait pu se rendre chez Barney ensuite.
CHO: Tu vas où?
JANE: À l'académie de baseball. On a un meurtre à résoudre, non?
LISBON: Rigsby et Van Pelt interroge le gérant du multiplex.
JANE: C'est pas la femme? Non, c'est pas elle. L'arme du crime est une batte de base-ball.
Batte de base-ball, académie de baseball. Ça me paraît logique.
LISBON: Vous savez qui est le tueur?
JANE: À votre avis ?
LISBON: Je crois que vous dites ça pour me faire croire que vous savez qui est le tueur et que je vous accompagne mais vous en savez rien.
CHO: Batte et académie de baseball, c'est pas forcement logique.
JANE: Alors on y va tous.

TERRAIN DE BASE-BALL

 

Freddy est le présentateur de la présentation de Barney.

 

FREDDY: Très bien messieurs, votre intention s'il vous plait. Avant toute chose, je tient à dire quelques mots à la mémoire de Barney Sloop. C'était un associé extraordinaire, un ami pour chacun de nous et par dessus tout un amoureux de ce merveilleux sport appelé base-ball auquel il a consacré sa vie. Je vous propose de vous recueillir. Merci beaucoup. Parlons maintenant de Snake Gallidos et Scotty Sinclair, les dernières recrues de Barney et peut être les meilleures. Deux merveilleux lanceurs dotés d'un incroyable potentiel. D'ici quelques minutes, vous allez voir l'avenir. En attendant, servez-vous à manger et à boire et n'oubliez pas de préparer votre chéquier messieurs.

Jane et Cho rentre dans les vestiaires des joueurs et voient Snake et Scotty.

 

SNAKE: Qu'est-ce que vous faites ici ?
JANE: On s'est dit que ça vous soulagerait peut être de savoir qu'on était convaincu de votre innocence alors vous pouvez vous détendre. Je compte sur vous pour leur en mette plein la vue. Vous allez devenir des superstars.
SNAKE: Tu l'as dit, mon pote.
JANE: Les femmes, les voitures, l'adulation, les salaires mirobolants, la belle vie vous attend. Alors peu importe que votre père vole à ses heures perdus.

SCOTTY: Il a rien volé du tout.
JANE: Vraiment?

SCOTTY: Il a seulement ouvert un nouveau compte en banque.
JANE: C'est ce que Barney vous a dit quand vous êtes allé le voir et vous l'avez accusé de vous avoir voler. Il vous a dit que votre père avait ouvert un compte derrière votre dos.

SNAKE: C'est pas le moment de parler de ça.
JANE: C'est vrai, vous deux, vous avez un don. La question est de savoir ce que vous allez pouvoir en faire?
SNAKE: On va continuer à jouer au baseball.
JANE: Exact. Vous allez joué au baseball. Vous allez vendre du savon et devenir le maillot de cette grosse machine.
SNAKE: Non, pas du savon. Du parfum plutôt, "Snake pour hommes."
JANE: Ça sonne bien.
SCOTTY: D'accord, on va faire de la pub et après? Qu'est-ce qui pourrait arriver?
JANE: Prenez garde à ne vendre que votre talent et non votre âme. Ne laissez personne contrôler votre vie, pas même votre père. Et croyez moi, je sais exactement de quoi je parle.
SNAKE: Ah oui, et c'est quoi le talento de monsieur?
JANE: Moi? Je lis dans les pensées et j'ai souvent utiliser ce talent à mauvais escient.

SCOTTY: Personne ne lis dans les pensées, c'est du baratin.
JANE: Moi, je peux. Tout comme la plupart des gens lisent des livres, moi je lis dans les pensées.
SNAKE: A quoi je pense là?
JANE: Tu te dis "Bordel de merde, j'espère qu'il lit pas dans les pensées. Autrement je suis dans la mouise jusqu'au cou." C'est ça? Encore. Cho, donne moi un crayon s'il te plaît. Scotty, concentre toi. Pense à ta date de naissance. Ne le la dis pas. Penses au jour, au moi et à l'année. Concentre toi bien.
SCOTTY: D'accord, vous l'aurez voulu.
SNAKE: Tu vois pas qu'il nous fait marcher. Viens, on nous attend sur le terrain.

JANE: J'essaye de lire dans ses pensées. Quelle est ta date de naissance?
SCOTTY: Le 10 avril 1992.
JANE: Le 10 avril 1992. combien es-tu prêt à parier que je sais lire dans les pensées? Tu vas devenir un super joueur de base-ball, tu vas gagner beaucoup d'argent. Combien de cet argent es-tu prêt à parier? Tu crois que je ne sais pas lire dans les pensées?
SCOTTY: Je parierai pas.
JANE: Snake, tu veux jouer avec nous? Cho s'est à quoi s'en tenir, il préfère s'abstenir.
SNAKE: Montrez-moi la balle.

SCOTTY: Attendez, non. À moi.

(Jane donne la balle à Scotty)
SCOTTY: C'est glauque votre truc. Peut être qu'il l'a lu quelque part.
JANE: Snake, c'est mon talent. Tu veux essayer? Tu vas penser très fort à ta date de naissance.
SNAKE: Il faut que j'aille m'échauffer. Allez viens.
JANE: D'accord. Peut être une autre fois. Bonne chance.
SNAKE: Merci.
SCOTTY: A toi aussi Scotty.
CHO: C'était quoi le but?
JANE: Confirmer une intuition.
(Jane et Cho s'assoient sur le banc)
CHO: Ça va ?
JANE: Oui, très bien. Laisse-moi rassembler mes idées.
CHO: Mon père haïssait le baseball.
JANE: Arrêtes d'y penser. Tu ne serais pas venu une superstar de toute façon.

FLASH-BACK, TENTE DE JANE

 

PERE: Ce cristal date de l'Égypte ancienne. Ses pouvoirs guérisseurs sont légendaires. Là où il passe, la maladie trépasse. Ce ne sera peut être pas facile à regarder
(Jane met son doigt sur la flamme de la bougie)
FILLE: Non !
PERE :Et quand on applique le cristal sur la brulure, celle-ci disparaît. Il arrive la même chose avec les tumeurs. Elles finissent par disparaitre.
GRAND-MERE: Je veux ce cristal.
PERE: Sachez que nous somme encore là trois jours et vous pouvez prendre autant de rendez-vous que vous voulez.
GRAND-MERE: Il me faut ce cristal, je veux vous l'acheter.
PERE: C'est impossible, madame.
GRAND-MERE: J'ai apporté de l'argent liquide.
PERE: Je vous prie de m'excuser mais ce cristal est dans la famille depuis six générations. Je ne peux pas m'en séparer.
GRAND-MERE: Je vous en prie.
PERE: Je suis sincèrement désolé.
JANE: Attend Papa, elle en a besoin. Donne-le lui!
GRAND-MERE: Pitié! J'implore vote clémence.

 

Jane, sorti dehors, voit son père arrivé.

 

PERE: 10 000 dollars, mon grand! Tu as été grandiose! Les larmes au yeux, c'était fantastique. J'ai failli y croire moi-même. Tu l'as bien mérité, bravo fiston. Je vais surement rentrer tard ce soir. Les copains de forains ont organisé une partie de poker alors souhaite-moi bonne chance.

TERRAIN DE BASE-BALL

 

Retour dans le présent, Jane vient parler à Snake.

 

JANE: Snake, tu es parti avant que je lise vos pensées.
PERE DE SNAKE: De quoi est-ce que vous parlez? Laissez-le, il doit se concentrer.
JANE: J'essayais de deviner sa date de naissance.
PERE DE SNAKE: 5 mars 92. Ça va? Satisfait?
JANE: Le 5 mars 1992. C'est bizarre. J'avais trouvé la 5 mars mais je m'étais trompé sur l'année. Je ne me trompe pas d'autant d'habitude. Cinq ans, c'est beaucoup.
PERE DE SNAKE: Qu'est-ce que vous voulez?

JANE: Ça t'aurait fait 22 ans.
PERE DE SNAKE: Foutez le camp!.
JANE: C'est exactement l'age de ton frère Carlos, c'est bien comme ça qui s'appelle?
PERE DE SNAKE: La ferme! Tirez vous!
CHO: Ça va, on se calme.
JANE: Barney l'avait découvert, pas vrai? Découvert que Snake avait 22 ans et il s'apprêtait à le renvoyer.
PERE DE SNAKE: Ça suffit comme ça.
(Freddy rejoint le groupe)

FREDDY: Je peux savoir ce qui se passe?
JANE: Jupiter a tué Barney pour l'âge véritable de Snake.
FREDDY: Jésus Marie Joseph! Est-ce que c'est vrai ?
PERE DE SNAKE: J'ai essayé de le raisonner mais il n'a rien voulu entendre.

SNAKE: Papa!
PERE DE SNAKE: Ne dis pas un mot. Tu no digas nada. Il n'est au courant de rien.
CHO: De quoi vous parlez?
FREDDY: Bon dieu de merde!
PERE DE SNAKE: J'ai rien fait. Je ne dirais rien.
JANE: Par Jupiter, je vous en prie, on va pas empêcher Snake de jouer. N'est-ce pas, M. Fitch? Vous êtes d'accord?
FREDDY: Quel âge as-tu pour de vrai? Sur la bible.
SNAKE: J'ai 22 ans.
FREDDY: Il se peut que tu es tes chances, tu pourrais être lanceur de relève. Tu t'en sortiras très bien. Je n'ai pas d'inquiétude. C'est un très bon lanceur.
PERE DE SNAKE: D'accord.
CHO: Mettez les mains derrière le dos. Je vous arrête pour le meurtre de Barney Sloop.
SNAKE: Papa!
PERE DE SNAKE: T'en fais pas, fiston. N'oublie pas d'éviter les balles hautes. En cas de problème fait des balles glissantes.

Cho emmène le monsieur au commissariat, Jane se sens pas bien.

 

JANE: J'ai la tète qui tourne tout d'un coup. Je m'assois une seconde. Je vais bien.

Scotty s'apprête à lancer.

 

PERE DE SCOTTY: Aller, vas-y!

HOMME: Troisième strikes. Éliminé.
PERE DE SCOTTY: Très beau lancer! Tu as eu de la chance sur ce coup-là.

SCOTTY: Je l'ai quand même éliminé.

PERE DE SCOTTY: Tu l'as piégé avec une balle rapide. On lance pas au troisième strike, pas
dans cette situation.
SCOTTY: Je l'ai éliminé.
PERE DE SCOTTY: On reparlera autre fois. Je vais négocier ton contrat.
SCOTTY: Pas la peine. J'ai engagé un agent.

Jane et Lisbon ont vu toute la scène. Ils partent.

 

LISBON: Allons voir un médecin.
JANE: Pourquoi? Vous vous sentez mal?
LISBON: C'est pour vous. Cho m'a dit que vous avez failli vous évanouir.
JANE: C'était pour faire diversion. Je déteste ce genre de scène déchirante. Ce pauvre gamin.
LISBON: Menteur. Vous ne voulez pas voir de médecin.
JANE: Pour qu'il me dise quoi? "Vous avez eu un coup sur la tête. Faites attention."
LISBON: Vous devez passer une IRM.
JANE: Ça me donne tout de suite, j'ai hâte.
LISBON: Ça va ?
JANE: Je plaisante.

 

Fin de l'épisode.

 

Baseball field

 

Lisbon : Nice place. Where does a baseball scout get this kind of money?

Cho : Barney Sloop? He's got 15 players in the majors right now and a piece of everything they make. A million-dollar eye for talent. He spots 'em young all over the world, brings 'em here, trains 'em, gets 'em fat pro contracts.

 

Jane : So you played.

Cho : I played a little.

Jane : Pitcher? Controlling the action? Man with the ball.

Cho : Ah, I stopped.

Jane : Which you still have unresolved bad feelings about. Yeah, now I see it. That's why you joined the gang. Your parents thought you were wasting your time, so they made you quit baseball, crushed your dream. You were angry about it, but you couldn't express that directly, so you joined a gang as an outlet for all that anger.

Cho : Actually, I tore my a.c.l. Nice try.

Jane : Parents. It's funny, isn't it-- big regrets in life people keep to themselves?

Lisbon : I don't know. I tell people about you.

Jane : Nice one. A zinger. High and tight.

Policeman : Yeah, as close as we can tell, the murder occurred around 10:30 p.m.

Cho : Thanks. No big mysteries, weapon-wise. Looks like three or four blows.

Lisbon : Rage killing.

Cho : The coroner estimates t.o.d. around 10:30 last night.

Freddy : Look like they're here, finally. Freddy Fitch, Barney's partner. I want to know who did this, quickly.

Lisbon : Agent Lisbon. This is agent Cho. Jane.

Freddy : Anything you need, it's yours. - I can't believe it.

Jane : This was his garden?

Freddy : His peace garden, he called it. A year or so ago he got into all this zen malarkey.

Lisbon : Who had access to this area?

Freddy : Everyone at the academy-- six players in residence, family members, staff.

Lisbon : We'll need a list.

Freddy : Sure, sure. But trust me, no one here w-would hurt Barney.

Lisbon : You discovered the body?

Freddy : I was out of town yesterday—a high school clinic in Portland. Flew back early this morning, came straight here, found him like this. My God.

Man : Run, run, run! Come on! Work it, Scotty, work it!

Lisbon : His body's still warm, and they're training?

Freddy : I said they could skip the workout. They wouldn't. "hold on to the dream." that's what he told them. Barney was like a father to these kids.

Man : Pitching is legs!

Boy : Look, Dad, I’m ahead of you!

Jane : Seems they have their own fathers.

Freddy : Ah,these kids are minors. We bring the dads out to sign off on deals, moral support. Scotty Sinclair and Snake Gallidos. Five drooling scouts coming today.

Lisbon : Maybe now isn't the best time.

Freddy : Barney set this up-- his last showcase. I'm gonna honor that I know you gotta talk to them. It's your job, but please.

Jane : Hey, we can let the kids finish their practice. Let's take a look at his house.

Lisbon : How do you know where it's at?

Jane : 'Cause this thing is a map of his whole life-- work, garden, home. Zen malarkey. I don't expect it's much to look at-- a simple bed or a thing or...

 

The Mentalist [Season02 Episode10 Throwing Fire]

Baseball field

 

Lisbon : Jane? Jane!

Cho : You all right? Jane?

 

Flashback 1986 – Circus

Jane young : I see it. A cigarette case.

Jane’s father : A cigarette case. Yes! Yes! Very good. But... What's it made out of, son? What kind of cigarette case, Patrick? What would you say? What's it made of?

Jane young : Sterling silver.

Jane’s father : Your sterling silver cigarette case back, ma'am. Next object would be--

Jane young : the cigarette case... It once belonged to someone very, very close to you.

Woman : That's right.

Jane’s father : Yes! The boy wonder sees all. The next object, Patrick--

Jane young : someone who's passed on... Quite recently.

Woman : Last month.

Jane young : Your grandfather. No. Your grandmother. She loved you... Very much... More than she may have expressed.

 

 

Jane’s father : What the hell was that? "your grandmother loves you very much"?

Jane young : Well, did you see her face? It was beautiful.

Jane’s father : No, it was a needless risk.

Jane young : An heirloom she carries with her-- that's a recent death, and she's too young for dead parents. So... a grandparent.

Jane’s father : So what? I'd moved on. It's a double act, kid. You don't fly solo.

Jane young : You know, you're always saying, when you're working strong, work strong, be brave. Well, I was working strong, and I was right.

Jane’s father : No, there is no "right" if there's no payoff. This is show business, not show art. Your stage clothes are walking by themselves. Wash 'em good. That private reading... It came through.

Jane young : You got it? When?

Jane’s father : Tomorrow. This is a big score, Patty-- big enough for us to blow off this outfit, step up in class and get ourselves some new wheels, even. Only one thing worries me. It's you, my boy. Are you up to it?

Jane young : Oh, you know I am. Of course you are. The boy wonder sees all.

 

Baseball field

 

Cho : Can you stand up? Can you talk?

Jane : Ouch. Now that was talking.

Lisbon : He needs to see a doctor.

Cho : Yeah.

Jane : I've never caught a foul ball before.

Lisbon : Technically, you still haven't. Cho, you take him.

Cho : Yeah.

Jane : Oh, no, no, no, no. I'm fine.

Cho : How many fingers?

Jane : Six. Haven't we got a murder to solve?

Lisbon : You were unconscious.

Jane : No, I wasn't.

Cho : Jane, you were.

Jane : Was not. Your turn. Okay, I’ll see a doctor. Uh, excuse me, doctor? I know. Real, live patient. I'm excited, too.

 

Barney’s house

Freddy : Barney lived simple—all work, all the time,24/7. Left his wife, gave her the big house. A clean, simple life-- that's all he wanted.

Lisbon : Barney was married?

Freddy : Still is--Leslie. A piece of work. Like I said, he moved out a year ago.

Jane : After their son died.

Freddy : He was 3, choked on a balloon. Leslie just fell apart-- angry at Barney, the whole world, couldn't get past it. I called her this morning after I called you. She wouldn't even pick up the phone. Bad things happen, and you deal with 'em.

Lisbon : And Barney did? Eh, he put his head down, went to work. Found Snake in the Dominican and Scotty somewhere in--in Kansas Meanwhile, Leslie is stuck living in a-- in a world of hurt.

Jane : I feel it.

 

CBI

Rigsby : Let's check out the wife-- Leslie Sloop.

Van Pelt : Working.

Rigsby : Okay.

 

Barney’s house

 

Freddy : Drinking like a fish, picking up strangers, calling Barney at all hours, screaming... I don't get that kind of anger. Okay, her kid died. I-is that gonna bring him back?

Jane : You don't have kids.

Freddy : No, I don't. Uh, the ballplayers should be heading in.

Jane : With Barney dead, I'm  assuming that you get the, uh, controlling interest in the academy.

Freddy : What's that got to do with it?

Jane : Money—traditionally a very popular motive.

Freddy : Excuse me?

Jane : I imagine these two had their differences-- the gold watch, the italian suit-- oh, I’m sorry--the taiwanese suit made to look italian.

Freddy : I don't have to listen to this.

Jane : Not exactly emblems of the clean, simple life. There was a culture clash, yeah?

Freddy : No.

Lisbon : Jane.

Jane : Plus what is it exactly you bring to the table? Barney was the brains, the real scout, the star-- I mean, the Sloop academy. Jealousy—motive number two.

Freddy : I killed him. I-I murdered my best friend.

Jane : Did you?

Lisbon : Jane, come on.

Freddy : Get this jerk away from me.

Jane : Seriously, get it off your chest. You'll feel a lot better.

Freddy : He was my friend!

Jane : How did that feel, crushing your friend's skull with that bat? How did that feel, huh?

Lisbon : Back off now.

Jane : I'm just checking him out.

Lisbon : And?

Jane : Well, ambivalent reading, to be honest. Maybe he did it. Maybe he didn't. But one thing he does understand--that's anger. No offense. You think I can skip these interviews?

Lisbon : Please.

Jane : Thanks.

 

Room

 

Lisbon : Scotty Sinclair?

Scotty’s father : Doc Sinclair. He's 17. You're talkin' to him, you're talkin' to me.

 

Snake : Two, maybe three months ago, I was having control trouble-- my slider. Mr. Sloop said I needed to "quiet my brain." We raked together in his garden.

Snake’s father : And it worked.

Snake : I would never hurt Mr. Sloop.

 

Scotty : He gave me everything. He brought me here. He hooked me up with great coaches, regular school.

Lisbon : And money to live on—an advance, some kind of endorsement deal?

Scotty : Got, like, ten free pairs.

Scotty’s father : Which we're gonna have to pay back if he blows this showcase.

Scotty : Barney cared. Okay? He taught us how to handle money, invest it. He taught us how to handle life.

Scotty’s father : Are we done yet? He's supposed to be throwing right now.

 

CBI

Rigsby : (phone) Right, yeah. Got it. Thanks, Frank. Barney's life insurance payout-- $20 million.

Van Pelt : Let me guess—sole beneficiary Leslie Sloop.

Rigsby : $20 million-- that's a pretty good motive. For $20 million, I’d kill you.

Van Pelt : Oh, really?

Rigsby : No, I mean, um, kidding. It was a... Joke.

Van Pelt : Still the machine.

Rigsby : Let's go see her.

Leslie’s house

 

Van Pelt : Someone needs parking lessons.

Narcisco : Who are you?

Rigsby : We're looking for Leslie Sloop.

Narcisco : Bitch ain't here, man, and I called the real cops. Hey, man, what took you?

Van Pelt : Hey, Narcisco!

Rigsby : Wait. You know him?

Van Pelt : You don't? Narcisco Rubrero-- walk-off homer, game one, world series? Help us out, Narcisco. Where is she?

Policeman : Let's go downtown and get a statement.

Rigsby : Hold on, you guys. We got dibs here.

Narcisco : She scratched my face. I think I'm  bleedin'. Look, she smashes her car, so she steals mine-- my Lamborghini.

Van Pelt : Where did she go?

Narcisco : I got a gun in that car. It's all legal. I got, like, a--got, like, a permit.

Rigsby : Narcisco, where is she?

Narcisco : I don't know, man. She kept screaming about her little angel. You know, she had to see her little angel.

Rigsby : The son-- Michael.

Narcisco : She stole my car!

Rigsby : So take it up with the real cops.

 

Baseball field

 

Cho : Jane? Lisbon wants us back at the office.

Jane? Wrong way. Jane!

What are you doing?

Jane : They say there's no seasons in California, but that looks like fall.

Cho : No, looks like you need a doctor.

Jane : I am kind of dizzy.

 

Flashback

Jane’s father : Okay, hotshot. Female, third in line.

Jane young : Okay. New mom, recently married. One of her first days out. He is gonna get her a better ring.

Jane’s father : Who is?

Jane young : Members only. They had to get married.

Jane’s father : Yeah, that's my boy. You have x-ray eyes. No doubt about it.

 

Baseball field

 

Cho : Jane?

Jane : I'm okay. Snake and Scotty are about to pitch. We can't miss that.

 

Cemetery

 

Leslie : Oh, Michael, I’m so sorry. What did I do?

Rigsby : Mrs. Sloop?

Leslie : I'm with my son.

Rigsby : Mrs. Sloop, I’m sorry. We need to talk to you about your husband.

Leslie : No, no. You need to go. Really, you do. Don't you see? This is private. I don't want to talk. I just... I just--I want to end this. Please just leave me alone.

Van Pelt : I'm sorry. We can't do that.

Leslie : You have to. Please. Because I... I don't know what else to do.

Van Pelt : Mrs. Sloop.

Leslie : Oh, my god. I'm so sorry.

Van Pelt : I've never had children. - I-I can't even begin to imagine your loss.

Leslie : No. N-no, you can't. So just stop. Please just leave me alone. Just stop talking.

Van Pelt : I'm not going to stop. I can't. My sister—she was just like you.

Leslie : I don't-- I don't want to hear this.

Van Pelt : She wanted it to be over... For her. It was always about her. She couldn't talk to me.

Leslie : About what?

Van Pelt : About anything. I'm her sister. But she didn't—not to me, not to anybody. She just ended it for her.

Leslie : I don't know what else to do.

Van Pelt : Give me the gun. Put it down. You don't want to do this. Not here. Give me the gun.

Leslie : I'm so sorry, Michael.

Rigsby : It's okay. Come on. It's okay. It's okay.

 

Baseball field

Snake’s father : Not now. You know that. OK. OK. Look, I’m busy here. Your brother's tryout is today. No. No way. Bye.

That's my older boy. He's a pitcher, just like Snake. He's just as good, too. But he's 22. In baseball years, he's an old man.

Jane : Yeah, these pro teams, they like 'em young these days. Like Snake--plenty of time for improvement.

Cho : We caught a break. The wife looks good for it.

Jane : What was that? Was that a fork--did he just throw a forkball?

Cho : It was a slider. We gotta go. Lisbon wants you to take a look at the wife.

Jane : Slider? You know, I'm  still a little dizzy. You go. Really, I-I'll get a ride. People love driving with me. Couldn't find sunflowers. Not quite the same.

 

CBI

Lisbon : Leslie, where were you last night?

Leslie : We went to the movies. I don't-- I don't remember which one.

Lisbon : You're not supposed to take these when you're drinking.

Leslie : It was so loud--there were guns and helicopters and people screaming. Ugh, there was so much screaming. Darn. These are supposed to keep me calm. Just one a day. That's what the doctor said. That'll do the trick.

Lisbon : Leslie, did you go see Barney last night?

Leslie : To see Barney? Mr. Zen? Mr. Acceptance? Why would I do that?

Leslie : Tell us about Narcisco.

Leslie : Narcisco? Oh, yeah. He's one of Barney's players. I sometimes slept with those guys. Did you know that? I did that sometimes to make him mad. He didn't even care.

 

Van Pelt : She's going around and around, but I think she's gonna give it up.

Rigsby : I thought you were amazing out there today. I just wanted to tell you that.

Van Pelt : Thank you, I guess.

Rigsby : Can I ask you something?

Van Pelt : I don't have a sister.

Rigsby : No. I didn't remember one.

Van Pelt : It just... Came out.

 

Baseball field

Scotty’s father : Come on. Come on. Come on. What was that? Come on, Scotty! What are you thinkin'?

Snake’s father : He gets down on him too much. The boy can throw.

Snake : He can hit, too. Last night in the cage, he dinged me three times off my slider. Nobody touches my slider.

Snake’s father : That man is gonna kill the golden goose. Scotty plays like this now, imagine when he's 18 or 20 years old. He's only gonna get better. It's amazing, huh?

 

Flashback

Jane’s father :There. I spent three long days at that crummy hospital finding the mark, setting up the play. And now... It's time to get paid.

 

Baseball field

Jane : We've been waiting for you. How you doing? Go, cho!

Cho : CBI! Stop!

 

 

CBI

Lisbon : We talked to five bars near the beach. Nothing.

 

Leslie : After the movies, I had an argument with Narcisco, and I went to Barney's. He was sleeping... In his garden. He wouldn't even talk to me.

Lisbon : Leslie-- -

Leslie : I'm  his wife! I'm the mother of his child. Shouldn't he talk to me?

Lisbon : She was there that night, but he was already dead?

Rigsby : If they were at a 10:00 movie, it adds up.

Van Pelt : She knew he was dead. That's what pushed her over the edge.

Leslie :I didn't—I didn't kill him. I couldn't, even if I wanted to. What would I tell Michael?

Jane : Mm, you should let her go.

Lisbon : Where? Even if she didn't kill him, she needs help. Your pants are ripped.

Cho : We found a witness with immigration problems.

 

Witness : A baseball player--he was very angry with Mr. Sloop.

Lisbon : Yesterday afternoon?

Witness : He was yelling... Loud. He say Mr. Sloop was stealing. And Mr. Sloop-- he was very quiet. He was trying to walk away, but the baseball player-- he followed him, very angry.

Lisbon : That's it?

Witness : Um,mr. Sloop, he went into his trailer. Then he come out, and he show him some papers. And then the baseball player, he got quiet. And that's when I left.

Jane : But he'd recognize the player if he saw him again.

Witness : Yes.

Snake’s father : It's the biggest day of their lives. Don't you get that?

Lisbon : Barney Sloop had his head bashed in, Mr. Gallidos. Big day for him, too.

Policeman : All right, line up facing the mirror.

Witness : Him.

Lisbon : You sure?

Witness : Him at the end.

 

Scotty’s father : It's just not true.

Scotty : Dad-- -

Scotty’s father : I've got this. My boy doesn't lie. If he said he didn't--

Scotty : I did. I went to see him, all right? But, I mean, I didn't kill him.

Lisbon : What were you arguing about?

Scotty’s father : I don't believe it. You lied to me?

Lisbon : Mr. Sinclair, please.

Scotty : Yeah. I'm sorry to disappoint you, Dad.

Lisbon : What were you arguing about? What did Barney steal?

Freddy : He's not saying one word, because we're leaving now.

Lisbon : Mr. Fitch-- -

Freddy : Scotty had an argument with Barney hours before the murder. You got nothing to hold him on.

Lisbon : Not yet.

 

 

Lisbon : He had an argument with Barney. He was angry. He lied about it. Who's to say Scotty didn't go back that night and kill the guy?

Jane : The kid didn't do it. He was angry with his dad, not with Sloop. If you think he did it, then check the cameras.

Lisbon : What camera?

Jane : The baseball field cameras. Snake let slip that he and scotty were out there last night. Apparently, Scotty handled Snake's slider very well.

Lisbon : You sure you're all right?

Jane : Yeah, fine. Security cam. Should be time-stamped.

Van Pelt : The guy who manages the multiplex in Castine City-- he remembers a drunk couple fighting in the lobby. The woman was screaming about the movie being too loud. 10:00 show. Sound familiar?

Lisbon : Go and show him a picture of Leslie and Narcisco. If he i.d.s them, that lets them out, too.

Van Pelt : Okay.

Lisbon : We're clearing people. We're supposed to be catching them.

 

 

Flashback

Old woman : We've tried everything. She finished her fourth course of chemo last week. And then the, uh, tumors in her lungs are growing.

Girl : Cool shirt.

Jane young : Thank you.

Old woman : Now the doctors say there's nothing they can do, just make her comfortable.

Jane’s father : I know it... Must be difficult.

Old woman : So when I heard about the crystal--

Jane’s father : ah, yes. The crystal.

Girl : Does it really work? Will it shrink the tumors?

Jane’s father : Observe. Decide for yourself. Patrick? Son?

Jane young : I'm sorry.

Jane’s father : Patrick!

Girl : What's wrong?

Jane’s father : Oh, he... It's a stressful process. He--he just needs some air. Won't be long.

 

 

Jane’s father : Get up and get back in there.

Jane young : I can't do it. I can't.

Jane’s father : Get up now. What part? What part can't you do? The gag? That's easy. I did the hard part. I put the money in the tent. All you gotta do is pick it up.

Jane young : She's dying. Okay, we're stealing from a dying girl.

Jane’s father : Okay. Yeah, we're all dying, kid. Okay? We're all dying. But what we're giving her-- because yeah, she'll be dead by Tuesday and needs it more than most-- is hope. Do you get that?

Jane young : I can't do it.

Jane’s father : Okay. All right. You're either with the show, or you're not. You're a loser, or you're someone who plays the losers. And you can't just back out when you feel like it, when it's morally convenient, when you don't have the guts. I've never backed out. I've been carrying you for a long time, and it's not gettin' any easier, son. No one like an aging boy psychic. Short pants don't look so good on a kid that needs a shave. Now... You're gonna need a new act. You're gonna work that out all by yourself? You going solo? Yes or no, boy? Are you with it? Are you with me? Right now. You gotta say. Come on.

 

 

CBI

Lisbon : 7:21--that's the last time we see 'em. Either one of them could have gone back to Barney's.

Cho : Where you going?

Jane : Baseball academy, I was thinking. Don't we have to solve this thing?

Lisbon : Rigsby and Van Pelt are talking to the theater manager now.

Jane : The wife? No, no. It wasn't her. The murder weapon was a baseball bat. Baseball bat, baseball academy--common sense.

Lisbon : Do you know who the killer is?

Jane : What do you think?

Lisbon : I think you said, "what do you think?" To make me think you do so I’ll go with you, but really you don't.

Cho : Baseball bat, baseball academy-- that's not common sense.

Jane : Great. We'll all go.

 

Baseball field

 

Freddy :All right, fellas, fellas, listen up here a minute, please. Before we start, I just want to say a few words about Barney Sloop. He was a great partner, a great friend to all of us and most of all, a great friend to the game of baseball itself. Let us bow our heads. Okay then. That brings us to Snake Gallidos and Scotty Sinclair-- Barney's last and maybe his greatest discoveries-- two pitchers with huge franchise potential. In a few minutes, guys, you're gonna see the future. Meanwhile, grab some food and a beer and make sure you've brought your checkbooks.

 

Snake : What are you doing here?

Jane : Well, we thought you might be relieved to know that we know you're innocent, so you can relax. Go out there and be great. You're gonna be superstars.

Snake : That's right, baby.

Jane : Women, cars, adulation, buckets of money all there for you. So who cares if your dad steals a little here and there, huh?

Scotty : Hey, he didn't steal.

Jane : Really?

Scotty : Yeah. He just set up a new bank account.

Jane : And that's what Barney told you when you went over there and argued, to accuse him of stealing-- that your dad opened a new account without telling you.

Snake : I don't think you're helping here, man.

Jane : Yes, you two, you have the gift. The question is this--what are you gonna do with that gift?

Snake : Play baseball?

Jane : That's right. You're gonna play baseball. You're gonna sell soap. You're gonna be part of the big machine.

Snake : No, no, no. Not soap, man. My own cologne-- Snake for men."

Jane : That sounds good.

Scotty : So we sell ourselves. I mean, what else are we gonna do?

Jane : Well, I’m just saying be careful that you sell your talent and not your soul. Don't let other people run your lives, not even your dads. And trust me, I know what I'm talking about.

Snake : Oh, yeah? What's your talent, old man?

Jane : Me? I read minds, and there's been plenty of times that I've misused that.

Scotty : Read minds, man? Get real.

Jane : I am real. Just like most people read books, I read minds.

Snake : Okay, what am I thinking?

Jane : You're thinking, "holy crap, I hope he can't really read minds. Otherwise I’d be in deep trouble right now." Right? Okay. Cho, could you hand me that pencil, please? Scotty, concentrate. Think of your birthday. Don't tell me. Month, day, year. Concentrate.

Scotty : All right, I’m doing it.

Snake : He's messing with us, man. Come on, we need to go out there.

Jane : I'm reading his mind. Okay, got it. What's your birthday, Scotty?

Scotty : April 10,'92.

Jane : April 10,'92. Now how much money you want to bet that I can't read minds? You're gonna be a big shot baseball player, make a lot of money. How much of that money are you willing to bet that I can't read minds?

Scotty : No way.

Jane : Snake, you want in on the action? Cho's not going near it. He knows better.

Snake : Show it to me.

Scotty : No way. Come on. Show it. Okay, that's sick. Maybe he read it somewhere.

Jane : Snake, it's my talent. You want to try? Your birthday. Just think of it. It's okay.

Snake : I got to warm up, man. Let's go.

Jane : All right. Maybe another time. Good luck.

Snake : Thanks.

Jane : You,too.

Scotty : Thanks.

Cho : What was that about?

Jane : Just confirming a hunch.

Cho : You okay?

Jane : Yeah, I’m fine. Just give me a minute, I’ll close this thing.

Cho : My dad hated baseball.

Jane : You gotta get over that. Probably never would have made the big leagues anyway.

 

Flashback

Jane’s father : This crystal is from ancient Egypt. Its healing powers are legendary. Where there is sickness, it brings health. This may be hard to watch.

Girl : No, don't!

Jane’s father : And when the crystal is applied... The burn is healed. The same thing happens with the tumors. They just disappear.

Old woman : I want it.

Jane’s father : Ma'am, we are here for the next three days. You can have as many appointments as you like.

Old woman : No. I want the crystal. I want to buy it.

Jane’s father : Oh, that's not possible, ma'am.

Old woman : I brought cash.

Jane’s father : Ma'am, I’m sorry. It's been in our family for the past six generations. I can't.

Old woman : Please!

Jane’s father : I'm truly sorry, ma'am.

Jane young : Dad, she needs it. Just give it to her!

Old woman : Please! I'm begging you.

Jane’s father : 10 grand, my son. You were great in there. The crying, oh, that was fantastic. I almost bought it myself. You earned this--every penny. I'm gonna be a little late tonight. The sideshow boys got a little poker going. so, uh... Wish me luck, hmm?

 

Baseball field

Jane : Snake, you left before I got to read your mind.

Snake’s father : What are you talking about? Go away now. We got to focus.

Jane : Oh, I was just trying to get his date of birth.

Snake’s father : March 5,'92. Okay? You happy?

Jane : March 5,'92. That's weird. I got the march 5th bit right, but I got the, uh, year wrong. I'm never off by that much. Five years.

Snake’s father : What are you doing?

Jane : That would make you 22--22 years old.

Snake’s father : Get out of here.

Jane : That's the same age as your brother--uh, Carlos. That's his name, isn't it?

Snake’s father : Shut your mouth, man! Get outta here!

Cho : Take it easy.

Jane : Barney found out, didn't he? Yeah? He found out that Snake was 22. He was gonna send him home.

Snake’s father : Shut your mouth, man.

Freddy : What the hell's going on here?

Jane : Jupiter killed Barney to conceal Snake's real age.

Freddy : Holy crap. Is this true?

Snake’s father : I tried to reason with him, but he just walked away.

Snake : Pa?

Snake’s father : Don't say a word, Snake. No digas nada. He doesn't know nothing.

Cho : Nothing about what?

Freddy : Holy crap.

Snake’s father : I... I didn't do nothing. I'm not saying nothing.

Jane : Oh, come on, Jupiter. Let's be honest here. We'll let your kid throw. Right, Mr. Fitch? Yeah?

Freddy : How old are you really, kid? On the bible.

Snake : 22.

Freddy : You might have a shot... Middle reliever maybe. If you double my cut, he can throw. Deal.

Cho : Put your hands behind your back. You're under arrest for the murder of Barney Sloop.

Snake : Dad.

Snake’s father : Man up, kid. Remember to keep the ball low. You get in trouble, throw 'em the slider.

Cho : Come on.

Jane : I just feel a little bit dizzy. I'm just gonna take a knee. I'm good.

 

Man : Strike three. You're out.

Scotty’s father : You got lucky on that one.

Scotty : I struck him out.

Scotty’s father : You set him up with the heater. You don't use it for an out, not in that situation.

Scotty : I struck him out.

Scotty’s father : We'll talk about this later. I'm gonna make our deal.

Scotty : No, you won't. I hired an agent.

 

Lisbon : Let's go see a doctor.

Jane : Why? Are you feeling unwell?

Lisbon : No, you are. Cho said you almost fainted.

Jane : Oh, it was just pretending. I hate these kind of dramatic scenes. Poor kid.

Lisbon : Liar. You just don't want to go to the doctor.

Jane : Well, what's a doctor gonna say? "you banged your head. Be careful."

Lisbon : You might need an M.R.I.

Jane : Now you're really selling it. Sounds great.

Lisbon : Are you okay?

Jane : Just kidding.

 

Kikavu ?

Au total, 128 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Alyshia 
20.11.2020 vers 11h

wolfgirl88 
08.09.2020 vers 17h

nonok 
07.05.2020 vers 18h

Linstead77 
14.04.2020 vers 16h

densi76 
02.05.2019 vers 15h

Lhienna 
12.12.2018 vers 23h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

bloom74  (24.05.2020 à 15:37)

J'ai beaucoup aimé cet épisode où on en apprend un peu plus sur Patrick Jane.

AllisonMe  (17.12.2016 à 19:50)

J'adora ces retours en arrière quand Jane était adolescent, étant un bon parallèle entre sa relation avec son père, la manière dont son talent est exploité et celle avec l'un des joueurs qui décident de rompre l'emprise avec son père. Puavre Jane, une balle de base-ball en pleine tête. Un épisode que j'adore autant.

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup
Ne manque pas...

Vote pour la Finale de l'HypnoCup 2021!
Voter pour la Finale! | Teaser Youtube

Le quartier Love Victor est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | Love, Victor

Activité récente
Actualités
Mentalist sur TMC

Mentalist sur TMC
Pour rappel, TMC rediffuse en ce moment Mentalist tous les vendredis à partir de 21h15, à raison de...

Patrick Jane joue sa vie pour servir la reine Elisabeth Ière

Patrick Jane joue sa vie pour servir la reine Elisabeth Ière
Ce mois-ci sur le quartier Reign, deux consultants de la police se retrouvent emprisonnées dans la...

Départ - Quartier à reprendre

Départ - Quartier à reprendre
Bonjour, C'est avec tristesse et nostalgie que je vous annonce mon départ du quartier Mentalist...

Emergence avec Owain Yeoman sur TF1

Emergence avec Owain Yeoman sur TF1
Owain Yeoman (Rigsby) est de retour à la télévision française dans une nouvelle série ! TF1 diffuse...

Carnet rose !

Carnet rose !
Annonce surprise de Robin Tunney sur son compte Instagram : l'actrice de 47 ans a donné naissance à...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

ShanInXYZ, Hier à 16:50

Nouvelle question dans le quizz Doctor Who sur l'amour, Nouveau thème dans Voyage au centre dut Tardis

ShanInXYZ, Hier à 16:51

Et n'oubliez pas de venir voter pour votre synopsis préféré dans le concours cross-over Doctor Who/X-Files

ptitebones, Hier à 17:31

Hello, les bannières de Manifest attendent toujours des petits pouces en l'air dans les préférences Merciii

emeline53, Hier à 18:00

Nouveau sondage en cours sur The Fosters pour parler de la série Good Trouble ! Venez nombreux

pretty31, Hier à 23:02

Venez départager les pitchs de films proposés par les participants du concours sur HypnoClap !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site